- P
            

       Commémorations > 27 janvier : Journée internatiuonale de la mémoire de l'Holocaustede
Menu
Menu

27 Janvier
Journée de la mémoire des génocides
et de la prévention des crimes contre l’humanité

Dossier présenté par Jocelyne et Jean-Pierre Husson

Décembre 2002 ; le Conseil de l'Europe proclame le 27 janvier
" Journée européenne de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité "

La Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l'humanité au BO

Novembre 2005 : l'Assemblée générale de l'ONU proclame le 27 janvier
" Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l'Holocauste "

18 et 27 janvier 2007 : hommage aux Justes de France

Les ressources du ministère de l'Éducation nationale et du réseau Scérén

Sur le site du Café pédagogique

Sur le site de Civisme et démocratie - Les itinéraires de la Citoyenneté

Sur le site du Mémorial de la Shoah

Sur le site d'Arte

____________










En décembre 2002
le Conseil de l'Europe proclame le 27 janvier
" Journée européenne de l'Holocauste
et de la prévention des crimes contre l'humanité "

  
    C'est en décembre 2002, que le 27 janvier a été décrétée Journée européenne de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité.
    L'instauration de cette journée du souvenir constituait
l'aboutissement d'un long processus de reconnaissance de la véracité et de la singularité du génocide nazi perpétré contre les Juifs et les Tsiganes, reconnaissance qui s'est longtemps heurtée dans notre pays à des réticences, à la difficulté en particulier d'admettre la complicité de l'État français, de la police française, des magistrats français, dans la mise en œuvre du génocide en France.

   Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, le Tribunal militaire international de Nuremberg a démonté le mécanisme d'extermination mis en place par les nazis, et fait reconnaître juridiquement les crimes de guerre et les crimes contre l'humanité.
   
En 1948, l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations Unies a adopté la Convention pour la prévention et la répression du crime de génocide.
   
En 1954, en France, une loi a décidé de faire du dernier dimanche d'avril une Journée nationale du Souvenir des victimes et héros de la déportation, sans faire de distinctions et sans reconnaître la spécificité de la déportation de ceux qu'on appelait les déportés raciaux, juifs et tsiganes.
   En 1964, la loi a déclaré imprescriptibles les crimes contre l'humanité dans notre pays.
   
Les années 1970 furent marquées par le réveil d'une mémoire juive attachée à faire reconnaître la spécificité du génocide perpétré par les nazis, réveil déclenché initialement par le procès EICHMANN qui s'est déroulé à Jérusalem en 1961.
   
Beate et Serge KLARSFELD se lancèrent sur les traces des anciens criminels de guerre nazis et réclamèrent, avec l'appui de plusieurs associations d'anciens déportés, le jugement des responsables nazis de la solution finale, ainsi que de leurs complices français.
  Leur action a abouti, après bien des péripéties judiciaires, à la condamnation en 1987 de Klaus BARBIE, chef de la Gestapo de Lyon, en 1994 à celle de Paul TOUVIER, chef de la Milice à Lyon et à Chambéry, et en 1998 à celle de Maurice PAPON, haut fonctionnaire du gouvernement de Vichy, qui avait été secrétaire général de la Gironde de 1942 à 1944.

   
En 1993, le 16 juillet a été instauré Journée nationale commémorative des persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite « Gouvernement de l'État français » ( 1940-1944 ).
   La date choisie pour cette commémoration correspond à
la date anniversaire de la rafle du Vélodrome d'Hiver, au cours de laquelle la police française a arrêté les 16 et 17 juillet 1942, plus de 13 000 Juifs de la région parisienne, dont près d'un tiers étaient des enfants.
   Une
plaque du souvenir a été érigée au chef-lieu de chaque département devant laquelle se déroule, chaque année, une cérémonie commémorative présidée par le préfet, le dimanche 16 juillet, si ce jour tombe un dimanche, sinon le dimanche suivant.

   
En 1995, Jacques CHIRAC, peu de temps après son élection à la présidence de la République, à l'occasion du 53e anniversaire de la Rafle du Vélodrome d'Hiver, a reconnu officiellement et solennellement la complicité de l'État français dans le mise en œuvre du génocide en France sous Vichy :

  Ces heures noires souillent à jamais notre histoire et sont une injure à notre passé et à nos traditions.
   Oui, la folie criminelle de l'occupant a été, chacun le sait, secondée par des Français, secondée par l'État français.
   La France, patrie des Lumières, patrie des Droits de l'homme, terre d'accueil, terre d'asile, la France, ce jour-là, accomplissait l'irréparable
.

   Depuis 2000, l'intitulé de la journée commémorative du 16 juillet a été transformé en Journée nationale à la mémoire des victimes de crimes racistes et antisémites de l'État français et d'hommage aux « Justes » de France.

