Vous êtes iciFemmes philosophes et philosophie > Sélection de références > Bibliographie
logo

Femmes philosophes et philosophie

Hiver 2012

Sélection de références

Une femme philosophe, un texte

En libre téléchargement une éclairante introduction d’un cours sur la philosophie de la nature, prononcé exclusivement devant des femmes à Lausanne, en 1960, par Clémence Royer, philosophe et femme de sciences, introductrice du darwinisme en France.

http://centredetudesduvivant.net/wp-content/uploads/2009/06/introduction-philo-femmes-royer.pdf

Voir aussi au sujet de cette femme philosophe notoirement inconnue du grand public :

FRAISSE Geneviève, Clémence Royer : philosophe et femme de sciences, La Découverte, (1985) 2002.

Ouvrages généraux

  • BADINTER Élisabeth, Fausse Route, LGF, coll. « Le Livre de Poche », 2005.

Quels sont les progrès réalisés depuis dans le domaine des acquis féminins ? En a-t-on vraiment fini avec une vision phallocentrée du féminin et, en même temps, n’est-on pas tombé dans les excès d’un féminisme tonitruant mais inefficient ?

  • GIROUD Françoise, Les Françaises, de la Gauloise à la pilule, Fayard, 1999.

Qui sont les Françaises aujourd’hui ? Cette question que se posait Françoise Giroud dans les années quatre-vingt-dix reste d’actualité. Elles ont changé, se sont modernisées, pourtant il reste beaucoup à faire ; le présent ne les place pas au cœur du dispositif sociétal et la politique ne les ménage pas, ce que, du reste, elles ne demandent même pas.

  • HERITIER Françoise, Masculin/Féminin : la pensée de la différence, Odile Jacob, 1995.

La différence des sexes sous-tend nos représentations. L’anthropologue, qui analyse le fondement de la différence des sexes, dispose d’outils pour un regard élargi en même temps qu’affiné sur les pratiques, les mœurs, les innovations liées et dérivées de l’évolution historique des traditions et des techniques.

  • THÉRY Irène, La Distinction de sexe : une nouvelle approche de l’égalité, Odile Jacob, 2007.

Ce n’est pas la nature qui nous fait hommes ou femmes, c’est la société qui nous attribue des rôles masculins et féminins. On n’est pas un homme ou une femme, on agit comme un homme ou comme une femme. Irène Théry élabore dans cet ouvrage une approche originale et convaincante de cette construction principalement sociale.

Philosophie

  • AGACINSKI Sylviane, Héritier Françoise, Perrot Michelle, Bacharan Nicole, La Plus Belle Histoire des femmes, Seuil, 2011.

Un livre collectif avec trois autres spécialistes de la question de la place et du rôle des femmes dans la culture occidentale.

  • BADINTER Élisabeth, XY, de l’identité masculine, Odile Jacob, 1992.

L’ouvrage peut-être le plus essentiel et le plus radical d’une des principales représentantes d’un féminisme « modéré » français, sur la question de la différence des sexes et de l’identité masculine.

  • BADIOU Alain, CASSIN Barbara, Heidegger : le nazisme, les femmes, la philosophie, Fayard, 2010.

La polémique régulièrement réactivée au sujet de Heidegger entre œuvre et vie est mal centrée. En se plongeant dans sa correspondance, les deux philosophes interrogent de manière inattendue la figure de Heidegger, son rapport à la politique, bien sûr, mais aussi aux femmes.

  • BEAUVOIR Simone (de), Le Deuxième Sexe, volumes I et II,Gallimard, 1986.

Écrit en 1949, Le Deuxième Sexe s’interroge sur l’infériorité de la femme dans la société et dans la sphère publique, accompagnée d’une sacralisation de la femme dans la sphère familiale et privée. Le problème majeur de cette condition féminine clivée est celui de la réduction et de l’atteinte portée à la liberté. Ce thème se double évidemment de celui des inégalités profondes qui réduisent comme une peau de chagrin la participation des femmes aux grands domaines du travail et de la politique.

  • BUTLER Judith,

           o   Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, préface d’Éric Fassin, traduction de Cynthia Kraus, La Découverte, 2005.

           o   Défaire le genre, traduction de Maxime Cervulle, éd. Amsterdam, 2006.

Deux ouvrages capitaux et fondateurs de la théorie du « genre » par la féministe américaine des études sur le genre.

