PRÉSENTATION
-
-
-
-
 
REPÈRES
-
-

-
-
-
-
 
EN PRATIQUE
-
-
-
-
-
 
ÉCHANGES
Echanger
Autres dossiers
 
 
 
 
 
REPÈRES - Les grands événements
De la communication à l'écrit
Du télégraphe à la télécopie
Du téléphone de Bell à l'électronique
La communication par airs et par mers
Le Répondeur / Enregistreur
La téléphonie en France
{document}

 

 

Il y a deux siècles Claude Chappe inventait le télégraphe, mais communiquer des informations à plus ou moins longue distance a toujours été une préoccupation pour l'être humain.

Au temps jadis, aussi rudimentaires qu'ils puissent être, les premiers modes de transmission sont globalement divisés en deux groupes, signaux visuels et signaux sonores, mais ont tous un point commun :

"Le codage de l'information"

 

 

Les signaux visuels:
 

Le rôle du feu et de la fumée.

La fumée indiquait non seulement la présence d'individus, mais un peu plus tard des fumées transmettaient une information de relais en relais.

C'était une transmission codée.
Ex : un feu = victoire
deux feux = défaite

 
 
 

 

 

Des systèmes équivalents, cerfs -volants à Lampes et phares furent installés près des côtes.

Mais ceci ne pouvait- être qu'une information codée ou modulée.

Difficile de traduire en signaux de fumée.
"Ennemi massacré, mettez un bison à la broche ! "

 

Les signaux sonores :
 

Les premiers annonceurs, dont la charge était de répandre les nouvelles sont les grecs .
La réputation de la portée de voix de Stentor durant la guerre de Troie n'est plus à faire ! (on dit qu' il criait aussi fort que cinquante guerriers réunis).

Les Gaulois, eux utilisaient des trompes et des cors et transmettaient des messages à l'aide de cris codés.
Un cri ou un son peut aussi correspondre à un code parfaitement défini par avance.

Ex : vers 780 Roland avertit Charlemagne qu'il était attaqué à Roncevaux en soufflant dans son cor.

Dans certaines contrées des Pyrénées, on utilisait des Langages sifflés. Une pratique qui demeure encore aujourd'hui. Les cloches des églises, les tam-tam sont encore des vestiges de la transmission de l'information

Mais pour porter des récits ou un message, la voix ne suffisait plus !
 
Les messages écrits
 
La vitesse de communication devint celle du coureur à pied !
 

Rappelez- vous, en 490 avant J.C, les Grecs obtinrent à Marathon une grande victoire sur les Perses, mais comment le faire savoir aux Athéniens ?

Pas de portable à cette époque ! Qu'à cela ne tienne, Phillipinès, n'écoutant que ses mollets d'acier, démarre aussitôt pour un sprint de 42 km de Marathon à Athènes.
Quatre heures plus tard, il meurt, mais l'exploit est réussi et a donné lieu à l'emploi du nom de la ville pour désigner une des plus longues épreuves de course à pied.

 

Plus tard, encore pendant des années la pensée de l'homme s'est déplacée au pas lent du cheval.
 

Les principaux défauts de tous ces systèmes successifs sont :

  • Si l'homme vient à manquer, l'information est retardée.
  • L'homme n'est pas infaillible.
  • Une déformation du message peut être catastrophique.
  • La confidentialité n'est pas non plus très respectée.
On va donc essayer de canaliser la voix pour transmettre la parole
© CNDP - thèm@doc - Goût de fil - 2001
Auteur : Suzanne Thomas - Edition : François Haubertin - Mise en ligne : Serge Tinebra