   Il s'agissait de lever les ambiguïtés du
décret de 1993 qui faisait références aux « persécutions racistes et antisémites commises sous l'autorité de fait dite " gouvernement de l'État français ( 1940-1944 ) " », et d'affirmer explicitement qu'il s'agissait bien de « crimes racistes et antisémites de l'État français », sans circonvolutions et sans mettre l'État français entre guillemets.
   En même temps, la loi définissait comme « justes », les personnes
« ayant recueilli, protégé ou défendu, au péril de leur vie et sans aucune contrepartie, une ou plusieurs personnes menacées de génocide ».

   Cette date du
16 juillet étant située en période de vacances scolaires, il est difficile évidemment d'y associer les enseignants et leurs élèves.

   
En octobre 2002, à Strasbourg, les ministres de l'Éducation des 48 pays signataires de la Convention culturelle du Conseil de l'Europe, réunis à l'occasion d'un colloque ayant pour thème Enseignement de la Shoah et création artistique, ont adopté une déclaration instituant une Journée de la mémoire de l'Holocauste et de la prévention des crimes contre l'humanité dans les écoles, conformément à l'engagement qui avait été pris en octobre 2000, à la Conférence des ministres européens de l'éducation à Cracovie, en Pologne.


Conseil de l'Europe : Lancement officiel
d'une Journée de la mémoire

   À l'origine, cette journée commémorative devait, dans son intitulé, être élargie à tous les génocides.
   
Simone VEIL, ancienne présidente du Parlement européen, ancienne ministre française et présidente de la Fondation pour la mémoire de la Shoah, qui participait à ce colloque, a exprimé sa crainte d'une banalisation du génocide des Juifs et des Tsiganes :

      Le génocide des Juifs et des Tsiganes constitue un événement unique dans l'histoire de l'humanité [...]
      Le premier danger n'est pas l'oubli, ni la négation, mais bel et bien la banalisation de la Shoah [...]
      Tout le monde est coupable.
      En conséquence, personne ne l'est vraiment
.

   À sa demande, la délégation française conduite par Xavier DARCOS, ministre délégué à l'enseignement scolaire, et président du Groupe d'action international pour la mémoire de la Shoah créé sous l'égide du Conseil de l'Europe, a obtenu que la formulation retenue, « Journée de la mémoire de l'Holocauste » reconnaisse clairement la spécificité et la singularité du génocide perpétré par les nazis, bien distingué et identifié par rapport aux autres  crimes contre l'humanité  :

   Il nous faut d'abord, pour éviter toute banalisation, [...] faire apparaître le caractère proprement inouï et irréductible de l'événement que constitue la destruction programmée des Juifs d'Europe.
   En même temps, il faut montrer que cette réalité s'inscrit dans une histoire, celle du nazisme, et qu'il convient de l'enseigner sans dérive ni erreur [...].
  Le mal absolu existe et nous savons qu'il est parfois difficile de le faire comprendre à une jeunesse que le « tout est relatif » entoure et peut séduire.

   L'organisation de dette journée est laissée à l'initiative de chacun des États.
   En France, cette journée est organisée
le 27 janvier, jour anniversaire de la libération du camp d'extermination d'Auschwitz en 1945.

   Il est vrai que l'appellation de cette journée, qui fait référence au terme « holocauste », est contestée par certaines associations d'anciens déportés et la plupart des historiens français qui préfèrent le terme de « génocide », forgé dès 1944 par un juriste américain d'origine polonaise, Raphaël LEMKIN, ou encore celui de « Shoah », mot hébreu qui signifie « catastrophe », repris par Claude LANZMANN en 1985.

   Le mot « holocauste » est issu de la traduction en grec d'un passage de la Bible désignant un sacrifice fait à Dieu et entièrement brûlé par le feu.
   Depuis les années 1950, il a été repris par les historiens anglo-saxons et popularisé à la fin des années 1970 par le succès d'un film américain sur l'extermination des juifs d'Europe.

  Mais au-delà de ces querelles sémantiques, de vocabulaire,  le bien fondé de cette journée n'est pas remis en cause.  Elle a bien pour objectif, comme le rappelle la circulaire du directeur de l'enseignement scolaire publiée au BO, d'  « engager une réflexion sur l'Holocauste et les génocides reconnus », et d'« apprendre aux élèves à être vigilants, à défendre les valeurs démocratiques et à combattre l'intolérance ».


