Éduscol

Développement des pratiques pédagogiques en académie

Programme et intervenants

12 février 2014

9h00 : Accueil.

  • Mme Catherine Guillou, Directrice des publics, Centre Pompidou 
  • M. Christian Vieaux, Inspecteur général Arts plastiques 
  • Mme Sylvie Lay, IA-IPR Arts plastiques et Cinéma-audiovisuel, Académie de Paris, en charge du dossier numérique et de l'expertise du portail disciplinaire  
  • M. Olivier Cornu, Enseignant, expert disciplinaire Tice (DGESCO), responsable éditorial du portail national

9h30 : Ouverture des journées (Mme Guillou, M. Vieaux, M Cornu, Mme Lay)

10h30 : La lettre Tic’Edu (M. Cornu , M. Vieaux)

11h00 : Les Edu’bases (M. Cornu, M. Vieaux , Mme Lay)

11h30 : « Corps, spectateurs et espaces dans l'art à l'ère numérique » : Intervention de Mme Madeleine Aktypi, théoricienne des médias

Pause déjeuner. En raison du retard, travail en atelier annulé

15h30 : L'équipement des salles d'Arts plastiques (M. Cornu, Mme Lay. M. Vieaux)

17h00 : Visite du nouvel accrochage des collections permanentes du M.N.A.M., Centre Pompidou

18h30 : Fin de la 1ère journée

13 février 2014

9h00 : Reprise.

  • Mme Sylvie Lay, IA-IPR Arts plastiques et Cinéma-audiovisuel, Académie de Paris, en charge du dossier numérique et de l'expertise du portail disciplinaire ;
  • M. Olivier Cornu, Enseignant, expert disciplinaire Tice (DGESCO), responsable éditorial du portail national.

9h00 : Présentation des orientations numériques nationales (Mme Blandine Raoul-Réa, DGESCO)

10h00 : Le portail Eduthèque, Ressources pédagogiques culturelles et scientifiques pour les enseignants (Mme Delphine Regnard, DGESCO)

11h00 : Rappel : Saisie des Edu’bases (M. Cornu, Mme Lay), impulser le numérique à travers les dispositifs de formation et les sites

13h45 : Les TraAM 2013-14 (M. Cornu, Mme Lay, IA-Tice concernés)

16h15 : Questions et clôture des journées (Mme Lay)

Clôture des journées à 16h30.

Synthèse

Rappels des objectifs : 

Impulser le numérique dans les enseignements d'arts plastiques. Intégrer le numérique dans le quotidien de l'établissement et de la communauté éducative. Favoriser ses usages de manière transversale. Aider les enseignants à réfléchir sur l'usage des TICE ;

Travailler sur la diffusion de la lettre Tic'edu en diversifiant les canaux de diffusion ;

Développer au mieux ou davantage les Edu'bases en partenariat avec les inspecteurs qui valident les ressources et recensent les propositions les plus pertinentes. Une programmation de publication des Edu'bases va être envoyée au corps d'inspection (établissement d'un rythme annuel : publication obligatoire et minimum de 3 à 5 ressources). 

Sur les Edu’bases : Il est urgent de mobiliser des enseignants pour rédiger des ressources publiables. Les IA-Tice ne peuvent pas tout faire tout seuls. Ils doivent être aidés par des collègues motivés, repérés et sollicités  par les IA-IPR. Ce travail est une priorité pour l'Inspection Générale. 

Diversifier les « modèles » pédagogiques, promouvoir les approches différentes de problèmes et de contenus communs à l’enseignement des arts plastiques, à la fois pour les contractuels, néo-titulaires et les enseignants installés. Il faut promouvoir la liberté pédagogique, ancrée dans les objectifs des programmes et dans la didactique de la discipline où l’enseignement se construit à partir de la pratique artistique.

Cette diversité passe aussi par des publications provenant de toutes les académies. Situations d'enseignement et présentation des ressources seront alors plurielles.

Réactualisation du document de préconisation listant le matériel numérique dont les élèves et l'enseignant ont besoin dans la salle d'arts plastiques pour le site national. Il importe de préciser et montrer en quoi le matériel est utile pour les apprentissages des élèves relatifs à l'images et aux arts visuels, pour mettre en œuvre les programmes. Donner à voir et à comprendre ce que l'on fait  avec les  équipements préconisés ?

