Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > Boîte à OuTices > Les blogs > Twitter dans l’enseignement
N°16 - Juin 2013

Actualites

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Educatec-Educatice : salon professionnel de l'éducation

Mercredi 11 et jeudi 12 décembre 2013

Les boussoles du numérique

Recherche

Recherchez sur le site

Newsletter

S'inscrire à la lettre d'information L'École numérique

La librairie en ligne de l'éducation
Agence nationale des usages TICE

Twitter dans l’enseignement

Une autre façon de communiquer

Enseignante de lettres et d’histoire-géographie en lycée professionnel, Laurence Juin a lancé avec une classe un projet de micro-blogging, TWITTER, depuis la rentrée de septembre 2009.


Cette expérience est née au sein d’une classe d’élèves de bac professionnel commerce sur deux ans. L’année dernière a été très riche : c’est un vrai groupe classe avec un niveau de connaissances mais surtout de réflexion et de motivation très encourageant. Une classe qui incite à mettre en œuvre beaucoup de projets.
À la fin de leur année de 1re, nous avons commencé à échanger via Facebook, véritable complément d’informations et de savoirs à mes cours. Mais les limites ont été vite atteintes : Facebook fait aussitôt sortir du cadre pédagogique pour toucher la sphère privée. Ayant pratiqué personnellement Twitter, j’y ai vu là une application possible en classe.
Twitter n’est en aucun cas une certitude pédagogique mais bien une expérience que je vis au jour le jour avec cette classe. Je teste quelle utilisation et quelles applications sont possibles.
Twitter ne remplace pas ma pédagogie classique, c’est un complément, un « plus ».
Nous utilisons Twitter sur le temps de classe et hors temps de classe.
Hors temps de classe, Twitter me sert d’agrégateur de savoirs et d’ouverture culturelle. Je tweete des informations complémentaires : le lien vers une chanson, un poème, une bande-annonce évoqués en cours, une précision sur une donnée chiffrée demandée en cours de géographie, etc.

Twitter permet aussi des discussions, échanges et débats sur des sujets culturels : les élèves, les enseignants tweetent sur leurs sorties cinéma, leurs musiques, leurs lectures etc. J’invite les élèves à tweeter sur ce qu’ils vivent culturellement.

Je leur tweete aussi leurs notes d’évaluation (avec leur autorisation)ce qui me permet de faire un bilan simultané à la correction ;ils ont ainsi une trace écrite de mes commentaires. Ils peuvent également poser des questions sur la correction, sur leurs notes et réagir en recentrant leur travail sur les points faibles décelés dans la correction.

Je leur tweete aussi leurs notes d’évaluation (avec leur autorisation)ce qui me permet de faire un bilan simultané à la correction ;ils ont ainsi une trace écrite de mes commentaires. Ils peuvent également poser des questions sur la correction, sur leurs notes et réagir en recentrant leur travail sur les points faibles décelés dans la correction.

Twitter permet de développer la communication verticale et horizontale et de donner des informations sur la vie de classe : modification d’emploi du temps, absence des élèves ou des professeurs, rappel des devoirs à rendre, des évaluations à venir…

Twitter permet aussi de garder un lien lors des périodes longues de stage en entreprise. Nous constatons trop souvent une rupture brutale de communication avec eux lors de ces périodes alors qu’ils ont beaucoup d’interrogations et de besoins.
Sur le temps de classe, mes objectifs pédagogiques d’utilisation et d’application de Twitter en classe sont multiples.
Lorsque les élèves sont sur poste informatique (recherches au CDI, production sur traitement de texte…), Twitter permet une interactivité : entre cahier et poste informatique. L’élève devient acteur de son cours et plus seulement consommateur. Je lui demande de tweeter les données trouvées. Il y a alors interactivité entre les élèves qui réagissent aux tweets, qui augmentent les données ou les critiquent.
Cela me permet de suivre directement l’évolution de leur travail, d’encourager ceux qui s’expriment rarement, de reprendre ceux qui fournissent peu d’efforts. Il y a autonomisation de l’élève et personnalisation de mon suivi d’élève.

