Vous êtes ici : Accueil > Tous les numéros > Numéro 3 - Mars 2010 > Boîte à OuTices : les TBI > Le TBI au sein d’un dispositif de continuité pédagogique
N°3 - Mars 2010

Actualites

Du mercredi 20 au vendredi 22 novembre 2013

Educatec-Educatice : salon professionnel de l'éducation

Mercredi 11 et jeudi 12 décembre 2013

Les boussoles du numérique

Recherche

Recherchez sur le site

Newsletter

S'inscrire à la lettre d'information L'École numérique

La librairie en ligne de l'éducation
Agence nationale des usages TICE

Le TBI au sein d’un dispositif de continuité pédagogique

Christian MERTZ, Agence nationale des usages des TICE, Scérén-CNDP

Pour des élèves intellectuellement aptes et qui se retrouvent hospitalisés, voire alités, le tableau blanc interactif peut aussi participer à l’accessibilité et à la continuité pédagogiques. C’est ce que nous montre Nathalie Gaudé dans le cadre d’une séquence d’apprentissage en communication dispensée dans un Centre médical pédagogique à un groupe de seconde BEP Métiers du secrétariat et de la comptabilité, qui a pour thème « l’accueil dans l’entreprise ».

Au niveau de la classe, le dispositif mis en œuvre pour délivrer des cours par vidéo et data conférences comprend un TBI connecté à un ordinateur relié au réseau, équipé d’une webcam et de haut-parleurs. Dans la chambre distante, l’apprenant dispose d’un ordinateur portable – avec webcam intégrée et haut-parleurs – connecté via le réseau à l’ordinateur relié au TBI ; il dispose aussi d’une tablette interactive lui permettant non seulement de visualiser les informations affichées mais également de pouvoir écrire en direct, à l’aide d’un stylet, sur le tableau blanc interactif de la classe.

Il faut ajouter à ces équipements un logiciel de vidéoconférence qui rend possible les apprentissages en autorisant les échanges audio et vidéo entre le groupe classe et l’élève en chambre.

Ici encore, le clavier virtuel se révèle fort utile pour ceux qui éprouvent des difficultés de graphisme et la fonction de mémorisation du TBI est exploitée pour mettre à disposition (pour y revenir, pour les imprimer) les traces collectivement construites.

Comme on peut le voir, le dispositif proposé a pour objectif de s’affranchir des contraintes de lieu et d’espace tout en maintenant les interactions entre la classe et un élève « télé-présent ».

Grâce à ses fonctionnalités innovantes, à sa fonction de support de projection pour des productions réalisées – y compris à partir de logiciels spécifiques – ou celle d’interface de communication avec différentes sources de données, le tableau blanc interactif permet de générer des situations d’apprentissage riches et dynamiques et de valoriser les échanges et le travail de groupe.

S’il apparaît à première vue comme plus adapté à un cours collectif en présence qu’à un travail individualisé des élèves, cet outil peut être couplé avec différents périphériques (une tablette graphique ou des boîtiers de vote) qui rendent alors possible, pour l’enseignant, de dépasser aisément les pratiques « monstratives » et les démarches magistrales afin de construire avec les élèves des séquences réellement interactives et de leur faire travailler des compétences TICE.

Si l’on écarte les problèmes d’ombre et de lumière qui sont maintenant en partie résolus, l’utilisation effective du TBI ne peut s’envisager qu’en prenant bien en compte l’accompagnement des utilisateurs qui doivent eux-mêmes attacher une grande importance aux contenus à proposer.

Il ne faut cependant pas s’y tromper : l’intégration de cet outil dans les pratiques demande un temps d’appropriation et un investissement important aux enseignants soucieux d’en exploiter pleinement les potentialités, en vue de construire de nouveaux usages.

Voir le témoignage « TNI et enseignement par vidéo et data-conférence en milieu hospitalier » sur le site de l’Agence des usages des TICE