Enseignements facultatifs

Enseignement facultatifs :

Six domaines artistiques sont proposĂ©s aux Ă©lĂšves en enseignement facultatif : arts plastiques, cinĂ©ma-audiovisuel, danse, histoire des arts, musique, thĂ©Ăątre. Ils reposent chacun sur une interaction et un Ă©quilibre entre pratiques artistiques et Ă©tudes des oeuvres. Ils couvrent aussi bien les expressions artistiques contemporaines que les oeuvres du patrimoine, que ce soit en Occident ou dans d’autres cultures. Ils garantissent l’apport de compĂ©tences relevant de la culture artistique gĂ©nĂ©rale.

Le partenariat joue un rîle important et se pratique sous de multiples forment s’appuyant sur les ressources humaines locales en histoire des arts.

Arts plastiques
L’enseignement facultatif des arts plastiques repose prioritairement sur l’exercice d’une pratique plastique fondĂ©e sur les formes de la crĂ©ation artistique contemporaine mise en relation avec celles lĂ©guĂ©es par l’histoire de l’art.
La pratique engagĂ©e par l’élĂšve doit l’aider Ă  comprendre progressivement les enjeux artistiques fondamentaux qui motivent la diversitĂ© des formes d’expression plastique qui traversent l’histoire jusqu’à aujourd’hui.

La culture artistique, avec l’appui de l’histoire de l’art, se construit dans le cadre de la pratique artistique. Elle permet d’établir des relations entre les diffĂ©rentes sources des savoirs.

Culture artistique et histoire des arts
La culture et la pratique ne sont pas Ă  dissocier ni Ă  considĂ©rer successivement. Elles sont constamment articulĂ©es. Il s’agit d’offrir des sources dans lesquelles puiser et de transmettre des connaissances qui vont nourrir l’imaginaire de l’élĂšve. Il s’agit aussi de lui faire connaĂźtre des oeuvres du passĂ©, ressentir des affinitĂ©s, emprunter et revisiter des donnĂ©es formelles, techniques, symboliques et sĂ©mantiques.
L’histoire des arts offre Ă  cet Ă©gard des possibilitĂ©s d’études transversales. Etudier les rĂ©fĂ©rences historiques dans les oeuvres ou les rĂ©cits d’artistes est un exercice fĂ©cond. Au-delĂ  de l’émotion et de l’inspiration suscitĂ©es par les oeuvres, l’élĂšve doit ĂȘtre capable de dĂ©fendre un point de vue critique. Ainsi doivent s’aiguiser son sens de l’observation et son dĂ©sir de connaĂźtre et de comprendre ce qui lui est Ă©tranger ou inhabituel. Il dĂ©veloppera aussi son sens de l’expĂ©rimentation et de la dĂ©couverte.

Il revient au professeur, dans le déroulement de son enseignement et en fonction des questions abordées dans la pratique, de faire appel à des exemples significatifs et variés, dans un champ historique trÚs large, empruntés à la peinture, à la sculpture, à l'architecture, à la photographie, mais aussi aux productions, notamment contemporaines,
qui se sont affranchies de ces classifications.

En classe de seconde, il convient de mettre en place une mĂ©thode d’analyse d’Ɠuvre. L’élĂšve doit apprendre Ă  dĂ©crire l’Ɠuvre Ă©tudiĂ©e avec un vocabulaire appropriĂ© et spĂ©cifique, Il doit organiser sa rĂ©flexion autour d’axes d’études qui sont autant de notions plastiques fondamentales (sujet, couleur, composition, spatialitĂ©, etc.) et s’interroger sur le traitement de ces notions pour en faire apparaĂźtre le sens. Il doit enfin pouvoir progressivement situer cette Ɠuvre en relation avec d’autres Ɠuvres ou mouvements qu’il connaĂźt.

Cinéma-Audiovisuel
L’enseignement du cinĂ©ma et de l’audio-visuel sensibilise Ă  l’histoire de ces domaines en lien avec celle des autres arts.

L’enseignement repose sur l’articulation entre pratique, thĂ©orie et culture (frĂ©quentation des oeuvres et initiation Ă  l’histoire du cinĂ©ma en lien avec l’histoire des autres arts).

L’élĂšve doit ĂȘtre capable de :

  • repĂ©rer quelques grands moments de l’histoire du cinĂ©ma et de l’audiovisuel ;
  • d’élargir la contextualisation Ă  quelques Ă©lĂ©ments de l’histoire des autres arts.


