Le 14 Juillet, naissance d’une fête nationale

Vous êtes iciLe 14 Juillet, naissance d’une fête nationale > Introduction
Le 14 Juillet, naissance d’une fête nationale

Introduction

Dans un discours prononcé à La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne), le 14 juillet 1872, Léon Gambetta proclame : « […] les journées les plus décisives de la Révolution française sont contenues, sont impliquées dans ce premier fait qui les enveloppe : le 14 juillet 1789. Et voilà pourquoi aussi c’est la vraie date révolutionnaire, celle qui fait tressaillir la France ! On comprend que ce jour-là notre Nouveau Testament nous a été donné et que tout doit en découler. »

Celui qui négocie la construction d’une République comme régime, contre des tentations monarchistes, ancre le passé, le présent et l’avenir dans un événement fondateur. Celui qui aurait préféré le 22 septembre comme date davantage républicaine, plus calme également, alimente un débat entre la conception d’un événement émancipateur, faisant du peuple l’acteur de sa propre histoire, et celle d’un événement qui fait entrer la violence dans la construction de la liberté donc, pour nombre de conservateurs un événement surévalué, voire le premier acte de la Terreur.

Certes, il y a débat, et nous voulons dans ce dossier en présenter les étapes et les acquis majeurs.

Depuis 1880, le 14 Juillet est fête nationale. Lui préexistent des fêtes diverses et variées qui en forment les bases dont il faut souligner les caractères et qui font l’objet des premières études de ce dossier. En nous dissimulant derrière l’immense stature de Mona Ozouf, nous voudrions mettre en évidence la valeur d’exemplarité des événements célébrés par ces fêtes dans lesquels les hommes politiques du XIXe siècle inventent un langage particulier, de symboles, de rituels, de lieux…, un langage que l’auteur de Composition française qualifie de « langage de l’utilité ».

Car des fêtes du 14 Juillet, comme d’autres fêtes républicaines, il s’agit bien de moments pédagogiques, d’une propédeutique des valeurs républicaines ancrées dans les principes de 1789. Pourquoi et comment le 14 Juillet est-il devenu fête nationale ? Pourquoi et comment les républicains érigent-ils cette date au rang de repère fondateur ?

Pour répondre à ces questions, nous analyserons tout d’abord les deux événements révolutionnaires de 1789 et 1790 parce qu’ils sont créateurs de mémoire collective. Nous proposons ensuite un regard sur la célébration de cette mémoire entre la Révolution et l’année 1880 avec notamment la fête du 30 juin 1878. Cette dernière montre à la fois les enjeux et les limites d’une fête sans véritable ancrage événementiel. L’ensemble des décisions prises en 1880 avec la mise en place des rituels et des pratiques fait l’objet d’une partie conséquente. Nous avons choisi ensuite quelques 14 Juillet marquants, sans exhaustivité, entre 1880 et nos jours.

Nous présentons la construction et les pratiques de la fête nationale à travers un dossier documentaire, analysé et commenté, utilisable dans les classes de quatrième et de seconde, selon les textes officiels des programmes scolaires en vigueur.

Ce dossier est utile pour l’enseignement de l’histoire des arts, obligatoire au collège. L’approche est d’abord celle de l’historien mais elle s’inscrit aussi dans une démarche liée à l’histoire des arts, la peinture principalement. De nombreux supports sont ainsi proposés pour aborder la construction du symbole républicain, ce qui fait encore référence à l’unité de la Nation tant discutée aujourd’hui. Ils permettent aussi en pointant les enjeux de comprendre que le présent s’inscrit dans un passé toujours recomposé, reconstruit, un passé en débat.