XII- L'UNIFORME ET LA SUPREMATIE PROTOCOLAIRE :
ELEMENTS DE LA DIGNITE PREFECTORALE

 

     Dès la création du corps préfectoral l'uniforme du fonctionnaire qui représentait l'État a été conçu pour inspirer respect et considération lors des cérémonies officielles qu'il est tenu de présider. Des arrêtés successifs du 17 ventôse an VIII (8 mars 1800), 17 floréal (7 mai 1800), 8 messidor (17 juin 1800), définissent la tenue officielle distinguant petite et grande tenue : habit bleu, culotte blanche, collet, poches et parements brodés d'argent, écharpe rouge brodée d'argent, chapeau à panache, épée.

 

Tenue de préfet en 1849
AD Marne 1 M 113

 

     L'uniforme redessiné dans un esprit de plus grande simplicité par la circulaire du 24 septembre 1830 qui remplaçait l'usage de la ceinture blanche de la Restauration par la ceinture tricolore est l'objet d'une nouvelle refonte en 1849 où un circulaire du 26 janvier met en valeur les feuilles de chêne et d'olivier et les boutons d'argent reproduisant les faisceaux de la République. Le décret du 1er mars 1852 qui suit ne change que les boutons qui représentent désormais l'aigle impérial.

     Le règlement relatif au costume officiel change à nouveau en 1873 avec l'adoption de boutons munis cette fois-ci de palmes et de trophée. Le "chapeau à la française" à plumes noires est remplacé en 1907 par les plumes blanches. En 1878 est adoptée la "petite tenue" : tunique bleu marine, képi à bandeau brodé gilet à boutons d'argent, pantalon sans bande et en 1883 le dolman.

     L'uniforme devient plus sobre par la suite avec la généralisation de la petite tenue. L'uniforme actuel fixé le 1er octobre 1963 est un uniforme bleu nuit avec bandes noirs et le képi devenu traditionnel.

 

Rappel de l'obligation de porter l'uniforme, 21 août 1887
AD Marne 1 M 15

 

Réplique d'épée de préfet, IIIème République
Collection Xavier de Fürst
AD Marne

 

Uniforme de sous-préfet, tenue actuelle
AD Marne

 

     Le rang du préfet dans les cérémonies publiques fait l'objet de débats protocolaires tranchés différemment selon les régimes : qui a le pas sur l'autre du représentant de l'administration, du militaire, du magistrat ou de l'homme d'Église ? À l'époque de l'Ordre moral sous la présidence du Maréchal de Mac Mahon, une circulaire ministérielle du 30 décembre 1874 place le préfet derrière le général de division.

      Ces querelles de préséances seront définitivement réglées en 1907 au profit des préfets qui, par la volonté expresse de Clemenceau, président du Conseil, prennent le pas sur l'ensemble des fonctionnaires civils et militaires.

 

 

Décret du 16 juin 1907 relatif au protocole
AD Marne 1 M 211

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2001