La Journée de la mémoire des génocides
et de la prévention des crimes contre l'humanité
au BOEN

   Le texte adressé aux rectrices et recteurs d’académie, au directeur de l’académie de Paris, aux inspectrices et inspecteurs d’académie, directrices et directeurs des services départementaux de l’éducation nationale à l'occasion de la Journée du 27 janvier a évolué dans sa formulation. Initialement « Journée de la mémoire de l’Holocauste et de la prévention des crimes contre l’humanité », la Journée commémorative du 27 janvier est devenue à partir de 2007 « Journée de la mémoire des génocides et de la prévention des crimes contre l’humanité ».


BO n°  46 du 11 décembre 2003


BO n° 1 du 4 janvier 2007


En novembre 2005
l'Assemblée générale des Nations Unies proclame
le 27 janvier " Journée internationale de commémoration
en mémoire des victimes de l’Holocauste "

   Le 1er novembre 2005, l’Assemblée générale des Nations Unies, en adoptant par consensus un projet de résolution « Mémoire de l’Holocauste », présenté par le représentant d’Israël et parrainé par les représentants de 104 États membres, a proclamé le 27 janvier " Journée internationale de commémoration en mémoire des victimes de l’Holocauste, jour de la libération du camp d'extermination nazi d'Auschwitz ".


18 et 27 janvier 2007
Hommage aux Justes de France

   En 2007, à l'initiative de la Fondation pour la mémoire de la Shoah et de sa présidente, Simone VEIL, la célébration du 27 janvier a été précédée en France par un hommage solennel rendu aux 2 740 Justes français reconnus par le Mémorial Yad Vashem.
   
Le 18 janvier, le président de la République, Jacques CHIRAC, a présidé au Panthéon une cérémonie au cours de laquelle a été inaugurée une plaque commémorative rendant hommage aux Français qui ont sauvé des milliers de Juifs pendant la Seconde Guerre mondiale :

   Hommage de la nation aux Justes de France

   Sous la chape de haine et de nuit tombée sur la France dans les années d'occupation, des lumières, par milliers, refusèrent de s'éteindre.
   Nommés « Justes parmi les nations » ou restés anonymes, des femmes et des hommes, de toutes origines et de toutes conditions, ont sauvé des juifs des persécutions antisémites et des camps d'extermination.
   Bravant les risques encourus, ils ont incarné l'honneur de la France, ses valeurs de justice, de tolérance et d'humanité.

   [...] Aujourd'hui, pour cet hommage de la nation aux Justes de France, reconnus ou anonymes, nous sommes rassemblés pour évoquer notre passé, mais aussi pour enrichir notre présent et notre avenir. « Quiconque sauve une vie sauve l'univers tout entier », dit le Talmud, devise qui orne la médaille des Justes. Il faut en comprendre toute la force : en sauvant une personne, chaque Juste a en quelque sorte sauvé l'humanité. Cette mémoire, soyez-en certains, soyez-en fiers, perdurera de génération en génération [...]

Jacques CHIRAC au Panthéon le 18 janvier 2007


Allocution de Jacques Chirac, président de la République,
à l'occasion de la cérémonie nationale en l'honneur des Justes de France

   Les « Justes » n'ont pas, comme les déportés, « parlé avec la mort » ( Charlotte Delbo ) : ils lui ont arraché des vies humaines. Agissant ainsi, ils ont simplement été des hommes « normaux », pour lesquels être un homme tient à la capacité à aimer ce monde et à aimer les autres. Par-delà leurs personnes, cette plaque consacre la bonté humaine, cette « force faible » vraie « force de Présence » tendue vers l'Autre. Dans la devise républicaine, elle donne à la fraternité, en deuxième position entre la liberté et l'égalité, son rôle plein d'expression de ce que « l'homme », ce sont immédiatement « les » hommes.
   Sur notre médaille, il est écrit « quiconque sauve une vie sauve l'univers entier ». La force faible, qui nous a permis de le faire, procède de l'esprit. Il peut la rendre invincible. Il faut que, le sachant, les générations nouvelles s'imprègnent de cette vérité, afin d'être à même de faire face aux barbaries toujours renaissantes et, comme nous l'avons fait, gardent l'Espérance.

Henri BARTOLI,
" Honneur aux « Justes » ",
Le Monde 18 janvier 2007.

   À cette occasion, le ministère de la Culture a demandé à Agnès VARDA de réaliser une création audioviselle et le chœur de chambre Accentus a interprété Figure humaine, une cantate composée en 1943 par Francis POULENC, sur des textes de Paul ELUARD, et qui s'achève par le poème Liberté.


Sur le site du ministère de la Culture

Hommage aux Justes - 18 janvier 2007

   Les classes de CM2 et les CDI des collèges, ont recu le numéro spécial d'octobre 2006 de la revue Je lis des histoires vraies, consacré aux Justes.


