Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > Boîte à OuTices > La vidéo > Tournage, montage et utilitaires de montage vidéo
N°16 - Juin 2013

Actualites

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Educatec-Educatice : salon professionnel de l'éducation

Mercredi 11 et jeudi 12 décembre 2013

Les boussoles du numérique

Recherche

Recherchez sur le site

Newsletter

S'inscrire à la lettre d'information L'École numérique

La librairie en ligne de l'éducation
Agence nationale des usages TICE

Tournage, montage et utilitaires de montage vidéo

Le tournage vidéo

1. Vocabulaire

  • Le plan : le plan est un morceau de vidéo tourné d’un seul coup et gardé sans coupure au montage. C’est l’unité logique de base d’une vidéo.
  • La prise : lors d’un tournage, il n’est pas rare de tourner plusieurs fois le même plan pour des raisons techniques.
  • Identification des prises : pour un long tournage, on identifiera les prises suivant un plan de tournage. Ainsi la prise 8-5-3 identifiera la 8e prise du plan 5 de la scène III.
  • Le champ : C’est l’espace visible par le spectateur.

2. Les différents types de plans

  • Plan très large ou plan d’ensemble (PE) : paysage, ville, foule, bataille.
  • Plan large ou plan demi-ensemble (PL) : pièce, groupe.
  • Plan moyen (PM) : personnage en pieds.
  • Plan américain : personnage jusqu’à mi-cuisse.
  • Plan rapproché taille (PRT) : personnage jusqu’au nombril.
  • Plan rapproché poitrine ou plan cravate (PRP) : personnage vu jusqu’à la poitrine.
  • Plan serré ou gros plan (GP) : seulement le visage ou l’objet.
  • Très gros plan (TGP) : seulement les yeux.
  • Macro : seulement la pupille de l’œil.

Pour de plus amples renseignements, vous pouvez aller sur le site de l’université de Laval au Québec : www.cslaval.qc.ca/apo/atelier_video/Cyberqu%90te/Les_Plans.htm

3. Les différents types de champs

  • Le champ est l’espace visible par le spectateur.
  • Le contre-champ est l’opposé du champ : souvent utilisé pour les scènes de dialogue.
  • Le hors-champ est l’action qui se déroule hors de l’écran, non visible par le spectateur.
  • La profondeur de champ est la mise en perspective des avants et arrières. Pour un paysage par exemple, filmer un rocher en premier plan permet de donner une meilleure idée de l’échelle et des distances.

4. Les angles de vue

  • Plongée : cadrage de la scène par le dessus. Elle donne le sentiment que l’action est en hors-champ.
  • Contre-plongée : cadrage de la scène par le dessous. Le personnage est grandi.
  • Vue objective : l’action est filmée par une personne extérieure à l’événement.
  • Vue subjective ou point de vue : la camera cadre et se déplace comme si le spectateur était à la place d’un des personnages. Permet d’accentuer l’identification du spectateur.

5. Mouvements de caméra

  • Panoramique : mouvement de la caméra autour de l’un de ses axes. On peut réaliser des panoramiques verticaux ou horizontaux. Il permet l’exploration progressive d’un décor pour en renforcer le côté dramatique ou pour en donner une vue d’ensemble. Il est préférable de le réaliser sur un pied.
  • Travelling : cadrage dynamique avec la vue qui suit l’action, avec le même cadrage. Il faut déplacer la caméra. Un travelling se réalise difficilement sans matériel (rail, grue, etc.). Il existe plusieurs travelling : avant, arrière, latéral, ascendant, descendant.
  • Zoom : Cadrage dynamique sans déplacement de la caméra, par simple action sur l’objectif. Remarque : le zoom n’a pas le même rendu qu’un travelling avant ou arrière car lors d’un zoom il y a changement de perspectives. Il est donc très peu utilisé et on lui préférera un cut d’un plan général et d’un gros plan réalisé au montage (image non floutée).
  • La mise au point : elle correspond à la zone de netteté de l’image dans le cadre. Avec un caméscope, il faudra choisir la mise au point manuelle car par défaut celle-ci est automatique. Une mise au point est cependant difficile à réaliser. Sources : le garage de la vidéo (www.garage-video.com/videonum/f2-cadrage-1.html).

