I - AVANT LA SÉPARATION : UN CONCORDAT DEVENU UN DISCORDAT

B - Une laïcisation progressive dans un contexte conflictuel

3 - L'anticléricalisme militant

b - La lutte contre les congrégations

Avec l'arrivée de Combes à la présidence du Conseil, après les élections d'avril-mai 1902, c'est un anticléricalisme de combat qui est mis en œuvre.
À commencer par l'application de la loi de 1901, qui devient, dans l'interprétation qu'en fait Combes, une loi d'exclusion. Non seulement Combes fit rejeter par la Chambre et le Sénat l'autorisation aux congrégations non autorisées, mais il la refusa aux congrégations autorisées qui avaient fondé de nouveaux établissements sans autorisation officielle (écoles et hôpitaux). Les écoles furent fermées (un peu plus de 10 000 écoles primaires), les congrégations dispersées et leurs biens confisqués. Une loi, du 7 juillet 1904, interdit l'enseignement à toute congrégation, même autorisée - étaient visés principalement les frères des Écoles chrétiennes - ; leur disparition devait s'étaler sur dix ans. Seules cinq congrégations échappèrent au couperet : hospitaliers (hospitaliers de Saint-Jean), missionnaires (Pères blancs et Société des missions africaines de Lyon) et contemplatives (cisterciens et trappistes).

Protestation du comité d'action catholique et libérale contre la laïcisation des écoles libres
de Sainte-Menehould et contre l'expulsion des sœurs de Saint-Charles, 22 août 1902 ;
affiche, 60 x 90 cm. AD Marne, Aff P III 46.

 

Protestation de l'Action libérale populaire de Châlons contre la fermeture des écoles :
Encore un attentat à la liberté, 1902 ; affiche, 60 x 120 cm. AD Marne, Aff P III 42.

 

Protestation contre l'expulsion des sœurs de l'Hôpital de Vitry-le-François :
Une infamie, 1905 ; affiche, 60 x 75 cm. AD Marne, Aff P III 70.

 

Protestation de l'Action libérale populaire contre l'expulsion des sœurs de l'Hôpital général
à Reims,
31 mai 1902 ; affiche, 60 x 90 cm. AD Marne, Aff P III 44.


 

© SCÉREN-CRDP de Champagne-Ardenne
2006 - Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire.