Lieux de mémoire > Le souvenir de la 1ère GM en CA > Le cimetière italien de Bligny
Menu
Menu

Le cimetière italien de Bligny
Chambrecy ( Marne )

Dossier présenté par Jean-Pierre HUSSON

 





Les volontaires italiens en France
en 1914-1915

   Dès l'été 1914, bien que leur pays ne soit pas entré dans le conflit, des immigrés italiens se sont engagés comme volontaires dans l'armée française.
   
Le 5 novembre 1914, a été constitué au sein de Légion étrangère, le 4e régiment de marche, qui a pris le nom de « Régiment des Garibaldiens » en souvenir de GARIBALDI, grande figure de l'indépendance italienne venu combattre aux côtés des Français lors de la guerre de 1870.
   Six des petits-fils de
Giuseppe GARIBALDI ont combattu dans ce régiment qui a été dissous en 1915, après l'entrée en guerre de l'Italie aux côtés de la France et du Royaume-Uni contre l'Autriche-Hongrie et l'Allemagne, les volontaires italiens rejoignant alors des unités italiennes engagées sur le front austro-italien.
   En 1914, un jeune immigré italien, Lazare PONTICELLI, dernier poilu décédé en France en 2008, s'était engagé dans ce régiment à l'âge de 16 ans, en trichant sur son âge, et avait combattu en Argonne sous le commandement du lieutenant-colonel Giuseppe GARIBALDI qui portait le même prénom que son grand-père.
   Deux autres petit-fils de
GARIBALDI, Bruno et Constante, ont été tués en Argonne où a été érigé le Monument des Garibaldiens qui leur rend hommage ainsi qu'aux 500 volontaires italiens tués en Argonne au cours de l'hiver 1914-1915. Ce monument se dresse dans la commune meusienne de Lachalade située aux confins du département de la Marne, à l'emplacement du Cimetière des Garibaldiens, où les volontaires italiens tués au combat avaient été enterrés initialement avant que leurs corps ne soient transférés dans la nécropole de Bligny.

Le site de l'ancien cimetière où ont été initialement enterrés à Lachalade
dans la Meuse, les corps des volontaires italiens tués en Argonne
au cours de l'hiver 1914-1915, avant d'être regroupés à Bligny

Extrême preuve d'amour
Bruno et Costante Garibaldi
avec 500 légionnaires
tombèrent sur cette terre de France
et furent l'héroïque avant-garde
de l'Italie de Vittorio Veneto

Le monument des Garibaldiens à Lachalade dans la Meuse
exalte la mémoire de deux petits-fils de Garibaldi,
Bruno, tué à Bonante le 26 décembre 1914
et Constante, tué à Courte Chausse le 5 janvier 1915
ainsi que des 500 volontaires italiens
qui en venant combattre aux côtés de la France en Argonne
dès 1914-1915, ont anticipé sur l'engagement de l'Italie
ultérieurement victorieuse à Vittorio Veneto en octobre 1918
Ce monument, œuvre de S. Datteroni, sculpteur à Carrare
a été érigé le 21 avril 1932 par
l'Associazione nationale Volontari di Guerra d'Italia

Bolante
Courte Chausse
Ravin des Meurissons
Ici sont rassemblés les ossements
des anticipateurs de l'Argonne
français ou italiens
Obéissez à l'ordre de Garibaldi

Le monument des Garibaldiens à Bligny
( à droite en entrant dans le cimetière )
Plaque en bronze des fondeurs Codari et Dubru
Gerbe des volontaires garibaldiens

   En 1918, à la demande du commandement interallié, l'Italie envoya 41 000 soldats combatttre en France pour contrer les offensives allemandes en Champagne et sur le Chemin des Dames.

La nécropole italienne

   En 1998, 4 851 sépultures militaires de soldats italiens inhumés en France ont été recensées, dont 3 440 dans la nécropole de Bligny aménagée sur le territoire de la commune de Chambrecy, à une quinzaine de kilomètres au sud-ouest de Reims, et qui couvre une superficie de 3,5 hectares :
        - 
3 040 tombes individuelles ;
        - et
400 corps en ossuaire.


République italienne
Cimetière militaire italien
Morts au combat
1914-1918

Aux
5 000
soldats italiens
morts sur la terre de France

Sur la plaque de marbre

D'avril à novembre 1918
41 000 soldats italiens
combattirent sur le front
français. 70 ans plus tard
le 16 juillet 1988
Mr le Sous-Secrétaire d'Etat
Italien à la défense et
Mr le Secrétaire d'Etat chargé
des Anciens Combattants et des
Victimes de guerre
ont rappelé ensemble cette
page de mémoire
commune des deux nations
italienne et française

Sur le livre en bronze

   D'avril à novembre 1918 le 2e corps d'armée italien, constitué par la 3e et la 8e
divisions réparties respectivement dans   
les brigades d'infanterie « Napoli » et  « Salerno » et dans les brigades d'infanterie « Brescia » et « Alpi », a combattu dans le secteur de Reims entre Vrigny et Jaulgonne, dans le secteur
des Argonnes et dans celui de l'Aisne à l'est de Soissons, encadré successivement dans les 5e, 10e et 3e armées françaises

   La grande unité italienne commandée par le général de division Alberico Albricci
eut plus de 9 000 morts dans les durs et victorieux combats.
   3 453 d'entre eux reposent dans le cimetière
militaire réalisé et pris en charge par le Commissariato   generale onoranze ai caduti in  guerra ( Ministero della   diffesa - Roma )

Le Champ du Souvenir

       De l'autre côté de la route, en face de la nécropole proprement dite a été recontituée une voie romaine bordée de cyprès, qui mène à une colonne brisée.

Rome aux 5 000 Italiens
tombés en combattant
pour la France
1914-1918


Il Commissariato del Governo per le Onoranze
ai Caduti in Guerra, (CGOCG)



Julien SAPORI
,
Les troupes italiennes en France pendant la première guerre mondiale,
Le Chaufour, Anovi, 2008

Menu

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2000-2008
Tous droits de traduction, de reproduction
et d'adaptation réservés pour tous pays.