XI- QUELQUES FIGURES MARQUANTES

 

     Dans la galerie de cinquante huit préfets qui se sont succédé à Châlons, en dehors de l'exceptionnelle personnalité de Bourgeois de Jessaint, quelques noms émergent soit qu'ils aient acquis une notoriété locale due à une présence prolongée, soit qu'ils se soient constitué une stature nationale, après un passage dans la Marne. Il conviendrait d'y associer quelques sous-préfets avec notamment l'importante sous-préfecture de Reims.

 

Liste des préfets de la Marne

BOURGEOIS DE JESSAINT (Vte Claude), (29 mars 1800 - 1er novembre 1838).
BOURLON DE SARTY (Ernest), (1er novembre 1838 - 1er mars 1848).
LECUREUX (Augustin), (1er mars 1848 - 19 novembre 1848).
CAYLUS (Ernest), (19 novembre 1848 - 31 décembre 1848).
BOSELLI (San-Bénedetto), (31 décembre 1848 - 4 mars 1853).
CHASSAIGNE-GOYON (Alexandre), (4 mars 1853 - 25 juin 1864).
AMELIN (Joseph-Eugène), (25 juin 1864 - 8 novembre 1869).
SOHIER (Adrien), (8 novembre 1869 - 23 mars 1871).
REGNAULT (Émile), (16 avril 1871 - 11 novembre 1871).
JOUSSERANDOT (Louis), (11 novembre 1871 - 26 mai 1873).
JOUVENEL DES URSINS (Baron Raoul de), (26 mai 1873 - 16 décembre 1874).
VAUFRELAND (Baron André de), (16 décembre 1874 - 14 avril 1876).
DUCREST DE VILLENEUVE (Émile-Louis), (14 avril 1876 - 18 mai 1877).
SAISSET-SCHNEIDER (Raymond), (18 mai 1877 - 19 décembre 1877).
DUPHENIEUX (Paul), (19 décembre 1877 - 12 janvier 1880).
DELASALLE (Louis), (12 janvier 1880 - 2 avril 1886).
BAUDRAN (Antoine-Émile), (2 février 1886 - 25 mai 1889).
GRANET (Paul), (25 mai 1889 - 12 février 1890).
VIGUIE (Paul), (12 février 1890 - 16 novembre 1895).
FOSSE (Chrysostome), (16 novembre 1895 - 12 octobre 1896).
SALMON (Henri), (12 octobre 1896 - 16 juillet 1898).
GILBERT (Ambroise), (16 juillet 1898 - 7 septembre 1903).
HUARD (Henry), (7 septembre 1903 - 27 mars 1906).
MEUNIER (Georges), (27 mars 1906 - 24 juillet 1907).
CHAPRON (André), (24 juillet 1907 - 22 janvier 1919).
LE BOURDON (Raymond) , (22 janvier 1919 - 20 février 1919).
THIBON (Louis) , (20 février 1919 - 1er août 1919).
RAULT (Victor) (mission temporaire) , (1er août 1919 - 25 février 1920).
BRISAC (Jules) , (25 février 1920 - 28 août 1924).
LANGERON (Roger) , (28 août 1924 - 19 février 1929).
RISCHMANN (Georges) , (19 février 1929 - 17 juillet 1929).
MAGNY (Charles) , (17 juillet 1929 - 24 octobre 1934).
CATUSSE (Raoul) , (24 octobre 1934 - 4 avril 1936).
BERTHOIN (Jean) , 4 avril 1936 - 15 avril 1938).
JOZON (André) , (15 avril 1938 - 25 septembre 1940).
BOUSQUET (René) , (25 septembre 1940 - 1er juillet 1942).
PERETTI della ROCCA (Alexandre) , (1er juillet 1942 - 15 octobre 1944).
JAMMES (Raymond) , (15 octobre 1944 - 31 mars 1946).
GRIMAUD (Paul-Émile) , (31 mars
1946 - 20 juin 1950).
REYMOND (Jean) , (20 juin 1950 - 21 juillet 1951).
CHAUSSADE (Pierre) , (21 juillet 1951 - 16 mai 1956).
LOBUT (Christian) , (16 mai 1956 - 6 novembre 1959).
SIMONEAU (Eugène) , (6 novembre 1956 - 1er septembre 1961).
VIE (Émile) , (1er septembre 1961 - 16 janvier 1967).
MILLOT (Jacques) , (16 janvier 1967- 31 janvier 1970).
ROCHE (Tony) , (10 février 1970 - 14 juin 1974).
TURON (Marcel) , (15 juin 1974 - 30 mai 1978).
DELAUNAY (Jacques), (30 mai 1978 - 15 juillet 1980).
VINCENT (Julien) , (15 juillet 1980 - 31 juillet 1981).
MASSON (Gilbert) , (1er août 1981 - 29 juillet 1983).
MANIERE (Pierre) , (1er août 1983 - 26 août 1985).
BERNARD (Paul) , (26 août 1985 - 21 novembre 1986).
THEYS (Maurice) , (24 novembre 1986 - 13 décembre 1987).
BONNET (Yves) , (13 décembre 1987 - 17 novembre 1991).
MARTY (Jean-Paul) , (13 janvier 1992 - 29 octobre 1993).
FOURNET (Jacques) , (2 novembre 1993 - 26 octobre 1996).
DEGREMONT (Éric) , (26 octobre 1996 - 18 décembre 1999).
THENAULT (Michel) , (24 janvier 2000 - 11 juin 2001).
DAUBIGNY (Jean) , (2 juillet 2001 - 1er septembre 2003)
DUBOIS (Dominique) , (1er septembre 2003 - 20 mars 2006)
DESLANDES (Philippe) , (10 avril 2006 - )