L’approche culturelle s’appuie sur les centres d’intĂ©rĂȘt et la sensibilitĂ© des Ă©lĂšves pour leur donner des repĂšres sur les principales Ă©tapes de l’histoire du cinĂ©ma et de l’audiovisuel.

Il s’agit d’étudier :

  • quelques temps forts de l’histoire du cinĂ©ma (cinĂ©ma russe des annĂ©es vingt, expressionnisme allemand, cinĂ©ma des studios hollywoodiens, nĂ©o-rĂ©alisme, nouvelle vague);
  • les interactions entre courants majeurs de l’histoire du cinĂ©ma et nouveaux modes de production (nĂ©o-rĂ©alisme ou nouvelle vague), ou encore entre formes cinĂ©matographiques spĂ©cifiques et Ă©volution des techniques (gĂ©nĂ©ralisation du parlant, son direct, passage au numĂ©rique), ceci afin de penser une histoire du cinĂ©ma en lien avec celles des techniques et de l’économie.

Danse
Lorsque les questions techniques et esthĂ©tiques soulevĂ©es par la pratique chorĂ©graphique se nourrissent des oeuvres tout en les interrogeant, l’histoire de la danse et ses rĂ©fĂ©rences apportent des repĂšres et des outils facilitant la comprĂ©hension des expĂ©riences de danseur, de chorĂ©graphe ou de spectateur.

L’un des objectifs visĂ© par l’enseignement est de poser des repĂšres dans le monde de la danse : histoire, oeuvres, pratiques, etc...

Durant l’annĂ©e de seconde, les Ă©lĂšves testent leurs goĂ»ts et aptitudes, dĂ©couvrent les dimensions culturelle et pratique de la danse et dĂ©veloppent leur sensibilitĂ© comme leurs capacitĂ©s Ă  interroger cet art, ses pratiques et son histoire.

Histoire des arts
DĂ©finition et objectifs
SituĂ©e au carrefour de nombreux champs de connaissances, l'histoire des arts est un enseignement de culture artistique fondĂ© sur une approche co-disciplinaire des Ɠuvres et des formes de six grands domaines artistiques :
- arts visuels ;
- arts du son ;
- arts de l’espace ;
- arts du spectacle ;
- arts du langage ;
- arts du quotidien.

En classe de seconde, l'enseignement de l'histoire des arts est avant tout une sensibilisation aux Ɠuvres et une exploration de leurs diverses dimensions esthĂ©tiques et historiques. Les objectifs sont, d’une part, le dĂ©veloppement de la sensibilitĂ© artistique de l’élĂšve et, d’autre part, l'acquisition d'outils mĂ©thodologiques et conceptuels, l'emploi des
vocabulaires techniques de base, la maßtrise de repÚres chronologiques et formels pertinents qui lui permettront de passer de l'observation sensible à l'analyse synthétique.

Cet enseignement est confiĂ© Ă  une Ă©quipe d'enseignants de diffĂ©rentes disciplines (arts plastiques, Ă©ducation musicale, histoire et gĂ©ographie, lettres, philosophie, langues, etc.) ayant obtenu la certification complĂ©mentaire en histoire de l’art ; un professeur de l’équipe en assure la coordination. Cette Ă©quipe associe Ă  la mise en Ɠuvre de cet enseignement des institutions et des acteurs culturels. Ce partenariat, dont les modalitĂ©s sont Ă  dĂ©terminer par l'Ă©quipe pĂ©dagogique, prend la forme d'interventions, qu'elles soient ponctuelles ou continues, de professionnels (archĂ©ologues, architectes, chercheurs, chorĂ©graphes, conservateurs, metteurs en scĂšne, musiciens, plasticiens, etc.), de relations privilĂ©giĂ©es avec des institutions et des services culturels (archives, bibliothĂšques, musĂ©es, thĂ©Ăątres ou opĂ©ras, etc.), de collaborations avec des structures ou associations habilitĂ©es. Le lien au patrimoine local et rĂ©gional, rĂ©vĂ©lateur des grands courants artistiques, favorisera une dĂ©marche d’appropriation consciente du patrimoine qui participe Ă  la construction d’une identitĂ© et d’une citoyennetĂ© contemporaine. Ainsi le travail en classe et Ă  partir des ressources documentaires – en particulier celles offertes par les technologies de l’information et de la communication – devra-t-il s’irriguer du contact direct avec les Ɠuvres, dans leur matĂ©rialitĂ© et leur environnement.

