Au temps deus minairesÀ l’époque du charbon

  • Occitan
  • Français

Réalisateur : Leipold Jimmy // © CNDP / France Télévisions - 1999

Durada : 13 minutas

Pendent mei de cent ans, entre los sègles XIX e XX, l’activitat minèra que faiçonè los païsatges e los òmes de la region Nòrd-Pas de Calais. Lo minaire de carbon, prumèr forçat de la revolucion industriau, qu’ei lo simbòu deus obrèrs de la fin deu sègle XIX : condicions de tribalh inumanas au hons deus putz, riscs de malaudias qui hèn vielhir d’òra, accidents deus tragics qui trebolan la França sancèra.

Pr’aquò, los minaires qu’obtenguen los prumèrs compensacions d’un tribalh riscat : un lòtjament e un salari com cau. Acostumats au tribalh en equipa, a la solidaritat dens los corons, los minaires que son los davancèrs deu movement obrèr : granas caumas, sindicalizacion massiva, conquista deus prumèrs drets e règlaments deu tribalh.

Uei, l’èrba que capèra las hòssas de carbon, parcatges e lotejaments qu’enròdan los quauques sosteneders que demoran drets, e los crassièrs que vaden airaus de léser.
La conca minèra qu’ei tostemps ua region poblada, los abitants qu’i son estacats, mès lo tribalh que manca e la reconversion que demora mauaisida.

Pendant plus de cent ans, l’activité minière a façonné les paysages et les hommes de la région Nord-Pas-de-Calais. Le mineur, premier forçat de la révolution industrielle, est le symbole des ouvriers de la fin du 19e siècle : conditions de travail inhumaines au fond des puits, risques de maladies qui font vieillir avant l’âge, accidents tragiques qui bouleversent la France entière.

Pourtant, ce sont les mineurs qui obtiennent les premiers des compensations pour un travail à risques : un logement et un salaire décents. Habitué au travail en équipe, à la solidarité dans les corons, ils sont les pionniers du mouvement ouvrier : grandes grèves, syndicalisation de masse, conquête des premiers droits et règlements du travail.

Aujourd’hui, l’herbe recouvre les fosses, parkings et lotissements entourent les rares chevalements qui restent debout, e les terrils sont devenus des zones de loisir. Le bassin minier est toujours une région peuplée, ses habitants lui sont attachés, mais le travail manque et la reconversion reste difficile.

Documents à télécharger