  • BOURCIER Marie-Hélène,

           o   Queer Zones : politique des identités sexuelles, des représentations et des savoirs, Balland, 2001 (réédition revue et augmentée chez Amsterdam, 2006) ;

           o   Sexpolitiques : Queer Zones 2, La Fabrique, 2005 ;

           o   Queer Zones 3 : identités, cultures, politiques, éd. Amsterdam, 2011.

Ancienne élève de l’école normale de Fontenay, Marie-Hélène Bourcier a animé des séminaires du « Zoo » entre 1996 et 1998. Traductrice de Monique Wittig et Teresa de Lauretis, auteur de deux ouvrages sur la Queer Theory (Queer Zones et Sexpolitiques), elle est à ce jour une des spécialistes française de la théorie queer.

  • CASSIN Barbara,

          o   L’Effet sophistique, Gallimard, 1995 ;

          o   Voir Hélène en toute femme : d’Homère à Lacan, Les Empêcheurs de penser en rond, 2000 ;

          o   Aristote et le Logos : contes de la phénoménologie ordinaire, PUF, 1997 ;

          o   Google-moi : la deuxième mission de l’Amérique, Albin Michel, 2006.

Barbara Cassin est une figure emblématique de la philosophie française et d’une certaine position féminine dans l’actualité de la pensée. Elle s’est illustrée non seulement par ses nombreuses publications et traductions, mais aussi par ses actions au sein du monde des intellectuels français (sur le statut de l’édition, sur Google…). Elle préside actuellement le bureau du Collège international de philosophie.

  • CANTO-SPERBER Monique,

         o   (dir.) Philosophie grecque, en collaboration avec J. Barnes, L. Brisson, J. Brunschwig, et G. Vlastos, PUF, (1997) 1998.

         o   Éthiques grecques, PUF, 2001 ;

         o   Faut-il sauver le libéralisme ?, avec Nicolas Tenzer, Grasset, 2006 ;

         o   Le Libéralisme et la Gauche, 2008 ;

Monique Canto-Sperber est une figure centrale de la philosophie française contemporaine. Spécialiste du monde antique, de Platon ainsi que de la philosophie morale et politique, elle a publié et dirigé de nombreux ouvrages qui font autorité et ont été traduits dans de nombreux pays. Elle dirige depuis 2005 la prestigieuse École normale supérieure (ENS) d’Ulm.

  • CIXOUS Hélène,

         o   Voiles, avec Jacques Derrida, Galilée, 1998 ;

         o   Portrait de Jacques Derrida en jeune saint juif, Galilée, 2001.

Deux essais fins et originaux en collaboration avec Derrida pour le premier, sur le philosophe et sa grâce pour le second, par une des intellectuelles françaises les plus actives, docteur ès lettres et agrégée d’anglais.

  • DASTUR Françoise, La Mort : essai sur la finitude, PUF, 2007.

Une grande philosophe française, phénoménologue, spécialiste de Heidegger, de la question du temps et de la finitude. Un de ses ouvrages remarquables réédité il y a quelques années.

  • DIXSAUT Monique, Le Naturel philosophe : essai sur les dialogues de Platon, Vrin, (1985) 2001.

En plus d’être l’une des plus grandes spécialistes françaises et internationales de Platon, Monique Dixsaut a publié plus récemment sur Nietzsche. Une pensée érudite et alerte en même temps.

  • FAGOT-LARGEAULT Anne, Médecine et Philosophie, PUF, 2010.

Une des plus grandes épistémologues contemporaines, professeur au Collège de France, qui a également publié une monumentale Philosophie des sciences en deux volumes.

  • FLEURY Cynthia,

         o   Les Pathologies de la démocratie, LGF, coll. « Le Livre de poche », 2009 ;

         o   La Fin du courage : la reconquête d’une vertu démocratique, Fayard, 2010.

Deux ouvrages par une des égéries de la philosophie politique contemporaine qui structure ses recherches autour de la déconstruction derridienne et d’une critique de la démocratie.

  • FONTENAY Élisabeth (de),

          o   « L’abstraction du monde » in Regards sur la crise. Réflexions pour comprendre la crise… et en sortir, ouvrage collectif dirigé par Antoine Mercier avec Alain Badiou, Miguel Benasayag, Rémi Brague, Dany-Robert Dufour, Alain Finkielkraut, Hermann, 2010.

          o   Actes de naissance, entretiens avec Stéphane Bou, Seuil, 2011.

