La France depuis 1945

Le défi de la décolonisation

 

Étude d'un ensemble documentaire :
Les modalités et les étapes
de l’émancipation des colonies françaises


Sujet tiré d’Atout Bac-1998, Nathan,
avec quelques variantes dans les extraits de documents

L’ensemble documentaire

Document 1.
Le 30 janvier 1944, le général de Gaulle prononce le discours d’ouverture de la conférence de Brazzaville ( extrait ).

« […] En Afrique française, comme dans tous les autres territoires ou des hommes vivent sous notre drapeau, il n’y aurait aucun progrès qui soit un progrès, si les hommes, sur leur terre natale, n’en profitaient pas moralement et matériellement, s’ils ne pouvaient s’élever peu à peu jusqu’au niveau où ils seront capables de participer chez eux à la gestion de leurs propres affaires.
C’est le devoir de la France de faire en sorte qu’il en soit ainsi.
Tel est le but vers lequel nous avons à nous diriger. Nous ne nous dissimulons pas la longueur des étapes. Vous avez Messieurs les Gouverneurs généraux et Gouverneurs, les pieds assez bien enfoncés dans la terre d’Afrique pour ne jamais perdre le sens de ce qui y est réalisable et, par conséquent, pratique. Au demeurant, il appartient à la nation française et il n’appartient qu’à elle, de procéder, le moment venu, aux réformes impériales de structure qu‘elle décidera dans sa souveraineté . […] »

Document 2
Vaincus à Diên Biên Phu
le 7 mai 1954, les soldats français sont emmenés en captivité
par le Vietminh
.

Dbphu.gif (39676 octets)

Document 3
Le 31 juillet 1954, en Tunisie,
Pierre Mendès France prononce
le discours de Carthage ( extrait ).

« Notre politique est une politique conforme aux traditions de notre histoire aussi bien qu’aux aspirations profondes du peuple tunisien et aux promesses qui lui ont été faites.
L’autonomie interne de l’état tunisien est reconnue et proclamée sans arrière pensée par le Gouvernement français qui entend tout à la fois l’affirmer dans son principe et lui permettre dans l’action la consécration du succès. Le degré d’évolution auquel est parvenu me peuple tunisien – dont nous avons lieu de nous réjouir d’autant plus que nous y avons largement contribué – la valeur remarquable de ses élites justifient que ce peuple soit appelé à gérer lui-même ses propres affaires.
C’est pourquoi nous sommes prêts à transférer à des personnes et à des institutions l’exercice interne de la souveraineté ».

Document 4
Proclamation du Front de libération nationale d’Algérie,
le 1er novembre 1954

« Pour préciser, nous retraçons ci-après les grandes lignes de notre programme :
    But : L’indépendance par : 
1/ La restauration de l’état algérien souverain démocratique et social dans le cadre des principes islamiques ;
2/ Le respect de toutes les libertés fondamentales sans distinction de race ni de confession. […]
     Moyens de lutte
[…] Nous avançons une plate-forme honorable de discussion aux autorités françaises si ces dernières sont animées de bonne foi et reconnaissent une fois pour toutes aux peuples qu’elles subjuguent le droit de disposer d’eux-mêmes :
1/ La reconnaissance de la nationalité algérienne par une déclaration officielle abrogeant les édits, décrets et lois faisant de l’Algérie une terre française au mépris de l’histoire, de la géographie, de la langue, de la religion et des mœurs du peuple algérien ;
2 / L’ouverture de négociations avec les porte-parole autorisés du peuple algérien sur les bases de la reconnaissance de la souveraineté algérienne, une et indivisible ;
3/ La création d’un climat de confiance par la libération de tous les détenus politiques, la levée de toutes mesures d’exception et l’arrêt de toutes poursuites contre les forces combattantes. […] »

Document 5
« Fête de l'Indépendance
4 avril 1961 » :
timbre-poste
de la République du Sénégal.

Questions


        1. Présenter les documents.

        2. En fonction du sujet, sélectionner, classer et confronter les informations tirées de l'ensemble des documents et les regrouper par thèmes.

