XXVIII- GUERISON DES BLESSURES DE LA GUERRE

 

Composer avec les occupants

    Non seulement la Champagne fut le théâtre de combats mais eut à souffrir d'occupations répétées en 1814, 1815, 1871-1872, 1914, 1940-1944.

    Les autorités d'occupation désignèrent des préfets provisoires, voire dirigèrent elles-mêmes l'administration. Lors de la première invasion prussienne de 1814, F. X. Turpin est appelé à la fonction de préfet le 29 février 1814, mais les décisions importantes relevaient de "l'intendant pour le département" Forst puis de Coll. Lors de la deuxième invasion, le secrétaire général Vanzut nommé le 6 juillet 1815 fit fonction de préfet provisoire avant le rétablissement de Bourgeois de Jessaint à la préfecture. Ce fut donc avec ce dernier que les Russes eurent à traiter mais Bourgeois de Jessaint avait su établir des rapports cordiaux avec le maréchal Barclay de Tolly. Il n'en alla pas de même pendant l'occupation prussienne de 1871-1872 sous la férule du préfet allemand Linden.

    Le préfet est tenu de procéder à des réquisitions qui sont difficiles à faire admettre à la population car elles s'effectuent pour le compte de l'ennemi. Il doit s'efforcer aussi de limiter les risques de frictions inévitables avec l'occupant.

 

Cliquez ici pour lire le document dans son intégralité

Taxe de guerre pour l'habillement de l'armée russe, 18 juillet 1815
AD Marne 201 M 256

 

Organiser la reconstruction

    Plus exaltante est la tâche de réparation après le conflit puis de reconstruction malgré son ampleur après la première guerre mondiale. A cet effet, pour remettre en état les départements sinistrés (Ardennes, Meuse, Aisne, Somme, Vosges et naturellement Marne) furent créées des préfectures hors-classe, qui bénéficièrent de ce statut d'août 1919 à février 1921.

    Le conseiller d'État, ancien préfet, Victor Rault du 1er août 1919 au 25 février 1920, puis Brisac (du 5 février 1920 au 28 août 1924) après avoir exercé les même fonctions dans les Ardennes, eurent à évaluer les dommages de guerre et prévoir les réparations. La zone détruite par les combats qui s'étendait du nord de Reims à Vienne le Château, désignée comme zone rouge fait l'objet d'un programme important de réhabilitation, laissant de côté quelques territoires entièrement ravagés (7 communes seront supprimées) et impropres à l'agriculture pour le futur camp militaire de Suippes.

 

Arrêté du préfet portant sur les réparations après la première invasion, 10 juin 1814
AD Marne 207 M 27

 

Zone rouge (Zone de destruction de la première guerre mondiale) ici en gris clair, 1922
AD Marne 10 R

 

    Après la seconde guerre, en 1950, le ministère de la Reconstruction retient Châlons comme l'une des trois villes pilotes pour la création des premières zones industrielles planifiées à l'emplacement d'anciens terrains militaires.

 

    

Lettre du préfet au maire de Châlons au sujet de la future zone industrielle, 5 mars 1951
AD Marne Q 85

 

Cliquez ici pour lire le document

Présentation de la zone industrielle de Châlons, extrait de l'Union du 1er-2 avril 1951
AD Marne J 1862

© CRDP de Champagne-Ardenne, 2001