Le site du CRDP et des CDDP de Midi-pyrénées

Réalisations pédagogiques (Virginie Houadec - conseillère pédagogique Haute-Garonne 3)

Le projet


« L’école doit être capable non seulement d’adapter ses formations, mais aussi et surtout d’exploiter au mieux les réserves de talents. Les inégalités sociales ou de sexes constituent un gaspillage. »
Pour un bilan de la sociologie de l’éducation. J.-M. Berthelot

L’ action Filles et garçons de papier s’est déroulée durant l’année scolaire 2001/2002 dans la circonscription de Toulouse-sud Haute-Garonne 3.
Elle s’est inscrite dans le cadre d’une manifestation, le Vrai printemps, conduite en partenariat avec la ville de Toulouse, la bibliothèque de quartier et deux librairies. Ce projet, financé par la politique de la ville, avait pour objectif d’accompagner la réussite scolaire des élèves dans le domaine de la maîtrise de la langue par la venue d’auteurs, un concours d’affiches et des prix d’écriture.

Les écoles concernées étaient situées en zone d’éducation prioritaire :

- ZEP de Reynerie :

- ZEP de Bellefontaine :

L’idée du projet

Une observation sur le terrain a été à l’origine du projet :

On a remarqué que de jeunes enseignant-e-s (stagiaires IUFM en responsabilité et professeurs d’école sortants de l’IUFM) interrogeaient plus souvent les garçons que les filles.
Dans un premier temps, ils et elles disaient ne pas le faire volontairement, puis justifiaient leur attitude par l’affirmation que les filles connaissaient les réponses aux questions posées.
Était-ce la vraie raison ?

D’autre part plusieurs jeunes collègues ont exprimé leurs difficultés à entraîner les élèves dans certains apprentissages sous prétexte que ceux-ci étaient identifiés à des domaines sexués, refus de lire un livre « parce que c’est un livre de filles » ou d’entrer dans l’activité EPS « parce que c’est pour les garçons ».
Les amorces de solutions proposées paraissaient souvent stériles. Le débat en classe, par exemple, s’avérait insatisfaisant dans la mesure où quelques élèves exprimaient leur point de vue et qu’aucun savoir-être n’en ressortait.

L’idée a donc germé de se saisir de la manifestation le Vrai printemps pour travailler la notion d’égalité entre filles et garçons, et engager les élèves dans une réflexion ancrée sur les apprentissages liés à la maîtrise de la langue.

Le déroulement

1. Une équipe d’enseignants (des enseignants d’écoles maternelles et élémentaires, un directeur d’école, une conseillère pédagogique coordinatrice), a élaboré, avec l’aide d’un formateur IUFM spécialisé dans la littérature de jeunesse et de libraires, une bibliographie d’albums de jeunesse sur le thème de l’égalité filles/garçons.

2. La librairie Ombres blanches a constitué à partir de cette bibliographie une mallette de livres qui a été proposée aux différentes écoles. Pour consulter son contenu, se reporter à Une sélection de libraire.

3. Dans le cadre de la politique de la ville un budget a été attribué à la ZEP, ce qui a permis aux écoles d’acquérir, pour les classes qui participaient à l’action le Vrai printemps, des séries de livres.

4. Ces classes ont travaillé, en choisissant parmi les pistes proposées, autour des albums.

5. Des rencontres avec des auteurs, des illustrateurs se sont organisées (Goûters philo).

6. Les élèves ont remis leurs réalisations : prix d’écriture, réalisations théâtrales, prix de l’affiche.

Voici pêle-mêle les pistes de travail qui ont été proposées aux différentes classes par l’équipe d’enseignants

Virginie Houadec
équipe Mixité scolaire et Démocratie IUFM de Midi-Pyrénées
conseillère pédagogique Haute-Garonne 3

Contenu du dossier

Source : Canopé académie de Toulouse

Littérature de jeunesse : pour une égalité filles/garçons

Sceren Services culture éditions ressources pour l'éducation nationale