Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > Numéro 13 - Octobre 2012 > Boîte à OuTices : Les outils de mobilité > Boîtiers de vote et de réponse : au service de l’interactivité
N°13 - Octobre 2012

Actualites

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Educatec-Educatice : salon professionnel de l'éducation

Mercredi 11 et jeudi 12 décembre 2013

Les boussoles du numérique

Recherche

Recherchez sur le site

Newsletter

S'inscrire à la lettre d'information L'École numérique

La librairie en ligne de l'éducation
Agence nationale des usages TICE

Boîtiers de vote et de réponse : au service de l’interactivité

Aujourd’hui, les boîtiers ont leur place dans l’enseignement, notamment pour faire participer tous les élèves. Cet outil peut être un moyen d’améliorer l’interactivité de séquences définies, de favoriser la motivation des élèves, de recueillir instantanément les réponses d’une classe et non de quelques volontaires et d’informer rapidement le professeur sur leurs erreurs.

Quels boîtiers, pour quels usages ?

Les boîtiers de vote

Les boîtiers de vote permettent d’interroger les élèves d’une manière simple sous forme de questionnaire à choix multiples (QCM). Ces boîtiers présentent souvent cinq boutons indiquant un chiffre et/ou une lettre (1/A), un autre pour allumer et éteindre l’appareil, un bouton pour valider. Un écran simple permet de lire le numéro de la question. En option, il indique la réponse ou un score. Certains remplacent les chiffres ou les lettres par des couleurs, ce qui favorise leur usage dans les petites classes.

Les avantages

La facilité et la rapidité de l’exercice. Cela suppose au préalable une question simple pour susciter une répondre de manière impromptue afin de vérifier une connaissance sous forme, par exemple, d’un questionnaire d’évaluation finale en QCM (choix multiples de propositions et réponses multiples autorisées). La correction est automatique et les enseignants voient directement les résultats de l’évaluation.

L’affichage possible de la réponse permet à l’interrogé de reconnaître son erreur et de progresser. Le professeur peut alors identifier rapidement les erreurs de ses élèves et évaluer le niveau du groupe.

Il existe deux types de boîtiers de vote, l’un associé à un ordinateur par liaison radio (récepteur USB), l’autre sans aucun lien. Pour le premier type de boîtier, un logiciel (fourni) permet de gérer et attribuer les boîtiers aux élèves. Un modèle permet souvent d’importer une liste d’élève depuis un tableur et de les associer à un boîtier. Dans le cadre d’un usage pédagogique au sein d’un établissement,  il est nécessaire d’identifier les boîtiers par des numéros.
Le logiciel permet aussi de créer les QCM et de lancer ces questionnaires. Il est possible de définir des critères de temps, de points, de choisir des options d’affichage (affichage de la réponse immédiatement après la validation lors d’un entraînement, affichage de la réponse après une série de questions en mode examen). Ce même logiciel permet de recevoir les résultats des élèves, de les traiter sous forme de tableaux et de graphiques (qui peuvent être exportés vers d’autres logiciels). Les résultats, immédiats, peuvent donner une vision du groupe ou de chaque élève individuellement.
L’autre type de boîtier est complètement indépendant de tout matériel informatique durant le vote. Les boîtiers ne nécessitent pas de liaison radio. Ils intègrent un code qui correspond à un ordre défini de réponses. L’attribution des boîtiers aux élèves est plus rapide, car elle ne nécessite pas de correspondance des boîtiers avec un récepteur. Il est très facile de lancer un questionnaire de manière impromptue.

Un ordinateur n’est pas nécessaire durant l’évaluation. Il est alors possible d’utiliser ce boîtier à partir d’autres appareils (questionnaires vidéo sur une télévision ou sur une projection, ou bien questionnaire écrit sur une feuille ou sur un tableau). Il est aussi possible de l’utiliser en extérieur, notamment pour répondre à des questions lors d’un déplacement (sortie scolaire) ou lors d’activités extérieures (EPS par exemple) pour fixer l’attention et évaluer une connaissance en temps réel, sur le terrain. Ces boîtiers sans liaison radio nécessitent cependant de lire les résultats sur l’écran du boîtier. Il sera possible d’acheter en plus un système de récupération automatique des résultats (évolution à venir). Un logiciel est fourni aux professeurs pour constituer des questionnaires et obtenir des codes générateurs de QCM. Il est possible de déterminer un mode entraînement et un mode examen.

Les boîtiers de réponse

En plus de pouvoir proposer des questionnaires à choix multiples, les boîtiers de réponse permettent d’aller plus loin dans les usages. Ces outils pédagogiques permettent de répondre de manière plus complète : on peut écrire un mot ou une petite phrase, insérer des chiffres plus importants ou écrire une équation.

