LE Conseil Régional de Champagne-Ardenne s’est associé dès l’origine à l’interconnexion des sites d’enseignement supérieur et de recherche au noeud régional (NR) du réseau national RENATER (Réseau pour l’Enseignement Supérieur, la Recherche et la Technologie), lui-même étant relié à l’Internet et aux réseaux de Recherche européens et internationaux. Le NR pour la Champagne-Ardenne est situé à Reims dans les locaux du Centre de Ressources Informatiques de l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
Le projet TELEMUS vise, d’une part, à compléter l’accès au réseau RENATER 3 pour les sites d’Enseignement Supérieur et de Recherche et à élargir l’accès Internet « haut débit » à tous les publics «bénéficiaires naturels» de la Région. En ce début de troisième millénaire, il apparaît effectivement essentiel que tous les établissements de formation professionnelle, d’apprentissage et d’enseignement (lycées) puissent également bénéficier de l’Internet à haut débit. Ce projet prolonge l’action engagée par la Région en faveur des lycées. Celle-ci a permis à l’ensemble des lycées publics de l’Education Nationale de disposer de 12 820 micro-ordinateurs, soit 1 poste pour 3,8 élèves (pour une moyenne nationale d’un poste pour 6 élèves) avec des équipements récents (59 % du parc informatique ont moins de trois ans) ; de plus, grâce à la Région, tous ces établissements sont câblés totalement ou partiellement, chacun ayant un ou plusieurs réseaux locaux informatiques reliant ses micro-ordinateurs.
La mise en place du réseau régional à haut débit TELEMUS constitue l’une des premières concrétisations de la politique du Conseil Régional en matière de TIC (technologies de l’information et de la communication). Cette politique se décline autour du triptyque « infrastructures », « services » et « usages » des TIC. Elle veut bénéficier notamment au monde de la formation, de l’enseignement et de la recherche ainsi que contribuer au développement économique et à l’aménagement du territoire. TELEMUS constitue l’infrastructure et assure les services de base qui permettront de développer de nouveaux usages, tels que la visioconférence, l’enseignement à distance et la téléradiologie, par exemple.
TELEMUS concerne les 114 000 utilisateurs des établissements d’enseignement (lycées), de formation professionnelle, d’apprentissage, d’enseignement supérieur et de recherche de la région. Au total, ce réseau régional représente près de 210 points de connexion en Champagne-Ardenne, soit un montant global d’environ 8,1 millions d’euros, pour l’ensemble des deux lots (réseau régional et accès Internet mutualisé).
Les débits des lycées et des centres de formation d’apprentis (CFA) sont doublés, voire quadruplés, par rapport à la situation préexistante, pour atteindre 2 Mbits/s en standard. Ils s’élèvent même à 4, voire 8 Mbit/s, pour certains lycées hébergeant des plates-formes technologiques ou des antennes du Cnam de Champagne-Ardenne.
Certains sites d’enseignement supérieur et de recherche ont des débits d’accès pouvant atteindre 60 à 80 Mbits/s, à terme.
Ce projet est réalisé en partenariat avec plusieurs acteurs de la région et notamment :
• L’Université de Reims Champagne-Ardenne (qui héberge le noeud régional de RENATER 3 le Point d’Accès Métropolitain - PAM - rémois de TELEMUS et l’accès mutualisé du réseau TELEMUS à l’Internet).
• L’Université de Technologies de Troyes, qui exploite le réseau métropolitain en fibre optique de la Communauté d’Agglomération de Troyes et héberge le PAM troyen de TELEMUS.
• Le CER ENSAM qui assure la maîtrise d’ouvrage du réseau métropolitain en fibre optique de Châlons en Champagne et héberge le PAM châlonnais de TELEMUS.
• La Ville de Reims qui assure la maîtrise d’ouvrage du réseau métropolitain en fibre optique (JUPITER) de la Communauté de Communes de l’Agglomération de Reims.
• L’IUFM de Champagne-Ardenne qui héberge le PAM chaumontais de TELEMUS.
1. - Un réseau régional : pour quels besoins ?
Il s’agit de mettre en oeuvre un « réseau indépendant » au sens des articles L32 et L33-2 du Code des postes et communications électroniques : son usage étant réservé à plusieurs personnes morales constituant un groupement fermé d’utilisateurs (GFU), en vue d’échanger des communications internes au sein d’un même groupe. S’inscrivant dans la logique du plan d’action e-Europe 2005 de l’Union Européenne, TELEMUS offre les services suivants :
Interconnecter les sites des établissements possédant plusieurs points d’ancrage sur le territoire (ex : Région, l’Université de Reims Champagne- Ardenne, le CNAM, l’IUFM, le CRITT-MDTS...) en les fédérant au sein d’un même réseau privé virtuel (VPN), correspondant à une communauté.
Connecter tous les établissements vers l’extérieur :