DGESCO  : Mettre l'élève dans des situations d'enseignement qui lui permettent d'avoir un usage responsable et raisonné du numérique. Cf.  les  référentiels du B2i (à présent intégré à la compétence 4 du socle).

Formation : Les enjeux doivent se centrer sur le numérique comme pratique artistique aussi et sur les déplacements opérés dans l'art et l'enseignement des arts plastiques en raison de l'importance toujours plus grande dans une culture visuelle du numérique. On ne peut plus se satisfaire d'axer sur la maîtrise des logiciels. Les enseignants doivent aussi se prendre en main, avoir la volonté de s'auto-former. Ils doivent être curieux, se maintenir informés sur les recherches actuelles, sur la culture numérique. Priorité doit être donnée aux questionnements. L'approche numérique techniciste n'est pas souhaitable. Il est intéressant de  croiser les techniques dites traditionnelles et les investigations que permettent le numérique (pour traiter par exemple : de questions touchant à la représentation et à l’hétérogénéité - le collage, …; du rapport de l’oeuvre à l’espace et au spectateur, …).

Les lettres de missions : Elles sont indispensables, ont un volet national que le IA-Tice ne doit pas oublier de retour dans son académie. Il est un lien entre le local et le national.

On peut ressentir un grand écart entre la visée, l'ambition du numérique pour l'école et l'état des lieux dans les académies, dans les établissements. L'enjeu actuel est de réduire cet écart et faire avancer les pratiques du numérique.

Compte-rendu première journée

Présentation des journées

Mme Guillou : A voir : Le Centre Pompidou virtuel : dispositif d'accompagnement pédagogique pour le Centre. Souhaite une liaison régulière entre le Centre et l'équipe IA-Tice

M Cornu : Présentation de la journée. Tour de présentation des participants.

M. Vieaux : Usage et développement des TICE, priorité du Ministère. 

Particulier pour les Arts plastiques :

Les élèves apprennent en expérimentant. Usages des TICE, outils ou ressources au service de l’enseignement, mais pas seulement en arts plastiques où le numérique est aussi le véhicule de  pratiques de création et d'expression artistique. Un territoire d'intentions commun avec l'éducation musicale.

Etre attentif et sensible à ce qui se produit, se constitue, se poursuit dans le champ de la création, et pas seulement chez les artistes plasticiens. Image, corps, production d'objets... Il faut espérer que la prochaine réécriture des maquettes des programmes (de collège) permettra d’en tenir compte : « Comment embrasser cette diversité de création ? »

Avec les systèmes d'information, les portails, les sites, comment diffuser une bonne information, et la hiérarchiser ? Par ailleurs, comment repérer les questions que posent l'art et le numérique ? 

Veille éditoriale de M. Cornu : Quels ressources se publient en Académie ? Repérage effectif dans la lettre Tic'Edu. Les académies sont diversement armées sur la réflexion, la diffusion... Il faut réfléchir à ces différences au regard des priorités du Ministère. 

Il s'agit de  réfléchir sur les orientations de travail dans les académies : site, formation TICE, missions du IA-Tice, réflexion sur les pratiques pédagogiques et artistiques.

Mme Lay : Ne pas redire ce qui a été dit, mais tracer des perspectives ,anticiper pour l'avenir. 

Mission du IA-Tice : Aider les enseignants à mettre en œuvre les programmes (faire comprendre et faire pratiquer le numérique aux élèves). Le contexte a changé dans  la société et dans les  impulsions ministérielles. 

Il faut identifier les  leviers pour faire avancer les usages, les réflexions, les pratiques pédagogiques et didactiques : passer d'une logique des équipement aux pratiques artistiques numériques pour l'élève par des pratiques d'enseignement qui embrassent les démarches, les concepts, les outils et usages et les équipements. Les penser ainsi  dans les formations, les sites, les animations pédagogiques. 

Pendant ces deux jours : Imaginer nos objectifs pour les années qui viennent. 

M. Vieaux : Les lettres de mission des Ia-Tice sont très hétérogènes. Il est souhaitable que cette situation soit harmonisée au moins en buts énoncés.

