bandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieurbandeau supérieur

- Le gallo, langue minorisée -


Au même titre que les autres langues que l'on appelle régionales, le gallo a subi le poids d'une histoire centralisatrice. La superposition de la carte du mot « chèvre » et de celles des langues d'oil et d'oc permet de comprendre le mouvement d'unification linguistique parallèle à l'unification politique menée très tôt à partir de Paris.

Quelques dates clés.
1539. L'Ordonnance de Villers-Cotterêts prise par François 1er stipule que le français sera désormais la langue des actes officiels. Cette décision qui visait à remplacer le latin a eu pour conséquence de disqualifier les autres langues parlées en France..
1549. La "Defense et illustration de la langue française " écrite par Joachim Du Bellay revendique pour le français la place de langue de culture.
Au XVIIe siècle, Malherbe formule la théorie du bon usage, celui de la Cour. Les langues populaires se trouvent reléguées au rang de plaisants jargons.
A la suite des rois, La Révolution française a joué un rôle essentiel pour faire de la langue française l'idiome national. Celle-ci est présentée comme le véhicule de la pensée révolutionnaire.
Au XIXe siècle, les lois Jules Ferry instituant l'enseignement obligatoire, laïc et gratuit seront accompagnées d'une politique répressive, nouveau facteur de culpabilisation. Suivant les estimations de C.Duneton, le français est alors une langue étrangère pour 25 millions d'habitants sur 39.
Il a fallu attendre la loi Deixonne en 1951 pour voir un début de reconnaisssance des langues langues régionales à l'école.
Le recul du bilinguisme ou du monolinguisme encore pratiqués au début du XXe siècle n'est pas non plus séparable des bouleversements qui ont marqué le siècle. Les guerres de 14-18 et 39-45 ont été des événements majeurs dans la diffusion du français. L'évolution économique et sociale de la société rurale (« la fin des paysans ») a été déterminante. Le français s'impose comme langue d'une économie ouverte dominée par l'industrie. Dans une interview réalisée par Gilles Morin et publiée en novembre 1978 dans le bulletin municipal de Plérin (22), Francis Terlet déclare qu'il « a arrêté de parler patois à l'usine » car ,dit-il « je ne voulais pas qu'on se paye ma tête. » Dans ces conditions la transmission de la langue régionale devient problématique Le français devient la marque de la modernité. On ne peut ignorer non plus le développement de la communication de masse (transports, loisirs, publicité) qui propose des modes de vie, des comportements nouveaux.
Ces événements et transformations - on le voit - n'ont pas été sans conséquences sur la langue et l'image que les gallésants eux-mêmes s'en font.