bandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieur

- Le gallo, une langue d'oïl -

Le Gallo est issu du latin populaire

latin classique

meridiatio
ciccum

 latin populaire

meridiana
ciccotu

 gallo

merienne  (sieste)
 sicot (reste d'une plante coupée)

Le Gallo est apparenté aux autres langues romanes d'Europe

portugais
chapéu
esperar
 gallo
chapè (chapeau)
espérer (attendre)
catalan
retirar
mitjan
gallo
retirer (ressembler)
mitan (milieu)
italien
bianco
nero
gallo
bian (blanc)
nair (noir)
espagnol
hacienda
escupir
gallo
fesance (ferme)
ecopier (cracher)

Le gallo, héritier du latin de Gaule, a reçu diverses influences

gauloise cuter «cacher»
gâpa «balle des céréales»
germanique heussa «houx» (hulis en francique)
hâr : lien pour une gerbe, un fagot
scandinave greyer : équiper, atteler
bretonne trinchon : oseille sauvage (breton «trinchin»)
beroui «brûlé» (breton bervi «bouillant»)


Les emprunts au breton sont surtout sensibles au contact de la zone bretonnante et sont relativement peu nombreux. Ils ont été beaucoup plus nombreux dans le sens gallo breton. «Le gallo a servi d'intermédiaire pour fournir au breton une foule d'emprunts depuis le XIème siècle et il permet de mieux connaître le breton et son histoire».
L Fleuriot . Préface. Le gallo et les langues celtiques de C. Capelle 1988.