Sur le site Histoire et mémoires
du CRDP de Champagne-Ardenne


L'aide aux Juifs persécutés


Sur le site du
Cercle d'étude de la Déportation et de la Shoah
animée par Nicole MULLIER

Pour une histoire des Justes


Sur le site
Mémoire juive et éducation
animé par
Dominique NATANSON

Ils ont sauvé des Juifs


Les ressources du ministère de l'Éducation nationale et du Scérén


Enseigner l'histoire de la Shoah
Site animé en partenariat avec le Mémorial de la Shoah


Classement chronologique

 Philippe HUNEMAN, " Sobibor, 14 octobre 1943, 16 heures ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, mai 2009. 
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film réalisé en 2001 par
Claude LANZMANN, avec Yehuda LEMER, 98 minutes..

 Olivier DAUTRESME, " Einsatzgruppen, les commandos de la mort ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, avril 2009. 
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire réalisé en 2009 par
Michaël PRAZAN , 2X90 minutes, produit par Kuiv Productions.

 Catherine et René PAULIN, " Belzec ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, février 2009.
  Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire réalisé en 2005 par
Guillaume MOSCOVITZ, 109 minutes, produit par VLR Productions.

 Benjamin DELMOTTE, " Plus tard tu comprendras ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, janvier 2009.
   
Dossier d'accompagnement pédagogique du film réalisé en 2008 par Amos GITAÏ d'après le livre de Jérôme CLÉMENT, 90 minutes

 Joël HUBRECHT et Assumpta MUGIRANEZA,Enseigner l'histoire et la prévention des génocides. Peut-on prévenir les crimes contre l'humanité ?, Ressources Formation - Enjeux du système éducatif, Scérén-CNDP / Hachette Éducation, 2009

 " Mémoire et histoire de la Shoah à l'école - Ressources pour la classe ", Scérén-CNDP / Ministère de l'Éducation nationale, novembre 2008.

 Barbara VELASCO et Loïc JOFFREDO, Le Journal d'Anne Frank, Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, octobre 2008.
   
Dossier d'accompagnement pédagogique du téléfilm britannique Le Journal d'Anne Frank, réalisé en 2008 par Jon JONES pour la BBC, 95 minutes, et du film-documentaire réalisé en 2008 par Christophe
WEBER
et Laurent PORTES, 52 minutes, produit par MFP.

 Anne-Marie CHÉRÈS, " De Auschwitz à Jérusalem ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, mai 2008.
   Dossier d'accompagnement pédagogique d
u film documentaire réalisé en 2008 par Serge de SAMPIGNY, 98 minutes, produit par C Productions.

 Michel DOUSSOT, Pierre RAMOGNINO et René PAULIN, " Shoah ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, mai 2008.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du film de 9 heures 30 réalisé en 1985 par
Claude LANZMANN.

 Nicole MULLIER, " Shoah par balles, l'histoire oubliée ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, mars 2008.
   Dossier d'accompagnement pédagogique d
u film documentaire réalisé en 2007 par Romain ICARD, 80 minutes, diffusé du 12 mars sur France 3 dans Pièces à conviction.

 Nicole MULLIER, " Sonderkommando, Auschwitz-Birkenau ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, janvier 2008.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du documentaire réalisé en 2007 par Emile WEISS, 52 minutes, coproduit par MW Productions et Arte France. Chargés de faire fonctionner les fours crématoires, de très rares déportés des « commandos spéciaux », bravant l'anéantissement programmé, sont parvenus à transmettre leurs témoignages.

Jean BUMAT, " Il faudra raconter ", Télédoc - En ligne de mire, Scérén-CNDP, février 2006 ; actualisé en janvier 2008.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire de
Daniel et Pascal CLING réalisé en 2004, 57 minutes ;  coproduit par Iskra et Arte France, ce film, tourné à l'occasion du soixantième anniversaire de la libération des camps, présente les témoignages de quatre rescapés français du camp d'extermination d'Auschwitz : Ida GRINSPAN, Henri BORLANT, André ROGERIE et Maurice CLING.

Olivier et Haud PLAQUETTE, " Les survivants ",Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, avril 2006 ; actualisé en octobre 2007.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire de
Patrick ROTMAN, réalisé en 2004, 100 minutes ; produit par Kuiv Productions, ce film retrace l'histoire du système concentrationnaire nazi depuis l'ouverture des premiers camps en 1933, jusqu'à la libération par les Alliés en avril-mai 1945.

Jean BUMAT, " La Dame d'Izieu ", Télédoc - Le petit guide télé pour la classe, Scérén-CNDP, mars 2007.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du téléfilm en deux parties d'Alain WERMUS, réalisé en 2007, 2 fois 58 minutes, produit par TF1.

