Repères - L'occitan, qu'es aquò ?

Les troubadours


extraits de chansons
   
Un petit choix de poèmes permet de donner un aperçu de l'oeuvre des troubadours. L'inspiration de trois poètes, Jaufré Rudel, Bernat de Ventadorn et Béatriz de Dia, est illustrée par une cançon . Les textes sont extraits de l'ouvrage de Michel GROSCLAUDE, Une leçon sur les troubadours. Per Noste et Princi Negre editor, 1997.


Jaufré Rudel
Laquan li jorn son lonc en mai... (cançon)


Laquan li jorn son lonc en mai
M'es belhs dous chans d'auzelhs de lonh
E quan mi sui partitz de lai
Remembra'm d'un amor de lonh :
Vau de talan embroncx e clis
Si que chans ni flors
d'albespis
No'm platz plus que l'ivems gelatz

Be tenc lo Senhor per verai
Per qu'ieu veirai l'amor de lonh ;
Mas per un ben que m'en eschai 
N'ai dos mals, car tant m'es de lonh.
Ai ! car me fos fai lai pelegris,
   Si que mos fustz e mos tapis
 Fos pels sieus belhs uelhs remiratz ! 

Be'm parra jois quan li querrai,
Per amor Dieu, l'amor de lonh :
E, s'a lieis platz, alberguarai 
Pres de lieis, si be'm sui de lonh :
 Adoncs parra'l parlamens fis 
Quan drutz lonhdas er tan vezis
  Qu'a bels digz jausira solatz.

Iratz e gauzens m'en partrai,
  S'ieu ja la vei, l'amor de lonh.
   Mas non sai quora la veirai 
Car trop son nostras terras lonh : 
Assatz i a pas e camis,
      E per aisso no'n sui devis !
Mas tot sia com a Diu platz !

 

Lorsque les jours sont longs en mai
J'aime le doux chant des oiseaux lointains
Et quand de là je suis parti
Il me souvient d'un amour lointain.
Je vais triste et las de désir
Si bien que ni les chants ni les fleurs d'aubépine
Ne me plaisent plus que le gel de l'hiver

Je tiens pour véridique le Seigneur
Grâce à qui je verrai l'amour lointain :
Mais pour un bien qui m'en échoit
J'en ai eu deux maux, car elle est si loin
Hélas, que ne suis-je pèlerin là-bas,
Pour que mon bâton et ma cape
Soient contemplés par ses beaux yeux !

La joie m'arrivera quand je le prierai
Pour l'amour de Dieu, l'amour lointain
Et s'il lui plaît, je demeurerai
Auprès d'elle, moi qui suis de si loin !
Alors viendra le doux entretien
Quand l'ami lointain sera si proche
Et qu' il jouira comblé de belles paroles.

Triste et joyeux, je partirai
Si jamais je la vois, l'amour lointain
Mais je ne sais quand je la verrai
Car nos pays sont si éloignés
Il y a tant de passages et tant de chemins,
Et pour cela, je ne suis pas devin,
Mais que soit faite la volonté de Dieu !

 


Bernat de Ventadorn
Quan vei la lauseta... (cançon)

Quan vei la lauseta mover
De jòi sas alas contra'l rai,
Que s'oblida e's laissa
caser
Per la doçor qu'al còr li vai,
Ailàs ! qualsenvaja me'n ve
De cui qu'ieu veja jausion
Meravilhas ai, car dessé
Lo còrs de desirièr no'm fon.

Ails, tan cujava saber
D'amor, e tan petit en sai !
Car ieu d'amar no'm psc téner
Celis don ja pro non aurai ;
Tut m'a mon cr, e tut m'a se
E mi meseis e tol lo mon ;
E quand si'm tlc, no'm laisst re
Mas desirir e cor volon

Anc non agui de mi poder
Ni mon fui mieus deslor ensai
Que'm laisst en sos uelhs veser
En un miralh que mut mi plai
Miralhs, ps me miri en te
M'an mrt, li sospir de preon,
Qu'aissi'm perdi com perdt se
comme se perdit
Lo belhs Nascissus en la fon.

Quand je vois l'alouette battre
Des ailes de joie contre le rayon de soleil,
(Quand je vois) qu'elle se pâme et se laisse tomber
Par la douceur qui lui vient au coeur,
Hélas, comme l'envie me vient
De tous ceux dont je vois le bonheur !
Je m'émerveille qu'à l'instant,
Mon coeur ne se fonde de désir.

Hélas, je croyais tant savoir
En amour, et j'en sais si peu !
Car je ne peux me retenir d'aimer
Celle dont jamais je n'aurai les faveurs
Elle a ravi mon coeur et s'est ravie moi
(Elle m'a ravi) moi-mme et le monde entier
Et ses larcins ne me laissrent rien
Que désir et coeur ardent.

Je n'ai plus sur moi aucun pouvoir
Et je ne m'appartins plus depuis le moment
Qu'elle me laissa me voir dans ses yeux
Dans ce miroir qui me plait tant
Miroir, depuis que je me suis regardé en toi
Mes profonds soupirs me tuent
Et je me suis perdu,
Le beau Narcisse dans la fontaine.



Beatriz de Dia

En gran pena lo còr me dòl...(cançon), adaptation de Léon Cordes


En grand pena lo còr me dòl
per un cavalièr qu'ai perdut.
En tot temps aquò sià sauput
que l'ai contentat mòrt et fòl.
Ara per el soi traïda.
Tant d'amor es pas pro d'amor
quand l'ai contentat nuèit e jorn,
Al  lèit e tota vestida

Mon cavalir, ieu lo voldri
téner un ser dins mos braces nuds
e que se'n trbe el tresperdut,
de sol coissin li serviri.
Car d'el soi mai afolida
qu'ra de Floris Blancafor
li autregi mon cr e m'amor,
mon ime, mos uelhs, ma vida

Bl amic, avenent e do,
quora seretz a mon poder
e colcats los dos tot planir
a prt de mon bais amors,
de grand gaug ieu comolada
vos tendrai en lc de marit
tant que vos seretz pas desdit
de far tot que m'agrada.

Mon coeur souffre d'une grande peine
pour un amant que j'ai perdu.
Toujours il faut qu'on sache que je l'ai
contenté à en mourir et à le rendre fou.
Maintenant je suis trahie par lui.
Tant d'amour n'est pas assez d'amour
alors que je l'ai contenté nuit et jour
au lit et toute vêtue.

Mon amant, je voudrai
le tenir un soir dans mes bras nus
et qu'il en soit éperdu
De coussin mon corps lui servirait
Car, de lui je suis plus folle
Que ne l'était Blancaflor de Floris
je lui donne mon coeur et mon amour
mon esprit, mes yeux, ma vie.

Bel ami, prévenant et doux
ds que vous serez mon pouvoir
et que nous serons couchés cte cte
portée de mon baiser amoureux,
de grande joie comblée
je vous considérerai comme mon mari
tant que vous n'aurez pas refusé
de faire tout ce qui me plat.


Fermer cette fenêtre

© CRDP de Toulouse- Thém@doc - Occitan, langue et culture vivantes, 2002.
Tous droits réservés. Limitation à l'usage non commercial, privé ou scolaire