 

Liste des sous-préfets de Reims

LEROI (Nicolas-Marie) , (9 germinal an VIII - 8 mars 1814).
FLEURY (de) , (9 mars 1814 - 1er août 1815).
GESTAS (Charles de) , (2 août 1815 - 15 août 1830).
POISSON (Charles) , (16 août 1830 - 22 novembre 1841).
POULTIER , (23 novembre 1841 - 13 janvier 1843).
BOURDON (Antoine-Florentin) , (14 janvier 1843 - mars 1848).
DAVID , (mars - 5 juillet 1848).
POISSON (Charles) , (5 juillet 1848 - 16 mars 1849).
LEROY (Pierre) , (7 mars - 6 décembre 1849).
FEART (Paul-Francisque) , (7 décembre 1849 - 31 janvier 1852).
CHEVREMONT (de) , (1er février 1852 - 15 mars 1853).
ARNOUX (Edmond-Constantin d') , (16 mars 1853 - 9 avril 1858).
GOUVILLIERS (Antoine-Alphonse de) , (10 avril 1858 - 18 juillet 1859).
LEMPEREUR de SAINT-PIERRE (Augustin-Gabriel-Jean-Baptiste) , (19 juillet 1859 - 9 septembre 1864).
JORET DES CLOSIERES (Louis-Aymar) , (10 septembre 1864 - 22 mars 1867).
SEBASTIANI (Tiburce-Eugène) , (23 mars 1867 - 31 mars 1871).
EMION (Victor) , (1er avril - 19 avril 1871).
MASIN (Cte de) , (20 avril - 4 mai 1871).
EMION (Victor) , (5 mai - 8 novembre 1871).
GRENIER (Léon) , (9 novembre 1871 - 27 mai 1873).
BIENCOURT (de) , (28 mai 1873 - 14 octobre 1875).
LEJOUTEUX (Jean-Edmond) , (15 octobre 1875 - 23 mai 1877).
LATOUCHE (Marie-Louis-Georges de) , (24 mai - 29 décembre 1877).
POGGIOLI , (30 décembre 1877 - 6 janvier 1878).
PARISOT , (7 janvier 1878 - 24 mars 1879).
MAJEAN (Désiré-Dieudonné) , (25 mars - 2 septembre 1879).
MONTREMY (de) , (3 septembre 1879 - 16 novembre 1880).
BOURGEOIS (Léon-Victor) , (17 novembre 1880 - 7 novembre 1882).
LANDART , (8 novembre 1882 - 9 avril 1884).
SEE , (10 avril 1884 - 12 février 1886).
FOSSE (Eugène), (13 février 1886 - 8 mars 1890).
HUMBERT (Paul-Marie) , (9 mars 1890 - 16 mars 1893).
POIFFAUT (Eugène) , (17 mars 1893 - 12 avril 1896).
GILBERT (Ambroise) , (13 avril 1896 - 2 mai 1897).
COLLIGNON (Auguste-Nicolas) , (3 mai 1897 - 18 juillet 1898).
BERNARDIN , (19 - 22 juillet 1898).
HUARD (Henri) , (22 juillet 1898 - 23 septembre 1900).
ROUDAUD (Jean-Baptiste) , (24 septembre 1900 - 8 septembre 1902).
JOSSIER (Louis-Alfred) , (9 septembre 1902 - 15 août 1906).
DHOMMEE , (16 août 1906 - 19 avril 1915).
REGNIER (Jacques) , (20 avril 1915 - 18 avril 1917).
BAILLIEZ (Charles-François) , (19 avril 1917 - 14 novembre 1920).
MENNECIER (Louis-Auguste) , (14 novembre 1920 - 20 octobre 1926).
CHIRAUX , (21 octobre 1926 - 1er juillet 1930).
TOURNIER , (2 juillet 1930 - 30 avril 1937).
PHILIP , (1er mai 1937- 21 septembre 1941).
ESQUIROL , (21 septembre 1941 - 11 janvier 1943).
CORNUT-GENTILLE , (11 janvier 1943 - 16 mai 1943).
LECLERQ , (16 mai 1943 - 14 février 1944).
BLANCHET (Pierre-Antoine) , (14 février 1944 - 26 juin 1944).
JACQUEMIN (gaston) , (26 juin 1944 - 29 août 1944).
SCHNEITER (Pierre) , (29 août 1944 - 16 août 1945).
PICARD (Maurice) , (16 août 1945 - 16 novembre 1946).
ESCANDE (Jean) , (16 novembre 1946 - 1er janvier 1954).
ECAL (Henri) , (1er mars 1954 - 1er novembre 1958).
MORICE (Raymond) , (1er novembre 1958 - 11 février 1962).
BOSC (François) , (11 février 1962 - 3 avril 1972).
BUSSIERE (Claude) , (4 avril 1972 - 18 août 1974).
PLANTY (Jacques) , (19 août 1974 - 15 janvier 1979).
RESUNGLES (Jean) , (16 janvier 1979 - juin 1981).
CALIMEZ (Claude) , (27 août 1981 - 6 juillet 1983).
CHERIET (Hafnaoui) , (7 juillet 1983 - 30 septembre 1992).
FABRE (Jacques) , (octobre 1992 - 30 décembre 1995).
PARAF (Jean) , (5 février 1996 - juin 1996).
LE MIERE (Benoît) , (15 juillet 1996 - 6 septembre 1998).
MARECHAUX (Bertrand) , (7 septembre 1998 - 28 septembre 2001).
BOYER (Alain) , (2 avril 2001 - 31 décembre 2004)
WIART (Jean-Louis) , (3 janvier 2005 - )