Anne-Marie SANGLA, Francine Christophe, une petite fille privilégiée, DVD-vidéo, 102 minutes, G-PODS, distribué par le Scérén-CRDP de l'Académie de Versailles, 2006.
   « Petite fille privilégiée », parce que déportée à l'âge de 9 ans elle a cependant survécu et retrouvé ses parents, Francine Christophe témoigne devant des élèves de Troisième.


Olivier PLAQUETTE, " Assassinat d’une modiste ( 1940-1943 ) ", Télédoc - En ligne de mire, Scérén-CNDP, mai 2006.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire de Catherine BERSTEIN réalisé en 2005, 82 minutes ; coproduit par IO Production et Arte France, ce film retrace l’histoire de la politique antijuive du gouvernement de Vichy et de sa complicité dans la mise en œuvre du génocide nazi en France, à travers l'itinéraire de
Odette BERSTEIN, dite Fanny BERGER, grand-tante de la réalisatrice, déportéee à Auschwitz.

 Olivier PLAQUETTE, " Hollywood et la Shoah ", Télédoc - En ligne de mire, Scérén-CNDP, janvier 2006.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du film documentaire de Daniel ANKER, réalisé en 2004 ; 92 minutes ; coproduit par Film Transit International, American Movie Classics, la BBC, la ZDF et Arte, ce film lretrace l’évolution de l’industrie du film de fiction américain face à la montée du nazisme, puis sa position face à la Shoah.

Benjamin DELMOTTE, " Au revoir les enfants ", Télédoc - En ligne de mire, Scérén-CNDP, novembre 2005.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du film français en partie autobiographique de
Louis MALLE, réalisé en 1987 ; 102 minutes ; en 1944, dans un pensionnat catholique, l'amitié entre un fils d’industriel et un jeune Juif, caché sous une fausse identité, dénoncé par le garçon de cuisine et arrêté par la Gestapo.

Philippe LECLERCQ, " Monsieur Klein ", Les dossiers de Télédoc, Scérén-CNDP, février 2005.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film de Joseph LOSEY réalisé en 1976, coproduit par Lira Films, Nova Films, Adel Productions et Mondial Te-Fi, 117 minutes.

 Patrick CLASTRES et Sylvie LESNÉ, Dessiner l'indicible autour de " Auschwitz " de Pascal CROCI, Bd de case en classe, Scérén - CRDP de Poitou-Charentes, 2005.

" Pistes de lecture - Bibliographie concernant la déportation et les camps d'extermination ", Lire au lycée professionnel, CRDP de l'académie de Grenoble, n° 47, 2005.

" Il y a 60 ans, la libération des camps de concentration ", Je lis des histoires vraie (  8 à 12 ans ), numéro exceptionnel, Paris, Scérén - CNDP / Fondation pour la Mémoire de la Shoah / Fleurus Presse, n° 136, janvier 2005.

" Aucun d’entre nous n’aurait voulu laisser sa place - 6 juin 1944 ", Textes et Documents pour la classe, Scérén - CNDP, n° 877, juin 2004.
Interview de
Léon GAUTIER, ancien membre du commando Kieffer par Pierre DANCKERS.

 Les sentiers de la mémoire Junior association du lycée Lebrun, Coutances est un site qui a été crééée n 2004 et qui se consacre à l’étude, la compréhension et la transmission de la mémoire des crimes de masse perpétrés au XXe siècle, et plus particulièrement celle de la Shoah.

Jacques EHRENFREUND, " Les lignes de la mémoire - Le Musée juif de Berlin ", Textes et Documents pour la classe, Scérén - CNDP, n° 877, juin 2004.

Sandrine MAZZILLI, Geneviève RAVEX et Fadila TAHOUATI, Antisémitisme, Déportation, Holocauste,  Sélection documentaire pour un fonds de collège, classement par pays, CRDP de l'Académie de Grenoble, juin 2004.

Anne HENRIOT et Loïc JOFFREDO, " Un spécialiste ", Les dossiers de Télédoc, Scérén-CNDP, décembre 2001.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film écrit par Rony BRAUMAN et Eyal SIVAN, réalisé par Eyal SIVAN, à partir des images du procès d'Eichmann, 2 heures 10 minutes.
   Ce dossier est une reprise de Cinédoc, supplément du Téléscope n° 223 du 7 avril 1999 et du TDC n° 773 du 1er au 15 avril 1999.

 Roger BOULANGER, La déportation racontée à des jeunes. Parole et témoignage d'un ancien déporté, Histoire en mémoire 1939-1945, Scérén - CRDP de Champagne-Ardenne, 2003.
http://www.crdp-reims.fr/ressources/lib/produits/commande/bon129.htm

Jana HYKLOYA, Pavel STINGL, Renata KRÁVOLÁ et Markéta STINGOVÁ, Comme un mauvais rêve, vidéocassette, 50 minutes, livret pédagogique, Côté télé, Ceská televize - K2 - CNDP, 2003.
   L'histoire d'Eva, enfant juive du camp-ghetto de Theresienstadt, déportée à Auschwitz-Birkenau.

 Fabrice MILLOT, Sophie ROBIC et Maryvonne VÉNARD,  Mémo-Art, théâtre et mémoire du génocide, vidéocassette, 13 minutes, livret pédagogique, Histoire en mémoire 1939-1945, Scérén - CRDP de Champagne-Ardenne, 2003.
   Une évocation théâtrale et symbolique de la déportation.

http://www.crdp-reims.fr/ressources/lib/produits/commande/bon122.htm

Claude-Alice PEYROTTES et Alain CHERAFT, Histoire du convoi du 24 janvier 1943 Auschwitz-Birkenau, vidéocassette, 59 minutes, livret pédagogique, Côté Télé, CNDP - Les Films à Lou - Tournesol Productions - Touza Production, 2003.
   Le 24 janvier 1943, 230 détenues politiques françaises ont été déportées à Auschwitz-Birkenau ; 49 d'entre elles seulement ont survécu à la déportation. Ce film évoque la double rencontre avec l'oeuvre de Charlotte DELBO qui a fait partie de ce convoi, et avec ses camarades de déportation.


 Fabienne ROUSSO-LENOIR, Zakhor, vidéocassette, 22 minutes, livret pédagogique, Côté Télé, CNDP - Autour du film, 2003.

Jacques TORNERO et Bernard COHN, Autopsie d'un mensonge : le négationnisme, vidéocassette, 100 minutes, Côté Télé, CNDP / Lili Productions, 2003.

Jean-Paul CAYEUX et Pascal LE BERRE, Aide-mémoire du crime contre l'humanité, vidéocassette, 52 minutes, CRDP de Haute-Normandie, 2002.

Rafael LEWANDOWSKI et Jean-Pierre MORILLON, Une Ombre dans les yeux, Côté Télé, vidéocassette, 52 minutes, livret pédagogique, Image Plus /Porte Rouge /Rougemarine, CNDP, 2002.
   Témoignage sur la déportation de
Willy HOLT, chef décorateur de Woody Allen.

 Dominique NATANSON, La Shoah et les crimes nazis, J'enseigne avec l'Internet, Scérén / CRDP de Bretagne, 2002.

Michel DOUSSOT, Pierre RAMOGNINO et René PAULIN, " Shoah ", Les dossiers de Télédoc, Scérén-CNDP, janvier 2002.
    Dossier d'accompagnement pédagogique du film en 3 parties de
Claude LANZMANN, réalisé en 1985, 9 heures 30 minutes.
   Ce dossier est une reprise de Télescope, n° 183, 31 janvier 1998

Claude LANZMANN, Shoah ( extraits ), DVD-vidéo, 173 minutes, livret d'accompagnement, hors commerce, L'Eden Cinéma, CNDP - Arts et Culture - Ministère de l'Éducation nationale, 2001.
   1/ La disparition des traces ( 34 minutes 23 )
   
2/ Les chambres à gaz de Treblinka et d'Auschwitz ( 27 minutes 15 )
   
3/ Polonais de Grabow ( 19 minutes 41  )
   
4Polonais de Chelmno ( 17 minutes )
  
 5/ Le processus de la mise à mort à Treblinka ( 34 minutes 29 )
   
6/ Vie et mort à Birkenau des Juifs du camp des familles de Theresienstadt ( 37 minutes 38 )   DVD diffusé par le réseau Scérén - CNDP - CDDP dans tous les lycées avec l'ouvrage de Jean-François FORGES, Shoah de Claude Lanzmann - Le cinéma, la mémoire, l'histoire, L'Eden Cinéma, CNDP - Arts et Culture - Ministère de l'Éducation nationale, 2001.

Bernard COHN et Jacques TARNERO, Autopsie d'un mensonge : le négationnisme, vidéocassette, 100 minutes, livret pédagogique, Côté télé, Scérén - CNDP, 2000.

Thierry LEVASSEUR et Jean-Claude LESCURE, " Le procès Klaus Barbie ", Les dossiers de Télédoc, Scérén-CNDP, novembre 2000.
    Dossier d'accompagnement pédagogique des 37 émissions de 2 heures, présentées par Anne Sinclair, Henri Rousso et Jean-Olivier Viout, coordonnées par Dominique Missika et réalisées par Frédéric Pichon.


