PRÉSENTATION
-
-
-
-
 
REPÈRES
-
-

-
-
-
-
 
EN PRATIQUE
-
-
-
-
-
 
ÉCHANGES
Echanger
Autres dossiers
 
 
 
 
 
REPÈRES - Les grands événements
De la communication à l'écrit
Du télégraphe à la télécopie
Du téléphone de Bell à l'électronique
La communication par airs et par mers
Le Répondeur / Enregistreur
La téléphonie en France
 
Une invention du Danois Valdemar Poulsen : Le Répondeur/ Enregistreur
Avec l'aimable autorisation du C.R.D.P de Versailles.
Article extrait de la revue Education technologique N°10
Histoire du téléphone (3ème partie)
 
 

Portrait de Valdemar Poulsen

 

 

 

Né à Copenhague le 23 novembre 1869

Valdemar Poulsen grandit au sein d'une famille bourgeoise, son père appartenant à la Magistrature, souhaitait qu'il étudie la médecine.

V. Poulsen affectionnant plus particulièrement la physique et la chimie choisit d'entrer à l'âge de 24 ans dans la toute jeune Compagnie des téléphones de Copenhague où il s'occupe des dérangements.
L'expérience qu'il acquière dans cette entreprise lui permet d'étudier une idée émise par Cros en 1878 : le phonographe électrolytique.

En 1896 il publie une série d'articles sur la résistance électrique des cordes et un autre sur la chaleur spécifique et la vitesse du son.

A partir de ce moment il se met à travailler sur un autre projet :

 

Le phonographe électromagnétique.

 

En 1898, V. Poulsen met au point un appareil de télégraphie sans fil. Mais c'est en faisant une expérience qui paraissait plus anodine qu'il fait une grande découverte :

Il pose un aimant permanent sur une lame d'acier à un endroit quelconque. En retirant l'aimant et en plongeant la lame dans la limaille de fer, il constate que cette dernière se fixe au point exact où se trouvait l'aimant et que par conséquent cette aimantation ponctuelle permet d'effectuer un marquage des signaux que l'on souhaite conserver.

Puis il remplace la lame par un fil d'acier qu'il fixe sur une planche et sur laquelle il déplace un électroaimant.
Alimenté par un microphone de téléphone, cet électroaimant génère un flux magnétique qui s'imprime le long du fil, d'une façon variable dans la mesure où il est déplacé en même temps que sont prononcés les mots.

V. Poulsen put ainsi entendre le mot "Jacob" qu'il avait prononcé après avoir remplacé le microphone par un écouteur téléphonique.

 

Le principe de l'enregistrement magnétique était acquis.

 

Il ne reste plus qu'à trouver un dispositif mécanique qui permette d'enrouler et de dérouler un fil d'une longueur suffisante pour que ce système puisse trouver des applications pratiques.

En 1898, après s'être inspiré du phonographe à tambour d'Edison et du télégraphe papier, V. Poulsen dépose le 1er décembre 1898 le brevet de son invention qu'il nomme le "Telegraphon" pour signifier qu'il s'agit d'un enregistreur de paroles au loin, et que son appareil doit permettre d'enregistrer les conversations téléphoniques.

 

Le répondeur téléphonique
 

En 1899, V. Poulsen dépose un autre brevet dans lequel il précise que "l'invention a une très grande importance pour les communications téléphoniques."

Placé à proximité d'un téléphone, l'enregistreur dispose d'un commutateur permettant d'enregistrer ou d'écouter un message enregistré sur le fil d'acier enroulé sur son cylindre.

L'abonné qui s'absente peut enregistrer un message sur son appareil, pour cela il lui suffit de décrocher le microphone de son téléphone et d'enclencher la rotation de l'enregistreur.
Le message sera entendu par son interlocuteur.

Mais sous cette forme, l'appareil ne peut pas encore enregistrer le motif de l'appel.

C'est un peu plus tard que V. Poulsen déposera le brevet du répondeur enregistreur.

 

Le répondeur / enregistreur

 

En 1899 Poulsen présente un appareil qui reprend globalement le principe de la fine bande d'acier qui s'enroule sur deux bobines, offrant une durée d'enregistrement d'environ 3 minutes.

Il est dès lors possible d'obtenir un système répondeur/enregistreur complet.

 

Vers la commercialisation

 

V.Poulsen quitte alors la Compagnie des téléphones de Copenhague et crée un laboratoire de recherche.

Bien que les ingénieurs et techniciens de V.Poulsen aient réussi à réaliser une petite série d'appareils de démonstration bien plus simples que ceux imaginés par Poulsen, les débouchés commerciaux sont encore très incertains.

Afin de le faire connaître et apprécier du public, un appareil est envoyé à l'Exposition Universelle de Paris, où on fera remarquer la qualité de l'enregistrement.

L'Empereur d'Autriche François Joseph en visite à cette exposition y laissera d'ailleurs un message, qui est encore audible et conservé dans la collection des Arts et Métiers de Vienne.
Malgré tout, les appareils enregistreurs ne rencontrent qu'un succès d'estime auprès des utilisateurs du téléphone et Poulsen poursuit ses travaux afin d'améliorer la qualité des transmissions.
Il découvre "le principe de la polarisation de la tête par un courant continu."

Après avoir été abandonné par ses partenaires, Poulsen choisit de partir aux Etats-Unis où il réussira à prouver la valeur commerciale de ses idées.

 

 

© CNDP - thèm@doc - Goût de fil - 2001
Auteur : Suzanne Thomas - Edition : François Haubertin - Mise en ligne : Serge Tinebra