• Au réseau RENATER 3 (et à l’Internet) pour les entités éligibles : L’Université de Reims Champagne- Ardenne (dont les IUT et l’IFTS), l’Université de Technologies de Troyes, Reims Management School, l’ESC Troyes, le CER ENSAM, l’Institut Supérieur de Promotion Industrielle, l’IUFM de Champagne- Ardenne, le Cnam de Champagne-Ardenne, le CHU de Reims, le Rectorat et le Centre Régional -et les Centres Départementaux- de Documentation Pédagogique, le CROUS, l’Ecole Supérieure d’Art et de Design, l’Ecole Supérieure d’Arts Appliqués, l’Institut Universitaire des Métiers du Patrimoine, l’Institut Régional des Travailleurs Sociaux...
• Directement à l’Internet, de manière sécurisée, pour les autres entités : le CRITT-MDTS, les plates-formes technologiques, les lycées publics (Education Nationale et Agriculture), les lycées privés relevant de l’Education Nationale, la Direction Régionale de l’ONISEP, les CIO, les Centres de Formation d’Apprentis, les Associations pour la Formation Professionnelle des Adultes, les PAIO et Missions locales, l’ARIFOR, le Centre d’Etude et de Recherche en Eco-Ethologie, l’Hôtel de Région et ses « Régions Relais Info »...
Connecter des établissements de différentes communautés entre eux, en interconnectant leur réseau privé virtuel, en tant que de besoin. C’est notamment les cas de certains établissements publics de santé pour la télémédecine.
2. - La gestion de la qualité de service
Au-delà du débit disponible pour les utilisateurs, il s’agit aussi de fournir un service assurant la qualité requise pour les applications utilisées :
• Plusieurs « classes de service » peuvent être mises en oeuvre par les utilisateurs du réseau TELEMUS : notamment les classes « prioritaire » (pour la visioconférence par exemple) et « meilleur effort » (pour les applications telles que l’accès à des sites web ou la messagerie). La gestion du trafic et des flux transportés, en fonction de la priorité qui leur est assignée, est garantie sur le réseau régional.
• Temps de latence < 200 ms ±50 ms
• Support des flux vidéo et audio.
• Support de la multi-diffusion (« multicast »), notamment pour la diffusion simultanée d’applications vidéo à partir d’un site à destination de plusieurs sites.
3. - L’effet de levier de la commande publique
Compte tenu de l’importance des besoins à satisfaire dans le cadre de cette commande publique régionale, le réseau TELEMUS a eu un fort impact en matière d’aménagement du territoire et de développement économique.
Le réseau régional a nécessité le déploiement, par l’opérateur 9 TELECOM, titulaire du marché public du réseau régional, de nouvelles artères à très haut débit pour desservir de nouveaux « points de présence » en Champagne-Ardenne.
En effet, dans le cadre du déploiement de la tranche ferme du Réseau Régional Champagne-Ardenne, il a déployé :
• Des Points d’Accès Métropolitains (PAM) dans les villes de Reims, Châlons-en-Champagne, Troyes, Charleville-Mézières, Chaumont, Vitry-le-François.
• Une nouvelle infrastructure de fibres optiques interconnectant au réseau transnational haut débit LDCOM ses points de présence créés grâce au réseau régional TELEMUS à Troyes, Chaumont et Langres.
• Des infrastructures hertziennes pour interconnecter au réseau transnational de fibres optiques de LDCOM les Points d’Accès Métropolitains (PAM) de Charleville Mézières, Troyes (entre le péage autoroutier A5 de Torvilliers et l’UTT) et Chaumont (entre l’autoroute A5 et l’IUFM de Chaumont).
• À Charleville Mézières, le Groupe LDCOM a pris à sa charge la création d’un réseau métropolitain (MAN) en fibres optiques interconnectant les cinq sites principaux de Charleville Mézières (CRITT MDTS, IFTS, IUT, IUFM, CNAM).
L'ensemble de ces opérations correspond au déploiement et à l’activation de près de 320 kilomètres de fibres optiques et de six bonds de faisceaux hertziens, soit 420 kilomètres de réseau supplémentaires.
Du fait des forts besoins d’accès en technologie ADSL et SDSL pour couvrir les besoins du projet TELEMUS, les équipements techniques déployés pour ces accès sont également disponibles pour une plus large part de la population. Cette desserte améliorée est aussi assortie, à terme, d’une augmentation des débits proposés.
Philippe DECOBERT, Proviseur-adjoint au lycée Bazin
Éditorial
Le B2i, c'est quoi ?
Le B2i, école
Le B2i, collège
L'institut médico-éducatif de Moraypré et les nouvelles technologies
La politique du Conseil Général en matière de TICE - Site TV
  TÉLÉMUS, le réseau régional pour l'enseignement et la recherche
FODAD
Lycée Bazin : un exemple d'utilisation du tableau interactif
Le Café pédagogique
Amiens : séminaire sur l'accompagnement à la scolarité
A la découverte du patrimoine industriel



Agrandir la carte



Agrandir la carte



Agrandir la carte