 

Personnalités qui se sont illustrées dans la Marne

     Jean-Baptiste Drouet

     Né à Sainte-Menehould, le 10 janvier 1763, il en devient sous-préfet du 9 germinal an VIII à sa destitution le 1er avril 1814, puis retrouve encore sa sous-préfecture pendant trois semaines du 14 avril 1815 au 9 mai 1815.
     Sa carrière administrative a été précédée d'un parcours politique. Maître de postes à Sainte-Menehould, à l'origine de l'arrestation de Louis XVI à Varennes le 21 juin 1791, il se fait élire à la Convention, où il vote la mort du Roi, puis aux Cinq-Cents. Il appartient à la faction jacobine et se laisse impliquer dans le complot de Baboeuf contre le Directoire en 1796.
     Comme sous-préfet, il se signale par son intérêt pour les questions économiques (haras, introduction de la betterave à sucre et de son exploitation industrielle, fondation d'une verrerie). Inclination à la fois théorique, comme en témoigne son "Essai sur l'amélioration de l'agriculture " et pratique à partir de sa ferme d'Argers.
     Le sous-préfet présente aussi l'originalité de se muer en chef de guerre en 1814, troquant l'uniforme de la préfectorale pour celui de commandant de corps franc.
     Son passé lui vaut outre sa destitution lors de la Restauration, des poursuites qui le contraignent à vivre dans la clandestinité sous un nom d'emprunt et à mourir hors de son Argonne natale, à Mâcon le 11 avril 1824.