Il faut maintenir l'usage du numérique par les élèves dans la classe, mais favoriser aussi tous les questionnements possibles qu'il porte chez les élèves, les artistes, dans la société... Ex : Le PNF des Lettres, chaque année, se demande comment écrit-on aujourd'hui. Quelle place a l'image dans l'écrit à l'ère de la société connectée ? C'est le même type de questionnement que nous devons avoir à l'esprit. Explorer les voies pédagogiques mais aussi les voies du sensible. Coller à l'actualité des pratiques, mais aussi et surtout des questionnements des artistes et des problématiques de la création artistique. 

Les élèves doivent utiliser une palette large d'expressions plastiques, numérique et autre. 

10h30 : La lettre Tic’Edu

M. Cornu : Ecart technique entre les pratiques des artistes et les pratiques scolaires. Mais ce n'est pas pour cela qu'il ne faut pas revenir sur les pratiques des artistes, les transcrire et les aborder auprès des élèves. 

La nouvelle lettre Tic'Edu thématique est longue et dense, c'est un choix spécifique de la discipline. 

Elle est de niveau universitaire et de grande qualité réflexive. Mais les collègues se l'approprient-ils ?

Si ce n'est pas le cas, cette lettre peut être un socle solide pour les formateurs, ils peuvent alors s'en saisir pour leur formation et en dispenser son contenu à cette occasion.  

M. Vieaux : Au-delà de la rédaction et de la publication, un travail de diffusion doit être réalisé face à la saturation des destinataires (abondance de courriels reçus). Trouver des leviers multiples pour susciter l'intérêt sur un territoire. Faire une analyse de la fluidité de la diffusion de l'information dans chaque académie. Aborder la lettre en stage, en groupe de secteur (diffusion auprès des responsables), s'appuyer dessus. L’IA-Tice doit être le porteur de cette diffusion. 

Cette lettre n'est pas un morceau de séquence (ce qui est le plus recherché), mais pose des jalons de réflexion et des mises en perspective. « Oui, il faut lire ! Oui, il faut s'auto-former ! Cela fait aussi partie du métier de l'enseignant. » (C.Vieaux). Cela doit apporter de la densité à la pratique pédagogique. 

11h00 : Les Edu'bases

M. Cornu : Les Edu'bases ne sont pas seulement une base de recherche pour professeur, c'est sûrement davantage, à savoir le corps même de la discipline des arts plastiques qui transparaît dans ce que l'on y peut trouver, voir, analyser, questionner afin de se l'approprier. Ne perdons pas de vue que cela constitue également une présentation visible (vitrine nationale) des pratiques pédagogiques de la discipline sur l'espace public et pour le Ministère. 

Les Edu'bases, dont l'existence remonte à une dizaine d'années, doivent constamment tenir compte de l'évolution des programmes, des pratiques pédagogiques et des questionnements didactiques. 4 académies concentrent 50% des ressources. Très mauvaise répartition. 

M. Vieaux : Cette situation n'est pas satisfaisante dans la dynamique et dans la vue d'ensemble d'une discipline. C'est un souci. Il y a là, manifestement, un déséquilibre. Il est nécessaire qu’une programmation de publication soit demandée au corps d'inspection (par exemple sur un rythme annuel de 3 à 5 référencements au moins). 

Mme Lay : La publication se fait plus facilement (en quantité et en qualité) quand il y a des groupes de travail. Nécessité d'une relance auprès des IA-IPR. 

Actualisation à faire. Repérage : IA-IPR et IA-Tice. Validation : les corps d'inspection. 

11h30 : « Corps, spectateurs et espaces dans l'art à l'ère numérique » : Intervention de Mme Madeleine Aktypi, théoricienne des médias.

Comment les pratiques avec le numérique peuvent transformer les réflexions pédagogiques ?

« L'art à l'ère numérique » plutôt que « L'art numérique » : Cette dernière expression renvoie à un enfermement de ces pratiques qui seraient à part du reste de l'art contemporain. Décloisonnons.

La culture numérique, c'est notre culture d'aujourd'hui.

L'art n'est pas « numérique », il est dans la modernité : Il utilise les moyens de son temps pour questionner le monde contemporain. Cette attitude, dite moderne, a commencé il y a 160 ans. 

Besoin de contextualiser l'art actuel de façon historique tout en se concentrant sur les pratiques actuelles. Présenter par ex, le glitch, le selfie,... dans un perspective historique. Autre ex, le collage de Max Ernst à Photoshop. 

