Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > Boîte à OuTices > Les blogs > Inviter des élèves en difficulté à créer leurs blogs ?
N°16 - Juin 2013

Actualites

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Educatec-Educatice : salon professionnel de l'éducation

Mercredi 11 et jeudi 12 décembre 2013

Les boussoles du numérique

Recherche

Recherchez sur le site

Newsletter

S'inscrire à la lettre d'information L'École numérique

La librairie en ligne de l'éducation
Agence nationale des usages TICE

Inviter des élèves en difficulté à créer leurs blogs ?

Stéphanie de VANSSAY

Enseignante spécialisée à dominante pédagogique en RASED1, Stéphanie de Vanssay s’attache à proposer à des élèves de cycle 3 en difficulté des tâches complexes à travers la création de blogs. Pourquoi ?

Pourquoi faire complexe quand on pourrait faire simple ? Quand on pourrait penser que des élèves fragiles devraient au contraire bénéficier de tâches simplifiées ? Parce que c’est justement ce qui leur pose problème. En effet, la plupart des élèves en difficulté peuvent acquérir des mécanismes mais ont beaucoup de difficultés à savoir quand et comment les mettre en œuvre dans une situation complexe.

Valoriser par la complexité

Aujourd’hui, avec les nouvelles technologies, la multiplication des communications, l’accès à l’information, la mondialisation… notre vie continue de se complexifier jour après jour. De plus, les situations complexes ont plus de sens et sont plus motivantes. Pour expliquer et justifier un objet de façon intelligible, pour lui donner son sens, il faut avoir en tête une vue d’ensemble de ce qui compose cet objet et des liens existant entre ses divers éléments.
C’est pourquoi la décomposition du complexe en éléments simples est limitatrice et provoque une perte de ce sens. De plus, découper les tâches en éléments simples rend le travail monotone alors qu’accroître la complexité augmente l’intérêt donc la motivation.
Proposer une tâche complexe à l’élève, c’est le valoriser, lui montrer qu’on le croit capable de réussir.

Développer la rédaction et la recherche documentaire

Depuis plusieurs années, je propose aux élèves de cycle 3 en difficulté dans le domaine de la maîtrise de la langue, de créer de A à Z un blog personnel sur un sujet qu’ils connaissent et qui leur tient à cœur. Il s’agit de mettre chaque élève en projet, de lui montrer des blogs (ceux de mes anciens élèves, un des miens et d’autres) et de l’inviter à choisir un sujet qu’il aime, qu’il connaisse, qu’il a envie de partager avec d’autres ; peu importe qu’il plaise ou non à l’enseignant… Ensuite chacun se crée une adresse électronique. Puis viennent l’étape de la création du blog proprement dit et la rédaction du premier article.

Une fois l’activité lancée, les choses s’enchaînent assez naturellement, l’élève continue, complète, enrichit, explique… Il répond aux éventuels commentaires, de son enseignant de classe que j’incite à découvrir le blog, d’autres élèves ou d’inconnus.
En cours de travail, l’utilisation d’Internet vient logiquement au secours de l’élève qui recherche un élément qui lui manque, qui veut vérifier une information, trouver une image adaptée à son propos… C’est une excellente occasion d’utiliser en situation réelle la recherche sur Internet, d’apprendre à utiliser un moteur de recherche, déterminer les mots clés pertinents… Les élèves ont aussi recours à d’autres supports pour rédiger leurs articles : livres documentaires, bandes dessinées, images du héros choisi, revues… Non seulement ils sont amenés à produire de l’écrit mais aussi à en lire, ils travaillent la lecture ciblée sur un but précis, font des synthèses, des reformulations de choses lues sur Internet ou ailleurs. On n’imagine pas, avant de se lancer dans ce travail, tout ce qu’il permet de faire travailler aux élèves, qui en plus le font volontiers car ils savent dans quel but ils fournissent ce travail.

Prendre confiance en soi

Le blog est une occasion pour l’élève en difficulté de produire quelque chose de valorisant : il permet à l’élève de s’exprimer sur un sujet qui lui tient à cœur, de créer un lien entre son « monde personnel » et ce qu’il apprend à l’école, ce qui lui donne une occasion de s’investir davantage comme « personne » et non seulement comme « élève ». De plus, dans la situation ainsi proposée il y a d’une certaine manière un « renversement des rôles », l’élève devient l’expert, celui qui connaît son sujet, et l’enseignant prend la position du « candide » qui pose des questions, demande des éclaircissements. Placer un élève en difficulté dans cette position est particulièrement intéressant pour restaurer son estime de soi et sa confiance en lui.

Élève acteur et auteur

Dans un blog, l’élève devient un vrai auteur, il écrit dans un contexte authentique et peut potentiellement être lu par des destinataires non traditionnels, inconnus de lui, voire « le monde entier ». On a ici une situation suffisamment ouverte pour permettre à l’élève de personnaliser son travail et de se l’approprier. Les élèves se montrent actifs, motivés, ils fournissent plus volontiers des efforts pour être clairs dans leurs propos, pour décoder et encoder efficacement, pour soigner l’orthographe et la syntaxe, pour trouver une information…

Acquérir de nouveaux « savoir-faire »

Réaliser un blog est une excellente occasion pour l’élève de se familiariser avec les nouvelles technologies de la communication, d’acquérir de nouveaux « savoir faire ». Il va prendre de l’aisance avec l’utilisation d’une interface d’édition, d’un traitement de texte, la recherche de renseignements et d’images sur Internet…

Un progrès dans le rapport à l’erreur

L’élève qui a du mal à produire de l’écrit, parfois même physiquement (nombre de mes élèves en difficulté ont des douleurs dans la main quand ils écrivent beaucoup) se retrouve devant un clavier et surtout peut se corriger sans que cela se voie et sans être obligé de tout recopier. La facilité d’exécution et l’invisibilité des corrections sont pour beaucoup de mes élèves une délivrance et un facteur facilitant une production d’écrit moins stressante et souvent plus abondante.

Pour en savoir plus
http://lewebpedagogique.com/devanssay/
http://aventuresmathematiques.blogspot.com/

 

 

 

 

[1]L’enseignant spécialisé à dominante pédagogique fait partie d’un RASED (Réseau d’aide spécialisée aux élèves en difficulté) qui intervient dans les écoles maternelles et élémentaires. Il n’a pas de classe et son action couvre plusieurs groupes scolaires. Il prend en charge, sur le temps de classe, des petits groupes d’élèves en difficulté. Il tente en utilisant le « détour pédagogique » d’aider chaque élève à s’appuyer sur ses compétences pour surmonter ses difficultés.