 

Jean-Baptiste Drouet, sous-préfet de Sainte-Menehould de 1800 à 1814
AD Marne, I.c. 99

 

     Léon Bourgeois

     Né le 29 mai 1851, à Paris, ce radical franc-maçon a entretenu des rapports durables avec la Marne du début à la fin de sa carrière.
     Il entame, en effet, son cursus dans l'administration par le Secrétariat général de la Marne le 26 décembre 1877, puis la sous-préfecture de Reims le 17 novembre 1880, amorce d'un parcours brillant qui le conduira à travers des nominations aux préfectures du Tarn et de la Haute-Garonne à la préfecture de police de Paris en 1887.
     Sa carrière politique l'arrime encore plus au département : député de la Marne de 1888 à 1905 (il fut président de la Chambre des députés en 1902), puis sénateur du département de 1905 à 1925 (et président du Sénat de 1920 à 1923).

     Son destin devient national avec l'exercice de responsabilités ministérielles variées puisqu'il a détenu successivement les portefeuilles de 'Intérieur, Justice, Affaires étrangères, Travail et surtout la présidence du Conseil des ministres en 1895 - 1896.
     Avec la diffusion de ses idées sur la construction d'un système de société fondé sur la solidarité nationale, le solidarisme, avec son action en faveur de la paix à travers la Société des Nations à Genève, il prend une dimension internationale, qui lui vaudra le prix Nobel de la Paix en 1920.
     Et c'est encore dans la Marne, dans son village d'Oger qu'il meurt le 29 septembre 1925. Un buste est érigé en 1933 face à la préfecture à Châlons pour perpétuer son souvenir dans le département.

 

Léon Bourgeois, sous-préfet de Reims, député de la Marne et président du Conseil
AD Marne I.c. 240

 

     André Chapron

     Après Bourgeois de Jessaint, Chapron est le préfet resté le plus longtemps en place dans la Marne, dont il occupe le poste pendant douze ans, et dans les circonstances particulièrement difficiles de la première guerre mondiale.
     Né à La Rochelle le 4 janvier 1865, il a engrangé une solide expérience quand il est nommé, à 42 ans, préfet à Châlons le 24 juillet 1907 et installé le 6 août ; il y restera jusqu'en 1919. Il avait occupé successivement les fonctions de secrétaire général de la préfecture de Charente inférieure (1888), sous-préfet de Sisteron (12 février 1890), de Limoux (9 juillet 1890), Mirande (31 décembre 1892), Valognes (19 janvier 1893), Issoudun (13 février 1897), Boulogne/S/Mer (7 septembre 1903), puis préfet du Lot (8 octobre 1906).
    Il eut à affronter l'agitation viticole avant la guerre et notamment les graves événements en 1911 dans le vignoble champenois, il a eu ensuite à faire face pendant le premier conflit mondial aux problèmes d'assistance aux victimes, de ravitaillement, de rapports avec les autorités militaires dans un département en partie ravagé par les combats en situation d'état de siège pendant quatre ans.

 

André Chapron, préfet de la Marne de 1907 à 1919
AD Marne cliché Section F.n.c.

 

Personnalités dont la notoriété fut postérieure à leur passage dans la Marne

     Charles Magny

     Né le 18 avril 1844, il était lui-même fils de préfet. Il fut successivement chef de cabinet dans les Alpes Maritimes en 1904, sous-préfet à Florac (1907), Guingamp (1914), secrétaire général de la Loire inférieure en 1918 après avoir été mobilisé pendant la durée de la guerre. Avant d'accéder à la préfecture de la Marne en 1929, il fut préfet du Tarn (1921) et de la Meuse (1924).
     Après son passage à Châlons, il devint directeur général de la Sûreté nationale en 1934, ministre
plénipotentiaire en Finlande en 1936 et préfet de la Seine en 1940. Il disparut en 1945.


Charles Magny, préfet de la Marne de 1925 à 1929, à l'inauguration de la foire aux vins d'Epernay
AD Marne I.c. Châlons 7

 