        3. Rédiger de façon synthétique (environ 300 mots) une réponse argumentée à la problématique définie par le sujet en faisant appel, y compris de manière critique, à l'ensemble des informations tirées des documents.

 

1/ La présentation des documents

 
  Cet ensemble documentaire, présenté selon un ordre chronologique, est constitué de 3 textes historiques authentiques et de deux documents iconograhiques.
  Trois de ces documents sont datés de l'année 1954 qui constitue une étape importante dans l'histoire de la décolonisation de l'Empire colonial français.

Le document 1 est un extrait du discours prononcé le 30 janvier 1944 par le général de Gaulle, président du Comité français de libération nationale ( CFLN ), ébauche du futur Gouvernement provisoire de la République française, à l'ouverture de la conférence de Brazzaville.
  Cette conférence est réunie au cœur de l'Afrique équatoriale française ( AEF ) qui s'est ralliée à la France libre dès l'été 1940.   
  La 2ème guerre mondiale n'est pas encore terminée, mais le continent africain a déjà été entièrement libéré en 1942-1943 par les alliés qui ont commencé la libération de l'Europe en débarquant en Sicile et en Italie du Sud.
  De Gaulle s'adresse aux gouverneurs des différentes colonies françaises d'Afrique, réunis pour définir ce que pourrait être la politique de la République françaises restaurée à l'égard des populations indigènes.

  Le document 2 est une photographie qui évoque la défaite de Diên Biên Phu au nord du Vietnam.
  Encerclé au milieu de la jungle, le corps expéditionnaire français a été contraint de capituler le 7 mai 1954.
  Par cette défaite, s'achevait la guerre qui opposait depuis 1946 la France aux communistes vietnamiens.

  Le document 3 est un extrait du discours prononcé par le président du Conseil Pierre Mendès France le 31 juillet 1954.
  Dès son arrivée à la tête du gouvernement français, au printemps 1954, il avait annoncé son intention d'infléchir la politique de la France à l'égard des deux protectorats de Tunisie et du Maroc où jusqu'alors les mouvements indépendantistes étaient réprimés, leurs chefs exilés ou emprisonnés.
  Aussitôt après avoir négocié les accords de Genève, il s'est rendu à Carthage en Tunisie, pour y annoncer l'ouverture de négociations avec les nationalistes tunisiens.

  Le document 4 est un extrait du programme du Front de libération nationale ( FLN ) datée du 1er novembre 1954.
  Les nationalistes algériens qui ont déclenché une insurrection armée dans la nuit du 31 octobre au 1er novembre ( explosions, mitraillages, sabotages, embuscades ) y annoncent leurs objectifs.

  Le document 5 est la photographie d'un timbre-poste qui célèbre le premier anniversaire de l'indépendance du Sénégal, en Afrique noire.

 

2/ Le regroupement informations par thèmes des

 

Thèmes

L'attitude de la métropole
à l'égard des colonisés

L'attitude des colonisés
à l'égard de la métropole

Les différentes modalités
d'accession
à l'indépendance

Doc. 1

A Brazzaville en 1944, de Gaulle reconnaît qu'il convient peut-être d'envisager des réformes dans l'Empire colonial français, mais que c'est la « nation française » et elle seule qui doit en fixer le contenu, le processus, le rythme et les étapes.
Les mots qu'il utilise manifestent une certaine condescendance paternaliste à l'égard des colonisés.

 

En 1944 : conserver et / ou transformer progressivement l'Empire français ?
Une attitude ambiguë.
Une politique hésitante
et contradictoire.

Doc. 2

Au Vietnam, la France s'oppose militairement aux communistes du Vietminh qui luttent pour l'indépendance.

En mai 1954, les soldats du Vietminh emmènent en captivité les soldats français qui, encerclés dans la cuvette de Diên Biên Phu, ont été acculés à la capitulation.
L'armée française est humiliée

Au Vietnam ( Indochine ) :
efficacité de la lutte armée face à une métropole qui veut se maintenir par la force
.
La victoire du Vietminh sur l'armée française consacre l'échec de la politique coloniale française en Indochine et confirme l'efficacité de la lutte armée pour accéder à l'indépendance.