Programme
Le programme de seconde porte sur une pĂ©riode chronologique allant de l’AntiquitĂ© jusqu’à 1815, tant en Europe que dans le reste du monde. Le programme de premiĂšre couvrira une pĂ©riode allant de 1815 Ă  1939 et celui de terminale se limitera Ă  trois questions renouvelables, dont l’une au moins portera sur l’art des XXe et XXIe siĂšcles.

DĂšs la seconde, il ne s’agit en aucun cas de mener une Ă©tude linĂ©aire d’une pĂ©riode mais d’en dĂ©gager des moments forts et des enjeux historiques et esthĂ©tiques, qui serviront de repĂšres pour structurer une histoire gĂ©nĂ©rale des arts.

L’équipe des professeurs traitera dans l’annĂ©e de seconde les trois grands thĂšmes ci-dessous, avec toute libertĂ© pour choisir, en s’aidant des pistes proposĂ©es, les entrĂ©es et exemples appropriĂ©s en fonction des ressources locales, de l’actualitĂ© artistique et culturelle, de leurs centres d'intĂ©rĂȘt et des prĂ©dispositions de leurs Ă©lĂšves.

* Les espaces de l’art
- De l’habitat protohistorique Ă  la ville moderne (modĂšles, usages et matĂ©riaux de l’habitat individuel et collectif, naissance et dĂ©veloppement du plan urbain, villes idĂ©ales, rapports centre-pĂ©riphĂ©rie, fonctions de circulation, de socialisation et de reprĂ©sentation politique
).
- De la commande Ă  la rĂ©ception (dĂ©veloppement du statut de l’artiste, rĂŽle du commanditaire, genĂšse d’une Ɠuvre de sa conception Ă  sa production, modes de diffusion, naissance de la critique
).
- Circulations et Ă©changes (circulations des techniques, des formes, des artistes, des Ɠuvres, Ă  travers l’Europe comme entre l’Europe et le reste du monde : par exemple, la propagation du modĂšle grec dans le monde antique ; le « gothique international », les Ă©changes entre Italie et Flandres au XVe s. et leurs consĂ©quences sur la peinture et la musique ; la prĂ©sence arabe en Espagne et ottomane en Hongrie, puis les impacts des civilisations arabes et turques dans les arts visuels, du spectacle, du son et du quotidien
en Occident Ă  l’époque moderne, les Ă©changes artistiques entre l’Europe et l’extrĂȘme Orient au XVIIIe s., la rivalitĂ© entre influences française et italienne au XVIIIe s, les prĂ©mices et la naissance du Romantisme en Angleterre, en Allemagne et en France
).

* L’AntiquitĂ© grĂ©co-latine et ses «renaissances»
- Le vocabulaire formel de l’AntiquitĂ© et ses interprĂ©tations (les ordres et leurs usages, les typologies architecturales, le symbole impĂ©rial
).
- AntiquitĂ© retrouvĂ©e, AntiquitĂ© rĂȘvĂ©e (les grandes campagnes de fouilles et leurs influences sur les arts, la reprĂ©sentation de l’histoire et de la lĂ©gende, les rĂ©interprĂ©tations de la tragĂ©die grecque, le rĂȘve pastoral, le goĂ»t des ruines
).

  • Les grandes « renaissances » en Europe (l’époque carolingienne et ottonienne, le XIIe siĂšcle, le Quattrocento et le XVIe siĂšcle français, le classicisme et le nĂ©o-classicisme).


* Imitation et narration Ă  travers les arts, Ă©poques et civilisations
- Objets et canons de l’imitation (le corps humain ; de l’objet naturel au paysage ; mettre en images, en musique ou en scùne l’espace et le temps ; passions, sentiments et affects
).
- VĂ©ritĂ© et vraisemblance (symbole et ressemblance, « la perspective comme forme symbolique », chant et dĂ©clamation, couleur et dessin, le figuralisme musical, la rĂšgle des trois unitĂ©s
).

  • Formes et reprĂ©sentations du rĂ©cit.


Des Ɠuvres des diffĂ©rents domaines artistiques sont mises en regard entre elles et avec diverses sources documentaires : iconographie, documents d’archives, Ă©crits d’artistes, travaux critiques, etc., afin d’amener l'Ă©lĂšve Ă  dĂ©velopper ses compĂ©tences et son autonomie quant Ă  :  
- la perception et l’analyse d’un Ă©difice, d’un tableau, d’un film, d’une Ɠuvre musicale, d’un spectacle dramatique, d’un ballet, etc. ;
- l'identification et l'Ă©volution des grands courants stylistiques ;
- les divers types de classification (formes littéraires ou musicales, genres picturaux, programmes architecturaux, etc.) ;
- les conditions de la commande et de la réalisation ;
- les principaux repĂšres intervenant dans l'analyse formelle et sĂ©mantique de l'Ɠuvre (modes de construction ou de dĂ©coupage, mouvement et rythme, valeurs, couleurs, texture, tessiture, fonction de l'ornement, rapport au corps, Ă©lĂ©ments d'iconographie mythologique et religieuse, Ă©lĂ©ments repris d’un autre domaine artistique, etc.) ;
- l’exploitation critique des diverses sources d’informations pour une restitution organisĂ©e et rĂ©flĂ©chie de celles-ci sur des supports variĂ©s.