Deux des derniers ouvrages d’une grande essayiste et philosophe française qui a consacré une part essentielle de sa réflexion aux rapports complexes de l’homme avec les animaux et de la nature avec l’histoire.

  • JAQUET Chantal,

          o   Spinoza ou la Prudence, Quintette, (1997) 2004 ;

          o   Le Corps, PUF, 2001.

Deux ouvrages fondamentaux d’une des plus grandes spécialistes des questions des affects, du corps et de sa puissance, et qui a étayé une très grande partie de ses travaux sur Spinoza.

  • KRIEGEL Blandine,

          o   Philosophie de la République, Plon, 1998 ;

          o   La République et le Prince moderne, PUF, 2011.

Philosophe et professeur des universités, Blandine Kriegel a consacré l’essentiel de ses recherches aux questions de la justice, de l’État, de la République et de la citoyenneté. Elle fut présidente du Haut Conseil à l’intégration, conseillère de Jacques Chirac et membre du Comité consultatif national d’éthique.

  • KRISTEVA Julia,

          o   Le Génie féminin, tome I : Hannah Arendt, Fayard, 1999 ; tome II : Mélanie Klein, éd. Gallimard-folio, 2003 ; tome III : Colette, Fayard, 2002 ;

          o   Seule, une femme, éditions de l’Aube, (2007) 2008 ;

          o   Le Féminin et le Sacré, avec Catherine Clément, Stock, 1998.

Philosophe, psychanalyste et écrivain française d’origine bulgare et professeur émérite de l’université Paris-Diderot.

  • LAUGIER Sandra,

          o   Une autre pensée politique américaine : la démocratie radicale, d’Emerson à Stanley Cavell, Michel Houdiard éditeur, 2004 ;

          o   Wittgenstein : le mythe de l’inexpressivité, Vrin, 2010 ;

          o   Pourquoi désobéir en démocratie ?, avec Albert Ogien, La Découverte, (2010) 2011.

Le travail de la philosophe Sandra Laugier part dans au moins trois directions principales : la philosophie américaine, qu’elle a eu l’occasion d’étudier directement en se confrontant notamment aux œuvres d’Emerson et de Cavell ; la théorie politique autour de la crise de la démocratie et de ce concept en vogue dans certains partis politiques, le Care ; la question du langage et Wittgenstein, sur lequel elle a écrit des ouvrages réputés.

  • MALABOU Catherine,

           o   Changer de différence, Galilée, 2009 [traduction anglaise en cours chez Polity Books] ;

           o   Sois mon corps, avec Judith Butler, Bayard, 2010.

Philosophe française spécialiste de Hegel et de Heidegger. Elle a travaillé dans la perspective de la déconstruction derridienne et a élaboré une ontologie de la plasticité qui lui a notamment permis d’explorer en profondeur le concept de différence.

  • PELLUCHON Corine,

           o   Éléments pour une éthique de la vulnérabilité : les hommes, les animaux, la nature, Cerf, 2011 ;

           o   L’Autonomie brisée : bioéthique et philosophie, PUF, 2009.

Philosophe française contemporaine, Corine Pelluchon a travaillé à l’étranger, notamment en milieu hospitalier, aux USA. Initialement spécialiste de Leo Strauss, elle a beaucoup approfondi les questions de la responsabilité éthique et politique dans son ouvrage L’Autonomie brisée, qui a connu un large succès. Elle vient de publier un dernier livre, dans lequel elle part d’une reconsidération complète de la nature et du rapport établi à partir d’elle avec les animaux et le vivant.

  • STENGERS Isabelle,

           o   La Nouvelle Alliance : métamorphose de la science, avec Ilya Prigogine, Gallimard, 1979 (réédition dans la coll. « Folio Essais », 1993) ;

           o   Penser avec Whitehead, Seuil, 2002.

Surtout connue pour sa collaboration épistémologique avec Ilya Prigogine (La Nouvelle Alliance, 1978), Isabelle Stengers a travaillé sur le statut épistémologique des sciences et sur les problèmes corrélés d’éthique et de politique.

  • SAINT-GIRONS Baldine,

           o   Le Sublime de l’Antiquité à nos jours, Desjonquères, 2005 ;

           o   L’Acte esthétique : cinq réels, cinq risques de se perdre, dirigé par Belinda Cannone, Klincksieck, 2008 ;

           o   Le Pouvoir esthétique, Manucius, 2009.

