XXVII- L'EPREUVE DES INVASIONS

 

    L'une des spécificités de la Champagne fut, tout au long de l'histoire, de se trouver sur un couloir d'invasions. Elle eut donc à pâtir des cinq invasions (1814 puis 1815, 1870, 1914, 1940) qui ravagèrent le département aux XIXe et XXe siècles. Le rôle du préfet dans ces circonstances exceptionnelles prend naturellement un relief particulier, bien que la conduite des opérations relève uniquement de l'autorité militaire.


Participation physique

    La plupart des préfets et sous-préfets ont su se hisser à la hauteur des événements et faire preuve de courage.

    L'exemple venait de loin puisque dès l'invasion de 1814, le sous-préfet de Sainte-Menehould, Drouet, abandonnait l'uniforme préfectoral pour prendre la tête d'un corps franc de 750 hommes en Argonne. Il est vrai que Drouet possédait une expérience militaire comme lieutenant-colonel de la garde nationale de Sainte-Menehould pendant la Révolution. De Passavant, le 17 mars 1814, il lançait un appel à la résistance.

    Lors de la première guerre mondiale, le chef de cabinet du préfet fut l'un des seize chefs de cabinet, sur l'ensemble de la France, à laisser sa vie sur le champ de bataille. Le lieutenant Henri Richard périt à Verdun le 31 mars 1916.


Lettre du préfet annonçant au personnel de la préfecture le décès de son chef de cabinet Henri Richard à Verdun, 6 avril 1916
AD Marne 1 M 59

 

    Pendant la seconde guerre mondiale le sous-préfet de Reims B. Cornut-Gentille démissionna le 16 mai 1943 pour entrer dans la Résistance, quant au sous-préfet d'Epernay, Pierre Fouineau, il est arrêté le 12 juin 1944 dans sa sous-préfecture par la Gestapo puis déporté en Allemagne dont il parviendra à rentrer vivant en 1945.

 

Arrestation par les Allemands du sous-préfet d'Epernay Henri Fouineau, 13 juin 1944
AD Marne M 3010

 

Participation administrative à l'effort de guerre

    A leur poste pendant la première guerre, des sous-préfets comme celui de Sainte-Menehould, Albert Hamm ou celui d'Epernay, Charles Touzet, firent l'objet de citations au Journal Officiel pour leur conduite courageuse. Bourgeois de Jessaint réussit avec beaucoup de dignité à affronter les deux invasions de 1814 et 1815, quant à Chapron, alors qu'il occupait depuis sept ans la préfecture lors de la déclaration de guerre en août 1914, il y fut maintenu jusqu'en 1919.

    La tâche prioritaire de l'administration préfectorale fut durant ces conflits d'assurer le ravitaillement par la réquisition des hommes ou des denrées, par des mesures de taxation, par l'organisation de la production et par la distribution de bons de rationnement. Elle se concentra aussi sur les secours à apporter aux sinistrés et aux réfugiés, sur les évacuations et notamment sur celle de la ville de Reims entièrement vidée de tous ses habitants à la fin du conflit de la première guerre mondiale. Pendant l'invasion allemande de mai 1940, il fallait cette fois organiser la résistance sur place et tenter d'éviter la fuite généralisée des populations civiles.

 

Cliquez ici pour lire le document

Arrêté de réquisition du blé pour assurer le ravitaillement publié dans le Bulletin des communes, 26 février 1916
AD Marne 3 Z 582

 

Circulaire du préfet de la Marne aux maires pour les appeler à la vigilance sur les hausses des prix, 26 septembre 1938
AD Marne 3 Z 295

 

Appel au calme du préfet à la population du département, mai 1940
AD Marne 205 M

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2001