Gilles GONY, Michel MONTAGNE et Pierre RAMOGNINO, " Nuit et Brouillard ", Les dossiers de Télédoc, Scérén-CNDP, janvier 2000.
   Dossier d'accompagnement pédagogique du film d'
Alain RESNAIS réalisé en 1955, sur un texte de Jean Cayrol dit par Michel Bouquet, 32 minutes.
   Ce dossier est une reprise des dossiers de Téléscope, n° 10, du 9 mai 1992, et n° 159, du 3 mai 1997.

Catherine GOUPIL, Hervé PERNOT et Manuella MARQES, 1940-1944, Paris au temps des rafles - Le camp de Drancy, Parcours d'histoire nouvelle formule, n° 1, vidéocassette, 13 minutes, CNDP - La Cinquième - Galilée, 1999.

Didier MÉNY, Shoah : limites de l'histoire, CRDP de Bourgogne, 1998.

Sur la Shoah, ensemble pédagogique composé de 10 ouvrages et de 4 affiches, CNDP - CRDP de Bourgogne, 1998.
   Jean-Michel LECOMTE ( coordination ), Savoir la Shoah, collection Documents, actes et rapports pour l'éducation ;
   - 
Christine SYREN, Shoah, une bibliographie ;
   - 
" Le mal impensable ? ", Philomène n° 10 ;
   - 
Jean-Michel LECOMTE et Nicolas GIACOMETTI, Enseigner sur la Shoah, Les carnets - collection pédagogique du CRDP de Bourgogne ;
   - 
Philippe LE MAÎTRE, Unicité de la Shoah, Savoir et transmettre ;
   - 
Didier MÉNY, Shoah : limites de l'histoire, Savoir et transmettre ;
   - 
Pierre-Yves GAUDARD, Shoah : l'impasse des explications monocausales, Savoir et transmettre ;
   - Philippe LE MAÎTRE, Le catholique et la Shoah, Savoir et transmettre ;
   - Jean-François FORGES, Shoah : le silence français, Savoir et transmettre ;
   - 
Jean-Michel LECOMTE, Shoah et formation citoyenne, Savoir et transmettre ;
   - Carte des camps de concentration et d'extermination en Europe ;
   - Carte du maillage ferroviaire de l'Europe vers Auschwitz ;
   - 
Carte de la France des camps ;
   - Plan d'Auschwitz-Birkenau, camp d'extermination
.

Jean-Paul CAYEUX et Françoise BOTTOIS, Denise Holstein - Le passage du témoin, vidéocassette, 26 minutes, deux livrets d'accompagnement, une cassette audio, CRDP de Haute-Normandie, 1997.

De la " science raciale " aux camps - Les Tsiganes dans la Seconde Guerre mondiale, Interface, Centre de recherches tsiganes - CRDP de Midi-Pyrénées, Toulouse, 1997.

André et Gloria CAMPANA, Le combat de Serge Klarsfeld : les crimes nazis à la responsabilité française, vidéocassette, 61 minutes, France 2 - M. W. Productions - CNDP, 1996.

Donald KENRICK, Grattan PUXON et Janine de WAARD, Les Tsiganes sous l'oppression nazie, Interface, Centre de recherches tsiganes  - CRDP de Midi-Pyrénées, Toulouse, 1996.

Nuit et Brouillard, film d'Alain RESNAIS, texte écrit par Jean CAYROL, dit par Michel BOUQUET, vidéocassette, 32 minutes, Paris, CNDP - Argos Films, 1956-1995.
   Réalisé en 1955 en collaboration avec le Comité d'histoire de la 2ème Guerre mondiale et de son président Henri Michel, ce film qui traite de la déportation en général a fait l'objet à sa sortie de ce qu'on peut appeler une « censure-boycott ».
   Alain Resnais fut en effet contraint, pour obtenir le visa d'exploitation de son film, d'effacer le képi d'un gendarme français filmé par les Allemands au camp de Pithiviers, c'est-à-dire de gommer la complicité du gouvernement de Vichy et la participation de la police française à la mise en œuvre en France par les nazis de la « solution finale ».
   Sélectionné pour représenter la France au Festival de Cannes en 1956, le film a été retiré de la sélection à la suite des pressions diplomatiques de l'ambassade de la République fédérale d'Allemagne auprès du Quai d'Orsay et du gouvernement français.
   Le film fut interdit en Suisse au nom de la neutralité, et il n'avait jamais été programmé à la télévision française jusqu'à ce que Michel Polac ait décidé de le diffuser à l'improviste, à la fin de son émission « Droit de réponse » sur TF1, en septembre 1987, pour répliquer à Le Pen qui venait de déclarer, dans le contexte du procès Barbie, que « les chambres à gaz n'étaient qu'un point de détail de l'histoire de la Seconde Guerre mondiale ».
   Le film reçut néanmoins le prix Jean Vigo en 1956 et fut largement diffusé dans le circuit des cinéclubs.
   En 1992, après l'arrêt de non-lieu prononcé par la Cour d'Appel de Paris en faveur de l'ancien chef de la Milice à Lyon, Paul Touvier, arrêt qui suscita une vive émotion, la cassette-vidéo de ce film a été envoyée dans tous les lycées publics et privés par le Centre national de documentation pédagogique, à la demande du ministre de l'Education nationale, Jack Lang.
   En 1997, le texte du commentaire de
Jean CAYROL qui avait été publié en 1949 dans la revue Esprit, a été réédité dans la collection de poche, Libres-Fayard.
http://www.cndp.fr/tice/teledoc/dossiers/dossier_brouillard.htm
http://clioweb.free.fr/camps/lindeperg.htm
http://clioweb.free.fr/camps/nuitetbrouillard.htm