Twitter en classe me permet de favoriser le difficile (surtout en lycée professionnel) apprentissage de la prise de notes : les 140 caractères (maximum par tweet) imposés par Twitter permettent une prise de note active : ils apprennent ainsi à synthétiser leurs réflexions, exercice qui leur servira dans une possible poursuite d’études et dans leur vie professionnelle.
Twitter en classe permet une prise de « parole » de tous les élèves dans les débats, échanges de classe. L’inclusion de tous les élèves à mon cours est totale.

Twitter est support de productions d’écrit en français. Il permet à chaque élève d’écrire (même si le tweet est court, la production existe) et il me permet de les corriger en syntaxe, en orthographe. À noter qu’ils n’ont pas le droit d’utiliser le langage sms mais uniquement les abréviations.
Twitter est un support très riche pour mon enseignement de l’ECJS : c’est un cas pratique d’éducation aux médias, des médias du Web aux réseaux sociaux du Web. Que pouvons-nous ou non écrire ? Qu’est-ce qui relève du domaine public ?Quels devoirs et libertés cela suppose ? L’utilisation de Twitter lors du procès Clearstream, lors des élections aux États-Unis ou en Iran ont été des exemples très riches à étudier pour aborder le monde actuel, les grands débats de société et ce qu’un réseau social du Web peut y interférer.

Twitter, deux exemples d’application

1er exemple : utilisation en cours de géographie / séquence « les États-Unis »
Contexte : diffusion de reportages courts (5 mn) sur la population américaine.
Situation : chaque élève est devant un poste informatique connecté sur son compte Twitter et le DVD est projeté via vidéoprojecteur.
Objectif : l’élève doit prendre des notes sur le reportage pour répondre à la problématique que j’ai, au préalable, annoncé à l’oral (et tweeter pour le support écrit).
Compétences : l’élève est acteur et non consommateur d’images, regarde le documentaire en réfléchissant à la problématique annoncée et produit une synthèse.
Attitude attendue : production d’une synthèse augmentée par la classe. Mutualisation du travail personnel de l’élève et personnalisation de mon suivi élève par mes commentaires tweetés.

2e exemple : séquence transdisciplinaire français / arts appliqués « du haïku au tatouage »
Contexte : les élèves, en classe, doivent produire, avec les consignes pré-requises, des haïkus.
Situation : dans une salle de cours sans poste informatique.
Objectif : produire un haïku et le tweeter lorsque je l’ai validé sur un poste au CDI.
Compétences : production d’écrit, autonomie, critique des productions émises.
Attitude attendue : mutualisation des productions poétiques pour correction, amélioration, partage. L’avance de leur travail est visible et accessible par leur professeur d’arts appliqués en temps réel. Elle peut interagir même si elle n’est pas en cours avec eux

Plusieurs de mes collègues se sont crées un compte Twitter et l’utilisent avec cette classe. Comme ici la documentaliste du CDI qui les informe sur des œuvres abordées en cours de français.

Twitter : l’avis des élèves

Amélie : « Twitter nous permet à tous (élèves comme professeurs) de communiquer autrement que pendant les heures de cours. Chacun a son propre compte et peut s’exprimer, demander des informations à un de ses professeurs après les heures de cours sans devoir attendre le lendemain.
Sarah : Quand nous sommes en période de stage, cela sert beaucoup pour demander des informations sur l’animation/promotion à faire dans le point de vente ou sur les oraux. On peut aussi s’en servir pour faire des débats très intéressants ou alors faire des recherches communes qui nous servent après, pour le cours. »
Arnaud : « Twitter c’est aussi un moyen d’approfondir le cours après les heures de classe s’il y a un sujet ou quelque chose que l’on n’a pas très bien compris. Il est très facile de demander au professeur concerné de nous l’expliquer à nouveau. »
Sylvain : « Pour les élèves qui ne possèdent pas d’ordinateur, on dispose de “délégués” qui tiennent informés les autres des nouvelles éventuelles sur Twitter. Twitter est un bon moyen de communiquer entre élèves, autre qu’en salle de cours. Ceux qui ne prennent pas forcément la parole en classe peuvent la prendre sur l’ordinateur, ce qui peut être plus facile pour eux. »

Pour tout le détail de cette expérience : http://frompennylane.blogspace.fr
Le Twitter de classe: https://twitter.com/laderniereannee
Pour un tutoriel de Twitter (par ma collègue d’anglais) : http://selfstudy.free.fr/powerpoint/tutorieltwitter.ppt