Pour atteindre ces objectifs, il est recommandé :
- de trouver des liens entre les domaines artistiques et avec les autres disciplines enseignĂ©es au lycĂ©e afin de souligner l’interpĂ©nĂ©tration des langages artistiques et d’instaurer une vĂ©ritable interdisciplinaritĂ© qui conduira les Ă©lĂšves Ă  mieux percevoir le sens de leurs Ă©tudes ;
- de s'appuyer de maniÚre critique sur les technologies pour s'initier aux méthodes de recherche documentaire (exemples : apprendre à trouver les informations dans des catalogues d'exposition, des documentaires vidéo, des supports numériques, des sites internet...) ou de production de documents (exemples : produire et traiter des images et des sons, importer des documents textuels et graphiques, maßtriser des outils informatiques de rédaction et de présentation d'un dossier ...).

Évaluation des acquis des Ă©lĂšves
Assurée par l'équipe pédagogique, l'évaluation se veut, à ce niveau, plus formative que sommative. Elle prend en compte l'ensemble des compétences attendues et porte sur des exercices d'initiation à l'histoire des arts ainsi que sur l'élaboration d'un journal de bord.

Exercices d’initiation à la pratique de l’histoire des arts
- Recherche documentaire associant maßtrise des outils et entraßnement à la sélection des sources (enregistrements visuels ou sonores, exploitation de témoignage, imprimés, sites web...) ;
- mise en forme de l'information Ă©crite Ă  partir d'un document textuel, visuel, sonore avec maĂźtrise du vocabulaire de base des grands domaines artistiques (description, interprĂ©tation, rĂ©daction de brefs paragraphes synthĂ©tiques) ;  
- prise de parole organisée devant un groupe (présentation d'un document, développement d'une argumentation, relation d'une expérience de nature artistique ou esthétique) ;

> dĂ©veloppement d’un projet individuel ou collectif (reportage, site, blog
).


Journal de bord
Ce journal ne s'assimile pas Ă  un simple cahier de cours ; en classe de seconde, il permet d'entraĂźner les Ă©lĂšves Ă 
réunir, avec un souci de synthÚse et de rigueur historique, des notes de cours, des recherches ou comptes-rendus
d’expĂ©riences personnelles et une sĂ©lection de documents pertinents sur les questions traitĂ©es en classe.

Par ailleurs, l'Ă©valuation fonde le dialogue avec chaque Ă©lĂšve qui peut ainsi prendre la mesure de ses acquis, de ses
motivations, et se positionner avec plus de clarté quant à la suite de son parcours de formation.

Musique
L’enseignement de la musique approfondit les dimensions techniques et culturelles permettant d’aborder les grandes questions qui irriguent l’histoire des musiques comme les pratiques musicales contemporaines.

Les contenus des programmes peuvent ĂȘtre approfondis en croisant les regards de plusieurs disciplines sur certains aspects des trois problĂ©matiques Ă©tudiĂ©es durant l’annĂ©e scolaire. L’enseignement facultatif de la musique en seconde peut ainsi devenir le point de dĂ©part d’une association disciplinaire pouvant bĂ©nĂ©ficier Ă  l’enseignement de l’histoire des arts.

Deux grands champs de compĂ©tences dont l’un est percevoir :

  • Percevoir, c’est dĂ©velopper l’acuitĂ© auditive au service d’une connaissance organisĂ©e et problĂ©matisĂ©e des cultures musicales et artistiques dans le temps et l’espace ; oeuvres et productions musicales de toutes Ă©poques peuvent ainsi ĂȘtre Ă©tudiĂ©es, d’une part pour apprendre Ă  en percevoir les diverses caractĂ©ristiques, d’autre part pour toujours en mesurer les spĂ©cificitĂ©s au regard de l’histoire, de la culture d’origine, de leurs liens avec les contextes artistiques, esthĂ©tiques ou sociaux ; apprendre Ă  percevoir, c’est apprendre Ă  interroger les oeuvres qui font l’histoire de la musique et des arts - comme leurs rĂ©alitĂ©s contemporaines - au delĂ  de leurs apparences premiĂšres ; c’est enfin s’interroger sur la place qu’occupent le sonore et la musique au quotidien dans les cultures et sociĂ©tĂ©s d’aujourd’hui.