Professeur à l’université de Paris X-Nanterre, Baldine Saint-Girons a travaillé sur Freud, Lacan, l’anthropologie, l’idée de nature ; à ce jour, elle est une des plus importantes spécialistes de l’esthétique des XVIIe et XVIIIe siècles.

  • PROUST Joëlle,

           o   Questions de forme : logique et proposition analytique de Kant à Carnap, Fayard, 1986 ;

           o   Comment l’esprit vient aux bêtes : essai sur la représentation, Gallimard, 1997.

Philosophe française, directeur de recherche au CNRS et à l’École polytechnique, Joëlle Proust a donné de nombreuses conférences et cours dans des universités étrangères (Warwick, Fribourg, Cambridge, Max Planck Institut). Ses travaux portent sur la subjectivité et l’identité, les questions de l’intentionnalité et de l’action.

  • LE DOEUFF Michèle,

           o   Le Sexe du savoir, Aubier, 1998 ; Flammarion, 2000.

           o   L’Étude et le Rouet et Des femmes, de la philosophie, etc., Seuil, 1989.

Ancienne élève de l’ENS de Fontenay, agrégée de philosophie, docteure ès philosophie, professeur des universités depuis 1993, directrice de recherche au CNRS, professeur ordinaire d’études féminines à l’université de Genève et WFP à l’université d’Oxford, Michèle Le Doeuff a consacré une étude qui a fait date sur la condition féminine par rapport à la pensée et à la philosophie.

  • HANSEN-LOVE Laurence,

           o   (dir) Philosophie : anthologie Terminales L, ES et S, Belin, 2004 ;

           o   Cours particulier de philosophie, Belin, 2006 ;

           o   (dir) La Philosophie de A à Z, Hatier, 2011.

Agrégée de philosophie, Laurence Hansen-Love a dirigé de nombreux ouvrages à usage pédagogique d’excellente qualité. Son guide Philosophie de A à Z connait à juste titre un franc succès auprès des lycéens et étudiants.

  • SCHOPENHAUER Arthur, Essai sur les femmes suivi de Le Ménage à trois, Mille et une nuits, 2005.

Si misogyne, qu’on se demande si le philosophe était sérieux en écrivant cela.

Histoire

  • AGULHON Maurice, BONTE Pierre, Marianne, les visages de la République, Gallimard, 1992.

Un petit ouvrage remarquablement illustré qui fait le point sur le fait que l’emblème de la République française est cette femme coiffée d’un bonnet phrygien. L’ouvrage parcourt les multiples variations de représentations de cette effigie nationale.

  • BOURDIEU Pierre, La Domination masculine, Seuil, 2002.

Pierre Bourdieu montre qu’entre la société kabyle et celle dominante occidentale il y a une même persistance de l’ordre phallocentrique. Qu’un sexe exerce sa domination sur un autre n’est possible qu’à partir du moment où cela permet un arrangement social global, où les principaux protagonistes trouvent leur compte dans l’iniquité. C’est cet ordre injuste qu’il s’agirait d’abord de comprendre sociologiquement pour envisager de le changer.

  • DUBY Georges, PERROT Michelle, SCHMITT-PANTEL Pauline, KLAPISCH-ZUBER Christiane, FARGE Arlette, ZEMON DAVIS Natalie, FRAISSE Geneviève, THEBAUD Françoise, Histoire des femmes en occident, de l’Antiquité au XXe siècle, 5 volumes, Perrin, 2002.

Une magistrale histoire de plusieurs milliers de pages qui suit pas à pas et au fil des siècles la place, le rôle, l’action et les représentations des femmes dans la civilisation occidentale.

  • DUBY Georges, Le Chevalier, la Femme et le Prêtre, Hachette Pluriel, 2002.

Cet ouvrage, élaboré par un des maitres de l’histoire médiévale, retrace l’histoire de la mise en place de l’institution du mariage à l’âge féodal, institution déterminante pour l’avenir de la plupart des femmes en Occident.

  • FRAISSE Geneviève,

           o   Les Femmes et leur Histoire, Gallimard, 1998.
Un ouvrage de référence sur le devenir historique des femmes, qui intègre aussi bien les éléments infrastructurels que conjoncturels et évènementiels de l’histoire, qui n’est pas exactement la même que celle des hommes.

           o   Service ou Servitude : essai sur les femmes toutes mains, Le Bord de l’eau, 2009. Réédition de ce livre qui a été construit en parallèle à l’expérience fondatrice de la revue Les Révoltes logiques.