Doc. 3

A Carthage, en juillet 1954, Mendès France amorce une politique libérale d'ouverture, sans arrière pensée, fondée sur le respect des « promesses » faites, une reconnaissance de l'« autonomie interne » et une acceptation d'un transfert de souveraineté en faveur de la Tunisie.

 

En Tunisie
( Afrique du Nord ) : l'autonomie interne négociée, étape vers l'indépendance
.
Le dialogue renoué par la métropole en 1954 avec les nationalistes tunisiens après une période de tensions, ouvre la voie à l'indépendance.
.

Doc. 4

 

En Algérie, en novembre 1954, le programme des nationalistes algériens du FLN, dénonce l'oppression coloniale française.
Il revendique pour le peuple algérien le droit de disposer de lui-même, et l'ouverture de négociations sur l'indépendance fondées sur la reconnaissance immédiate par la métropole de la nationalité et de la souveraineté algériennes.

En Algérie
( Afrique du Nord ) : le début d'une nouvelle guerre coloniale.

A la Toussaint 1954, les nationalistes algériens du FLN, déclenchent une insurrection dont l'objectif est l'accession à l'indépendance que la métropole refuse de concéder.

Doc.5

 

Au Sénégal en 1961, le timbre poste qui commémore le 1er anniversaire de l'indépendance en conservant les symboles républicains ( Marianne noire ), la langue et la monnaie de l'ancienne métropole, exprime la fierté et la dignité retrouvées.

Au Sénégal
( Afrique noire ) : une indépendance célébrée dans la sérénité

L'indépendance a été négociée par étapes, pacifiquement selon un processus qui préserve des liens privilégiés avec l'ancienne métropole.

 

3/ La synthèse

 
   La 2ème guerre mondiale a réveillé les nationalismes indigènes et remis en question la domination française dans son empire colonial.
  En 1944, la conférence de Brazzaville a amorcé une prise de conscience des problèmes coloniaux et ouvert des perspectives de réformes, mais elle s'est contentée de vagues propositions qui ne répondaient pas aux aspirations des élites indigènes.
  Dès 1946, la France s'est enlisée dans une longue guerre coloniale au Vietnam.
  Cette guerre s'est achevée en 1954 par la défaite de Diên Biên Phu qui a mis fin à la présence française en Indochine consacrée par les accords de Genève.
  La France n'a pu s'opposer à l'indépendance du Vietnam proclamée par Hô Chi Minh en 1945, mais qu'elle avait alors refuser de reconnaître.
  En Afrique du Nord, en 1954, Mendès France, mettant fin à une politique intransigeante et de répression, a engagé le dialogue avec les nationalistes tunisiens et marocains.
  En accordant l'autonomie interne à la Tunisie, il a amorcé le processus qui a conduit pacifiquement à l'indépendance des deux protectorats du Maghreb en 1956.
  Mais il a dû faire face en Algérie à l'insurrection déclenchée par le FLN à la Toussaint 1954, insurrection qui a marqué le début d'une nouvelle guerre coloniale dans laquelle la France s'est enlisée et qui ne s'est achevée qu'en 1962.
  En Afrique noire, la décolonisation a été progressive et le plus souvent pacifique.
  La loi-cadre Defferre de 1956, puis la Communauté française mise en place par de Gaulle revenu au pouvoir en 1958, ont ouvert la voie à l'indépendance des colonies d'Afrique noire française acquise en 1960.
  De 1945 à 1962, la politique française à l'égard de ses colonies a donc été fluctuante, parfois contradictoire, ballottée entre intransigeance, répression, guerres coloniales d'une part, ouverture, dialogue, négociation d'autre part.
  La décolonisation de l'Empire colonial français a été longue, difficile, parfois meurtrière.
( 305 mots )

La France depuis 1945

Le défi de la décolonisation