XXV- ENCOURAGEMENT A L'ECONOMIE

 

Actions pionnières

    Le développement économique tient au coeur des préfets. Bourgeois de Jessaint, encore une fois, a marqué de ses décisions son département en s'intéressant plus d'ailleurs à l'agriculture, et dans l'agriculture à l'élevage, qu'à l'industrie.
    Son principal mérite fut de favoriser l'élevage du mouton. Il possède lui-même un troupeau réputé à Jessaint, qu'il faudra reconstituer après l'invasion de 1814 à partir de reproducteurs mérinos résultants de croisements de béliers d'Espagne et de Rambouillet, de moutons de race pure de Naz (pays de Gex) et de Leicester. Sa réussite personnelle (il obtint la grande médaille d'or en 1827) en fait le promoteur de l'élevage ovin dans la région. Il entreprend aussi de faire valoriser les terres incultes par des plantations d'arbres. Cette politique sera poursuivie sous le Second Empire.

 

Publicité de vente de bétail de Bourgeois de Jessaint, 26 mai 1813
AD Marne Ag IV 35

 

    C'est à Drouet, sous-préfet de Sainte-Menehould que l'on doit l'introduction de la betterave à sucre dans le département : ardent propagateur de cette plante), il y consacre une partie des terres de sa ferme d'Argers
et une sucrerie y est même construite en vue d'une exploitation industrielle. Mais ces efforts ne seront guère plus couronnés de succès que pour la tentative d'extraction à partir du jus de raisin.

 

Actions réglementaires

    En dehors de ces initiatives personnelles des préfets, ceux-ci agissent dans leurs fonctions traditionnelles par des arrêtés concernant telle ou telle branche : c'est le cas pour la défense du vignoble contre l'invasion phylloxérique ou la fixation des limites du champagne viticole 1927 ou encore la création du Comité Interprofessionnel des Vins de Champagne en 1941 qui fixe, entre autres compétences, le prix annuel du raisin.

    C'est au préfet, toujours, qu'il appartient d'autoriser la mise en place de nouvelles machines : la machine à vapeur arrive à Reims en 1836 pour les manufactures, mais s'il y a quelques tentatives d'implantation métallurgique, elles restent limitées à quelques ouvertures comme celle d'un haut fourneau à Trois Fontaines en 1827 ou celle d'une "usine pour fusion du minerai de fer" à Beaumont sur Vesle en 1854.

 

    

Enquête sur l'établissement d'une machine à vapeur à Reims, 23 septembre 1836
AD Marne Aff T 2 IV 9

 

Encouragement

    Depuis l'origine, le préfet soutient et honore de sa présence les comices agricoles ou les foires-expositions et plus généralement l'ensemble des établissements et structures chargés de promouvoir l'activité économique : la société d'agriculture, commerce, sciences et arts de la Marne à Châlons ressuscitée en 1798 dont le préfet est le président né, mais aussi les chambres de commerce de Châlons et de Reims respectivement créées en 1817 et 1893 et placées sous sa tutelle.

 

  

Arrêté de publication du décret de création de la chambre de commerce de Châlons, 1er août 1893
AD Marne Aff 173 M 1

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2001