Geneviève Fraisse est directrice de recherche au CNRS et a publié récemment Du consentement (Seuil, 2007) et Le Privilège de Simone de Beauvoir (Actes Sud, 2008).

  • MENAGE Gilles, Histoire des femmes philosophes, traduit du latin par Manuella Vaney, Arléa (petite et grande collection), (2003) 2005.

Un ouvrage paru en 1690, enfin traduit en français, qui consacre ses pages aux diverses femmes qui depuis l’Antiquité et le haut Moyen Âge ont fait profession de penser.

  • OZOUF Mona, Les Mots des femmes, Gallimard, 1999.

La France est une nation paradoxale face à la question des femmes ; partagée entre fascination et adoration ambigües, sa pratique des luttes féministes est restée décalée et souvent tardive.

Luttes féminines/Féminisme

  • GOUGES Olympe (de),

           o   Œuvres complètes, tome II Philosophie, présenté par Félix-Marcel Castan, Cocagne, 1993.

           o   Déclaration des droits de la femme et de la citoyenne, Mille et une nuits, 2003.

Deux ouvrages fondateurs de la lutte philosophique, mais aussi politique, pour une abolition du sexisme et une égalité de plein droit et de fait entre hommes et femmes, par une des plus hautes figures de la Révolution française.

  • FOUQUE Antoinette,

           o   Il y a deux sexes : essais de féminologie, édition revue et augmentée, Gallimard, 2004 ;

           o   Gravidanza : féminologie II, Éditions des femmes, 2007 ;

           o   Génération MLF 1968-2008, Éditions des femmes, 2008.

On ne présente plus en France Antoinette Fouque : militante de la première heure pour l’émancipation des femmes, psychanalyste, éditrice, essayiste, politologue et femme politique française, elle n’a cessé de lutter et de structurer cette lutte. En amont, par le militantisme et l’action (fondatrice des « éditions des femmes »), et en aval, auprès de très nombreuses femmes de lettres, du cinéma, de la mode, des arts en général.

Violence faite aux femmes

  • BUSS M. David, Une passion dangereuse : la jalousie, Odile Jacob, 2005.

À la base de nombreux évènements tragiques de violence exercée sur les femmes, la jalousie est un des ressorts passionnels les plus redoutables. S’appuyant sur de nombreux exemples et sur les acquis contemporains de la recherche psychologique, l’auteur sonde et tente de prévenir les principaux risques de cet affect.

  • HIRIGOYEN Marie-France,

           o   Femmes sous emprise : les ressorts de la violence dans le couple, Pocket, 2006.

Les agressions physiques dans le couple n’arrivent pas par hasard et sans prévenir. Elles correspondent à une escalade de comportements abusifs et d’intimidations. Les femmes qui ne partent pas ont été piégées (moyens financiers, dépendance affective, enfants etc.). Cet ouvrage analyse à partir de nombreux exemples les ressorts de la violence au sein du couple.

           o   Le Harcèlement moral, la violence perverse au quotidien, La Découverte, 2003.

L’auteure, psychiatre et psychanalyste, décrit les différents visages de cette violence perverse : le harcèlement moral qui, insidieusement, via des sous-entendus perfides, réussit à dégrader l’autre et à détruire la confiance en lui-même. Manipulation qui n’est plus cantonnée aux relations privées, le harcèlement moral est une des formes modernes de la violence structurelle.

  • KARLI Pierre, Les Racines de la violence, Odile Jacob, 2002.

Pierre Karli propose une étude des violences centrée sur le sujet qui en est l’agent (femmes, enfants, personnes âgées, minorités…), mais aussi sur les influences qu’il subit tout au long de sa vie. Harcèlement social et moral, violences urbaines, policières ou dans l’entreprise sont l’objet de cette étude d’un spécialiste de la violence sous toutes ses formes.

Collectif

  • AMNESTY INTERNATIONAL, Les Violences faites aux femmes en France : une affaire d’État, Autrement, 2006.

Amnesty International analyse la réponse de l’État français aux violences faites aux femmes. Le chemin à parcourir en ce qui concerne la situation mondiale est immense. Le travail s’appuie sur des témoignages et des entretiens avec des associations spécialisées, des avocats, des médecins, etc. Deux thèmes majeurs sont abordés : les violences au sein du couple et la traite des femmes aux fins de prostitution.