     René Bousquet


     Sa biographie à l'origine ne le distingue pas du commun des itinéraires de ses collègues. Originaire de Montauban, (le sud-ouest fût un grand pourvoyeur de préfets), issu de la moyenne bourgeoisie (père notaire) comme la majorité du recrutement socioprofessionnel sous la IIIe République, après des études de droit (formation là encore classique), il bénéficie de patronages radicaux-socialistes.
     Après un passage comme chef de cabinet à la préfecture du Tarn et Garonne, puis dans un cabinet ministériel, il entame sa carrière préfectorale dans la Marne. Il effectua, alors, une ascension rapide dans le même département : sous-préfet de Vitry-le-François le 20 avril 1938, Secrétaire-général de la Marne le 06 juin 1939, il est nommé préfet de la Marne le 17 septembre 1940, ce qui en fait alors, le plus jeune préfet de France. Né le 11 mai 1909, il a donc 31 ans. Il devient, enfin, le 28 août 1941, le premier préfet régional de la région de Châlons-sur-Marne.
     Sa gestion comme préfet de la Marne fut appréciée de ses administrés ainsi qu'on peut en juger lors des différents discours d'adieux après sa nomination comme secrétaire-général à la police, le 18 avril 1942. Elle fut consacrée aux problèmes de ravitaillement, reconstruction etc... ainsi qu'à la naissance du C.I.V.C.
     En revanche, la suite de ses engagements, comme ceux de Jean Leguay, qui lui avait succédé à la sous-préfecture de Vitry-le-François puis au Secrétariat général de la préfecture de la Marne, lui vaudra d'être traduit en justice une première fois à la libération, puis une seconde pour crime contre l'humanité en 1979. Son assassinat le 08 juin 1993 empêcha la tenue du procès.

 

Carte d'identité de Bousquet

 

19 février 1942 : René Bousquet, préfet de la Marne et préfet de la région Champagne, prête serment de fidélité au maréchal Pétain à Vichy en présence de l'amiral Darlan
Photo Keystone
V 189/4

 

     Jean Berthoin

     Né le 12 janvier 1895, il fut préfet de la Marne le 21 mars 1936 jusqu'au 24 mars 1938. Il fit une triple carrière :
- militaire pendant les deux guerres : engagé volontaire pendant la première et résistant pendant la deuxième (membre du Comité Départemental de Libération de l'Isère en 1944).
- administrative : sous-préfet de Nérac, Marmande, Narbonne de 1922 à 1928, puis préfet du Tarn et Garonne en 1932, de la Marne en 1936 après avoir été directeur général de la Sûreté nationale, préfet de la Seine inférieure (1938).
- politique sous la IVe et le début de la Ve : secrétaire d'État puis ministre dans les cabinets Queuille (1950), Mendès-France (1954), Faure (1955) et de Gaulle (1958). Il fut encore ministre dans le premier cabinet de la Ve République celui de Debré, mais donna sa démission en juin 1958. Il fut par ailleurs sénateur radical de l'Isère de 1948 à 1974. Il est décédé le 25 février 1979.

 

Jean Berthoin, préfet de la Marne 1936-1958
AD Marne, cliché Section F.n.c.

 

     Paul Bernard

     Né le 12 décembre 1934, il fut commissaire de la république de le région Champagne-Ardenne en 1985.
     Sa carrière avait commencée par les fonctions de chef de cabinet du préfet des Pyrénées Orientales en 1961 et la Sous-préfecture de Pithiviers en 1966. Il fut ensuite chargé de mission auprès du préfet de la région Centre puis de Bretagne et sous préfet de Lorient en 1974.

     En 1987, il devient préfet de l'Aveyron et en 1981 de la Sarthe.
     Nommé commissaire de la république de la région Corse en 1983, de la région Centre en 1986, de la région Rhône-Alpes en 1991.
     Mais surtout ce juriste s'est interrogé sur le corps préfectoral et a livré le fruit de ses réflexions dans deux ouvrages " L'État et la décentralisation : du préfet au commissaire de la République " paru en 1983 et "Le Préfet de la République " en 1992.

 

     Une carrière atypique : Louis Mennecier

     Né à Compiègne (Oise) en 1866, fils d'un typographe, il débute dans le journalisme en 1889 au Progrès de l'Oise. Arrivé dans la Marne en 1901 comme rédacteur en chef de l'Union républicaine à Châlons, il est remarqué par Léon Bourgeois, alors ministre de l'Intérieur qui le lance dan la carrière préfectorale en 1907. Il sera sous-préfet de Castellane en 1907, puis de Nantua en 1908, de Rethel en 1910, d'Yssingeaux en mars 1914, avant de revenir vers la Marne à Vitry-le-François au mois de juillet suivant à la veille de la Guerre. Il devient ensuite sous-préfet de Reims en octobre 1920 jusqu'en décembre 1926, date à laquelle il prend sa retraite comme préfet honoraire avec une pension de 7166 F par an. Pendant sa retraite à Reims, il s'occupe de la réorganisation du musée de la ville, fortement éprouvée par la guerre. Il meurt à Versailles en 1937.

Son dossier individuel est intéressant car il témoigne des indications précises qui devaient être en possession de l'administration (religion, fortune, famille).

 

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2001