LES QUATRE RECTEURS DE L'ACADÉMIE DE REIMS AU XIXe SIÈCLE

Quatre recteurs se succèdent de 1848 à 1854 sur le siège de l'académie de Reims. Le premier pressenti, Louis Mézières, précédemment recteur à Metz, est nommé par arrêté du 13 septembre 1848, mais il n'exerce pas réellement ses fonctions puisqu'à peine arrivé, il fait valoir ses droits à la retraite.

C'est donc à son successeur, Jacques Édom, qu'échoit la tâche de faire fonctionner la nouvelle administration. Auparavant recteur de l'académie de Grenoble, il est nommé le 28 septembre 1848. Il reste officiellement en fonction jusqu'en décembre 1849, date de sa démission pour raisons familiales. Mais en fait, il ne réside plus dès août 1849, la continuité du service étant assurée par l'inspecteur d'académie Bernard Forneron. Ce dernier, d'abord inspecteur d'académie à Montpellier, occupe la même fonction à Reims depuis le 13 septembre 1848, ce qui lui donne une bonne connaissance de la circonscription et en fait le successeur tout désigné d'Édom.

 

Nomination des deux premiers recteurs,
Louis Mézières le 13 septembre 1848,
et Jacques Édom le 25 septembre 1848
Registre du conseil académique, 1848-1852
AD Marne, 1 T 634

 

Bernard Forneron constitue un cas intéressant de ces " petits recteurs " du XIXe siècle. Né le 12 décembre 1797 à Messigny en Côte-d'Or, il est le fils d'un huissier de juge de paix. Il effectue ses études au collège de Gray et au lycée de Dijon. En octobre 1818, il entre à l'École normale supérieure. Licencié ès lettres à la Sorbonne en 1821, il réussit la même année le concours de l'agrégation, figurant parmi vingt lauréats dont Jules Michelet. Il occupe le poste de régent du collège de Troyes au lendemain de son succès, et celui de censeur du collège royal de Douai en 1830. Il devient ensuite principal du collège de Troyes en 1831, proviseur du collège de Douai en 1840 et de celui de Rouen en 1843. Il est nommé inspecteur d'académie de Montpellier en 1847, puis de Reims en 1848, avant d'en devenir le recteur en décembre 1849.

À la suite de l'application de la loi du 15 mars 1850, le recteur Forneron conserve le siège de Reims, par décret du 10 août, mais dans un cadre désormais réduit au seul département de la Marne. C'est à lui que revient le mérite d'avoir donné vie et rendu cette académie " florissante ", aux dires de son successeur. Il y reste jusqu'en 1852, avant d'occuper la même fonction en Seine-inférieure. De 1853 à 1865, il dirige à Paris, en tant que proviseur, successivement le lycée Louis-le-Grand puis le lycée impérial Bonaparte (actuel lycée Condorcet). Il prend sa retraite en 1865, à l'âge de 68 ans, et décède en 1886. Administrateur, il est aussi l'auteur de deux ouvrages : un Guide des instituteurs ou principes de pédagogie paru en 1852 et un Petit traité des études classiques élémentaires publié en 1863. Il s'agit donc d'une carrière lente, où les titres universitaires comme le doctorat ne sont pas encore exigés (il ne le sera qu'en 1854) et qui n'a pas grand-chose à voir avec le cursus des recteurs contemporains.

 

Henri Valton
Bernard Forneron, ancien professeur au lycée de Troyes, recteur, 1855
Musée d'art et d'histoire de Troyes, INV. 36.6.1.

 

Nomination du recteur Bernard Forneron, le 24 décembre 1849
Registre du conseil académique, 1848-1852
AD Marne, 1 T 634

 

Bernard Forneron
Guide des instituteurs ou principes de pédagogie
pour l'instruction primaire
, Paris, 1852
AD Marne, H 2603

 

Règlement pour les écoles primaires communales du département de la Marne, Châlons-sur-Marne, 1852
AD Marne, R Chp 72


Le 11 septembre 1852, Joseph Villemereux, jusqu'alors proviseur du lycée de Besançon, prend la succession du recteur Forneron, à la demande pressante du ministre Fortoul, mais son action est écourtée par la suppression de l'académie de Reims lors de la réorganisation de 1854.

 

Décret de nomination de Joseph Villemereux, 11 septembre 1852
AD Marne, 1 T 11

 

Éloge de Bernard Forneron par son successeur Joseph Villemereux, 20 octobre 1852
Registre du conseil académique, 1848-1852
AD Marne, 1 T 1

 

page précédente
page suivante

© SCÉRÉN-CRDP de Champagne-Ardenne, 2008