Les débuts de la construction européenne

La France de la IVème République est étroitement associée à toutes les étapes de la construction européenne. En mars 1948, elle adhère à l'Union de l'Europe occidentale ( UEO ), alliance militaire qui repose sur un engagement d'assistance automatique contre toute agression. Elle participe aussi en mai 1949 à la création du Conseil de l'Europe, instance de dialogue et de coopération, dont le siège est installé à Strasbourg.


Les Français divisés au sujet de la CED

Le 24 novembre 1950, le ministre français de la Défense, René Pleven, avait proposé de créer une armée européenne commune intégrant des unités appartenant à la France, à l’Italie, aux trois pays du Benelux et à la République fédérale d’Allemagne.
En France, la CED ( Communauté européenne de défense ) instituée par le traité de Paris signé en 1952 divisait profondément la classe politique. Aucun gouvernement ne parvient à réunir une majorité
pour ratifier ce traité.
Le 30 août 1954, le Parlement français rejette définitivement le projet de CED
.

page6b.jpg (4415 octets)

Contre la CED

Pour la CED

( Affiche du PCF - Bibliothèque marxiste de Paris,
droits réservés )

 Communistes et gaullistes sont des adversaires résolus de la CED, mais leurs motivations diffèrent.
Les gaullistes rejettent tout ce qui va dans le sens de la supranationalité. Pour les communistes, la CED est une arme brandie contre l’URSS, « patrie du socialisme » pour laquelle ils manifestent une solidarité sans faille. Le 30 août 1954, députés communistes et gaullistes votent massivement la question préalable posée par le gouvernement Mendès France, qui enterre la CED.
Ils sont rejoints par la moitié des députés socialistes et une partie des députés radicaux et UDSR
.

( Affiche de Paul Colin - droits ADAGP )

  Les partisans de la CED souhaitent construire une Europe fortement intégrée sur le plan politique et militaire, tout en restant une alliée fidèle des États-Unis.
  Ils se recrutent surtout au centre ( MRP ) et dans la droite modérée ( Indépendants ), mais on les trouve également dans les partis de gauche ( SFIO, Parti radical et UDSR ) qui se partagent entre partisans et adversaires du projet.
   Pour les « cédistes », en particulier les démocrates chrétiens du MRP, l’enterrement de la CED par le gouvernement Mendès France est dénoncé comme le « crime du 30 août ».

La signature du traité de Rome, le 27 mars 1957

( Photothèque du Quai d’Orsay )

Les gouvernements de la IVème République ne parvenant pas à faire aboutir leurs projets d’intégration européenne sur le plan politique et militaire, ont déplacé le défi de la construction européenne sur le terrain économique. Après l’expérience de la Communauté européenne du charbon et de l’acier ( CECA ) lancée en 1951 par Robert Schuman et Jean Monnet,   la France signe en 1957 le traité de Rome qui crée la Communauté économique européenne ( CEE ),  un projet plus large d’union douanière fondé sur la réduction progressive des droits de douane et l’adoption d’un tarif extérieur commun à l’Europe des Six ( France, RFA, Italie, Belgique, Pays-Bas, Luxembourg ).

page6d.gif (29568 octets)

fg.gif (1109 octets)

Sommaire

fd.gif (1105 octets)