6. Les étapes du tournage

  • Le scénario : c’est le plan détaillé de l’histoire. On devrait y retrouver : le résumé de l’histoire, les noms des personnages et leur description, les lieux prévus, le décor utilisé, les costumes, les objets nécessaires, l’éclairage, les points de vue et les plans pour chaque scène, les gestes de chaque personnage et les dialogues.
  • Distribution des rôles
    • Réalisateur : il dirige le plateau de tournage et vérifie que le scénario est bien respecté.
    • Cadreur : il intervient dès la préparation du film. Il analyse le scénario du film et étudie tous les éléments de prise de vue avec le réalisateur. Il communique alors à l’équipe des instructions sur le mouvement de la caméra, l’éclairage, etc.
    • Comédien : il entre dans la peau d’un personnage et joue alors la comédie. Il doit connaître le scénario.
    • Caméraman : il fait les différentes prises de vue avec la caméra en effectuant divers plans suivant le scénario fourni.
    • Décorateur : il doit s’occuper des décors pour le tournage.
    • Costumier : il choisit les costumes des acteurs et les aide à s’habiller.
    • Éclairagiste : il choisit les lampes adéquates pour le tournage et vérifie le bon éclairage des scènes.
    • Accessoiriste : il trouve les accessoires nécessaires pour chaque scène et vérifie lors du tournage que leur emplacement est respecté.

Le montage vidéo

1. Remarque préalable

Par rapport aux autres éléments informatiques, la vidéo est un des types de données le plus contraignant au niveau de la puissance de la machine.

Porter des séquences vidéo sur ordinateur et les restituer est quelque peu complexe et le rendu n’est souvent pas celui que l’on aurait pu espérer.

Il faut donc rester modeste dans les montages et ne pas oublier de nettoyer tous les fichiers stockés sur le disque dur après finalisation car ceux-ci sont volumineux.

2. Les différentes étapes

  • Acquisition
    • Dérusher : anglicisme qui désigne le fait de trier les enregistrements d’une cassette vidéo. Pour ce faire, vous pouvez visualiser la vidéo et noter les temps que vous compter retenir et ainsi ne capturer sur votre PC que ce dont vous avez besoin, sans oublier de ne pas couper « à ras ».
    • Numériser, capturer le flux vidéo.
    • Compresser et coder.
    • Stocker sur un support de capacité et de débit suffisant.
  • Montage
    • Utiliser un logiciel de montage vidéo (VirtualDub, Movie Maker, Studio 9, MovieX, etc.).
    • Ne pas oublier d’enregistrer régulièrement.
  • Restitution
    • Stocker sur un support de capacité raisonnable.
    • Décoder et décompresser.
    • Restituer le flux vidéo.

3. Codec

Un codec (codeur-décodeur) est constitué des algorithmes qui opèrent la compression et la décompression.

Les codecs standards sont Cinepack par Supermatch, Microsoft RLE, etc.

Si le matériel utilisé pour faire la numération n’a pas le format voulu, il faudra retraiter les fichiers et il y aura donc alors une perte de qualité.

On distingue deux types de codec :

  1. Les codecs soft (logiciels) : c’est la puissance du processeur de l’unité centrale qui réalise la capture/compression de l’image.
  2. Les codecs hard (par voie matériel) : il existe des puces de compression/décompression à ajouter.

4. Les principaux formats de compression ­

  • .mov : le logiciel Quicktime permet le format .mov. C’est un logiciel initialement créé pour Mac.
  • .avi : c’est le format du DivX, par excellence. C’est la meilleure qualité actuellement mais le grand nombre de codecs rend leur lecture parfois difficile. o En fait .avi correspond à une multitude de formats vidéo comme le UYVY, YUY2, Wmvideo, etc.
  • .rmvb (ou RV9) : format propriétaire de Real Video.
  • .ogm : ce n’est pas un format mais un conteneur qui contient un fichier son et un fichier image et le mutiplexage se fait en direct à la lecture.
  • .mkv : un conteneur comme ogm.

Pour en savoir plus : www.conseil-creation.com/informatique/multimedia/formats_video.php

Utilitaires pour réaliser un montage vidéo

Tous les logiciels cités, sauf cas contraire, sont des logiciels gratuits au téléchargement. Cette liste n’est pas complète et dépend du montage que l’on a à réaliser. Avant tout montage, il faudra respecter le droit.

1. Conversion vidéo

  • Internet
    • Internet Video Converter, Vdownloader ou TubeMaster 0.7
    • Pour télécharger sur Internet : Free Download Manager.
  • Convertir de nombreux formats : MediaCoder, Super-Super, Vdownloader.
  • Pour convertir des DVD : DVDX .

2. Conversion audio

  • CDex (tutoriel) : conversion de cd audio en .mp3 ou .wav.
  • Audacity : enregistrement micro, conversion et montage audio.

3. Montage vidéo

  • Movie Maker, VirtualDub, Avidfree, MovieX, etc. (gratuits).
  • Adobe première, Studio, Magix Vidéo, etc. (payants).

4. Utilitaire

  • Shrink : compression de format pour DVD.