Ces boîtiers, plus complexes, permettent aussi de distinguer des niveaux de réponse et d’adapter automatiquement les propositions de questions aux élèves. Chaque élève peut avoir un parcours différent sur le même thème, adapté à son niveau. Chacun peut aller au rythme lié au niveau de ses réponses. C’est un outil d’individualisation de l’évaluation et c’est une source de motivation supplémentaire pour les élèves.
Techniquement, ces boîtiers sont liés à un récepteur radio et à un logiciel fourni par le constructeur (logiciel ou module lié à un logiciel de présentation). On retrouve les mêmes contraintes techniques liées à la première mise en correspondance des noms des élèves et des boîtiers et les mêmes avantages de correction automatique et de récolte immédiate des résultats.
Les logiciels permettent de définir plus finement les questionnaires (QCM ; échelle de Likert : avis favorable, peu favorable ; réponse oui-vrai/non-faux ; réponse numérique ; réponse textuelle). Il est aussi possible d’attribuer une question de suivi de la réponse afin d’estimer l’assurance de la réponse de l’élève (« je suis certain », « je ne suis pas sûr »...). L’évaluateur peut choisir si une réponse est attendue ou si toutes les réponses sont tolérées : le professeur peut ainsi en début de cours lancer un brainstorming et permettre à chacun de ses élèves de répondre et de proposer des mots ou des phrases. Le professeur peut afficher à l’écran les résultats et regrouper les mots par occurrences.

Les boîtiers sont comme les autres outils pédagogiques des supports pour construire, animer et évaluer une progression. Ils nécessitent un minimum de pratique et de préparation.

Stéphane GUÉRAULT
chargé de mission sécurité routière auprès de la Dgesco,
CRDP de Versailles (78)

Une évolution : l’intégration dans les smartphones et les tablettes numériques


Certains constructeurs commencent à intégrer des applications de réponse au sein d’ordiphones (smartphone) et de tablettes numériques. Ces appareils peuvent ainsi se transformer en boîtier de réponse. Dans le cas des tablettes, l’écran est plus large et l’ergonomie du « clavier » est souvent meilleure pour les réponses textuelles.
Il est souvent nécessaire d’avoir dans ce cas une liaison Wi-Fi et un autre logiciel émulant un serveur de questions. Cependant, il est déjà possible d’utiliser à la fois des boîtiers de réponse et des tablettes sur une même évaluation.

Synthèse des usages des boîtiers


Ces boîtiers de positionnement permettent :

  • d’évaluer une connaissance de manière impromptue durant un cours ou à la fin d’une heure, fixe l’attention et permet d’estimer la compréhension à la fois du groupe et de chacun des élèves, distinguer les élèves en difficulté ;
  • de tester la compréhension d’une consigne avant une évaluation écrite (deux ou trois questions sur la consigne pour vérifier si chacun a bien compris la consigne du contrôle de connaissances) ;
  • d’évaluer pour entraîner, régulièrement, en permettant d’individualiser les questions et d’adapter le niveau et la progression selon les élèves, ou encore soumettre un questionnaire permettant à l’élève de naviguer dans les questions et d’afficher les réponses avec un message adapté et un résumé de ses réponses en fin d’évaluation, ce qui permet de favoriser la motivation et la progression des élèves ;
  • d’évaluer des connaissances en fin de chapitre, sous forme de QCM ou de questionnaire plus élaboré, le professeur obtient une correction immédiate, un résumé peut être affiché pour chaque élève en fin d’évaluation sur chaque boîtier et uns synthèse est enregistrée par le professeur qui peut l’exploiter pour ses bilans.

Le professeur peut avoir immédiatement un bilan de sa classe et de chacun des élèves pour distinguer les difficultés et les points forts. Durant le questionnement, il peut afficher par vidéoprojection le questionnaire et avoir un œil sur l’évolution des réponses de chacun sur son écran d’ordinateur (en utilisant la fonction de « bureau étendu » de l’ordinateur).

Conseils pour acquérir des boîtiers


Les boîtiers sont regroupés en « valise » avec au moins 30 appareils. Il faut vérifier la durée de vie des piles, voire la possibilité de rechargement.

Le logiciel pour construire les questionnaires doit être fourni pour les professeurs d’un établissement. Il nécessite une prise en main avant son usage avec les élèves.

Choisir la liaison entre les boîtiers et l’ordinateur : favoriser plutôt la liaison radio ou pas de liaison - il est utile de pouvoir changer facilement le canal radio pour éviter des interférences avec un autre système de boîtier.

Pour en savoir plus

Vidéo possible pour le site : http://webtv.ac-versailles.fr/spip.php?article845

Consulter et/ou télécharger le PDF