Compétences appliquées
mobiliser des rĂ©fĂ©rences connues puisĂ©es dans l’histoire de la musique, des arts et des idĂ©es ;

Culture musicale et artistique
Il s’agit de mobiliser les compĂ©tences des Ă©lĂšves pour enrichir progressivement leur culture musicale et artistique sans limitation d’époque, de genre ou de lieu.

Travail sur trois problématiques :

  • Les rapports de la musique au texte.
  • Les rapports de la musique Ă  l’image.
  • Les rapports de la musique Ă  la sociĂ©tĂ©.


Le travail sur chaque problĂ©matique s'Ă©quilibre entre regard technique et rĂ©flexion esthĂ©tique. Dans cette perspective, le professeur choisit pour chaque problĂ©matique au moins deux Ɠuvres de rĂ©fĂ©rence donnant lieu Ă  un travail approfondi. Ce travail est enrichi par d'autres tĂ©moignages sonores pĂ©riphĂ©riques Ă  chaque Ɠuvre choisie.  
Cette démarche permet en outre, par des choix pertinents, d'une part d'observer la constance de ces questionnements dans l'histoire et la géographie de la musique, d'autre part de renforcer autour de témoignages de référence la perception chronologique de la création musicale.

Théùtre
En classe de seconde, l’enseignement de «ThĂ©Ăątre» propose une initiation Ă  l’art thĂ©Ăątral, Ă  la spĂ©cificitĂ© de ses formes, Ă  la variĂ©tĂ© de ses modes de crĂ©ation, et Ă  l’intĂ©rĂȘt de son histoire.

En seconde, on privilĂ©giera l’apprĂ©hension de l’espace scĂ©nique et thĂ©Ăątral, le dĂ©chiffrage des codes de la reprĂ©sentation, le dĂ©veloppement de l’imaginaire et on commencera Ă  repĂ©rer des moments importants de l’histoire du thĂ©Ăątre occidental.

La composante culturelle et historique
Dans sa dimension culturelle et historique, l'enseignement forme le goĂ»t et l'esprit critique de l'Ă©lĂšve, en le confrontant Ă  des pratiques et Ă  des Ɠuvres aussi diverses que possible (Ɠuvres françaises et Ă©trangĂšres du rĂ©pertoire classique et moderne, textes contemporains). L'Ă©lĂšve apprend Ă  identifier et Ă  situer dans l’histoire du thĂ©Ăątre quelques unes des formes dramatiques et scĂ©niques de l’AntiquitĂ© au XXIe siĂšcle. Il dĂ©couvre Ă©galement le lien entre le thĂ©Ăątre et les autres arts, grĂące Ă  des spectacles de danse, de marionnettes, de cirque ou d’opĂ©ra. Á partir du travail de plateau et de la frĂ©quentation des spectacles, trois axes structurent l’approche culturelle : le texte, l'Ă©quipe artistique, le lieu thĂ©Ăątral.

  • Le texte

Qu'il soit thĂ©Ăątral ou non, le texte est l'Ă©lĂ©ment essentiel qui stimule l'imaginaire et la rĂ©flexion du comĂ©dien, du metteur en scĂšne, du lecteur. À partir des textes travaillĂ©s sur le plateau et des spectacles vus, l'Ă©lĂšve affine son interprĂ©tation des Ɠuvres. Il commence Ă  repĂ©rer les grandes pĂ©riodes de l'histoire du thĂ©Ăątre et Ă  s'y rĂ©fĂ©rer : thĂ©Ăątre antique, thĂ©Ăątre Ă©lisabĂ©thain, commedia dell'arte, thĂ©Ăątre classique, thĂ©Ăątre moderne, thĂ©Ăątre contemporain.

  • Le lieu thĂ©Ăątral

L’élĂšve apprend Ă  connaĂźtre diffĂ©rents lieux de thĂ©Ăątre et de leur histoire : Ă©difices thĂ©Ăątraux, espaces Ă  ciel ouvert, bĂątiments dĂ©saffectĂ©s par exemple.

Cliquer ici pour plus d’informations :
http://media.education.gouv.fr/file/special_4/75/7/arts_143757.pdf