 Marion et Henry-Roland COTY,  Les camps de concentration nazis 1933-1945, film réalisé sous le patronage de la Fondation pour la mémoire de la déportation à l'occasion du 50ème anniversaire de la libération des camps, vidéocassette, 87 minutes, livret pédagogique élaborépar le CRDP de Champagne-Ardenne, 1995.
    Système concentrationnaire et génocide sont replacés dans le contexte politique, militaire, économique de l'Allemagne confrontée à la montée et au triomphe du nazisme. Le film retrace l'évolution du système concentration-naire nazi tel qu'il a été appliqué aux opposants politiques, aux résistants et aux victimes de la sélection raciale, en s'appuyant sur les témoignages de déportés accompagnés d'images d'archives parfois inédites.

   http://www.crdp-reims.fr/ressources/lib/produits/commande/bon104.htm

Pascal LE BERRE, Aide-mémoire du crime contre l'humanité, vidéocassette, 52 minutes, CDDP de l'Eure,1994.
   Les témoignages de survivants d'Auschwitz et les commentaires de l'historien
Henry ROUSSO et de l'avocat Henri LECLERC.

Un sac de billes de Joseph Joffo, Lire une œuvre entière à l'école, CRDP de Franche-Comté, 1991.

Maurice VOUTEY, Évolution et rôle du système concentrationnaire nazi, CRDP de Bourgogne, 1984.


Sur le site Histoire et mémoires
du CRDP de Champagne-Ardenne

La problématique des rapports entre histoire et mémoire

Vichy et les Juifs

La mémoire de Vichy et du génocide en France depuis 1945

Le procès de Nuremberg

La mémoire du génocide dans les programmes scolaires

Les enfants et les adolescents dans le système concentrationnaire nazi

Les lieux de mémoire du génocide en Champagne-Ardenne et en France

La déportation des Juifs de la Marne

L'aide aux Juifs persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale

La famille Schwartzmann de Tinqueux

Georges et Albertine Simon, Edmond Abou

La déportation des juifs de juifs de Sainte-Ménehould

Le témoignage de Madame Ida Boniack
fille de Syma Ksiazenicer déportée à Auschwitz

L'inauguration de la salle Solange AST à Châlons

Des jeunes à Auschwitz-Birkenau

Jules Fainzang, rescapé d'Auschwitz témoigne au collège Saint-Michel de Reims

Les Tsiganes


Le Café pédagogique


2010
Enseigner la Shoah - Pistes pédagogiques
École - Collège - Lycée

Dossier spécial avec un éditorial
de François JARRAUD


Sur le site du Cidem ( Civisme et démocratie )
Le Portail de ressources pédagogiques
Les itinéraires de la Citoyenneté


27 janvier
Journée de la mémoire des génocides
er de la prévention des crimes contre l'humanité

Génocides et prévention des crimes contre l'Humanité


Sur le site du Mémorial de la Shoah


Archives et documentation
Pédagogie et formation
Programmes des activités
Pour les enfants

http://www.memorialdelashoah.org/index.php/fr/

27 janvier 2014

Encyclopédie multimédia de la Shoah

Le grenier de Sarah
Site en français et en anglais
d'introduction à l'histoire de la Shoah,
destiné spécifiquement aux enfants de 8-11 ans


Sur le site d'Arte


Maîtriser le présent
Interview du réalisateur suisse Dani LEVY

Shoah - La deuxième génération

Éduquer après Auschwitz
Entretien avec Matthias HEYL

Israël aujourd'hui : La vision de la Shoah

Il y a 60 ans, la libération des camps

Bibliographie et liens - Enseigner la Shoah aujourd'hui
27 janvier : Jour de la Mémoire
Sur les voies d'Auschwitz
Enseigner la Shoah - Interview
La Shoah et l'art
Bibliographie, liens

Menu

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2000-2014
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.