Détecter et dégager les opérations du numérique : Mémorisation plutôt que stockage (filtrage), déambulation plutôt qu'immobilité (déjà chez Cézanne), instabilité plutôt que stabilité, montage spatial (simultanéité) plutôt que temporel, superposé plutôt que juxtaposé.

Combiner les moyens d'apprentissage. L'émancipation de l'élève ne passe pas forcément par le numérique. Utiliser l'interface de Google est facile, savoir chercher est en revanche l'enjeu d'un véritable apprentissage de compétences, qui ne passe pas forcément par l'ordinateur. Importance du processus.

Code / programme / écriture / outils : Sensibiliser au code, au langage. Face à des multinationales qui rendent le fonctionnement de l'ordinateur opaque. 

Doc à venir sur le site national : Une liste de liens qui recensent des pratiques du NetArt.

Espace, corps et relation au spectateur : Demeurent-ils les mêmes dans la culture numérique ? Il faudrait mettre en question de nouvelles approches dans la classe.

Pour l'espace : Interface, 3D, montage spatial,...

Voir le diptyque, l'effet Koulechov... 

- Joe Hamilton, Survey, 2013.

Moyens modestes. Un espace naturel filmé dans lequel s'intègre d'autre espaces : Des pans verts qui renvoient à l'esthétique de la 3D, du jeu vidéo. Déstabilise notre vision de l'espace. Une hybridité qui nous parle des nouvelles perceptions de l'espace, des enfants notamment. Inconscient optique contemporain (cf. W. Benyamin, à son époque, à propos du cinéma qui a changé notre perception du monde).

- Katie Paterson, Second moon.

Travail avec une université britannique. Élaboration d'une application pour iPad. Un fragment de lune qui tourne autour de la Terre et que l'on peut repérer « en direct » à chaque instant. 

- Gwénola Wagon, Globodrome, 2012.

Elle transpose Philéas Fog dans GoogleEarth.

- Paul Cézanne.

Auparavant violemment reçue par le public, aujourd'hui, une peinture de cette période paraît sage, très calme. A l'époque, il réalise des expérimentations dignes de ce qui se fait aujourd'hui avec le numérique. Peinture ou numérique, on assiste à une continuité, une même bataille. 

- Claude Closky, La montagne Sainte-Victoire.

Nous met à la place du corps de Cézanne devant la montagne. 

Pour le corps :

Le corps est le support d'un affichage permanent et changeant. Il est une interface à augmenter et une expérience à conduire, une surface d'affichage et une machine à expérimenter. 

Aujourd'hui, implantation de puces. La chair est pénétrable.

- J.E. Marey, Saut d'un homme, 1886.

Ouverture de la vision par rapport aux limites de l'oeil. Comme aujourd'hui avec la vidéo 2K. 

- Lygia Clark, Masques sensoriels, 1967.

Travail sur l'augmentation du corps. Masques. Travail sur la conscience du corps dans l'espace, la rencontre de l'autre. Voir GoogleGlass interface. 

- Ying Gao, Robes qui réagissent au regard, 2013.

Création de vêtements qui se modifient selon la température du corps, l'humidité, la respiration. Tissus intelligents. Le vêtement est une technologie première aujourd'hui revue. 

- Petra Cortright

Rappelle les incrustations de l'art vidéo des années 70.

- Léonard Rollin

Travail sur le portrait.

Pour le spectateur :

Rappelons qu'un spectateur est avant tout un corps percevant dans un espace. Déjà devant un tableau cubiste, il est actif.

Participation plutôt que contemplation, importance du processus, émission et réception. Le nouveau modèle, c'est l'interface du réseau social plutôt que le tableau, le processus plutôt que la forme. L'ordinateur fonctionne par processus et n'accorde pas d'importance à la forme. Ainsi, il devient plus visible. 

Henri Matisse, Nu bleu IV, 1952.

Le 1er commencé de la série, le dernier fini (6 mois de réalisation).

Ne cache pas son travail de recherche (traces de fusain, imperfections, différences de bleus...). Pour les 3 autres, il les fait « le temps d'un après-midi », très propres et fluides.

Matisse veut que le spectateur puisse retracer le processus de création. 

Rafael Rozendaal, Wordless web, 2013.

NetArt. On peut à partir d'une page Internet, charger un plugin qui peut afficher des sites en supprimant le texte. On perçoit alors tous les éléments d'une page Web, qui sont en réalité dissociables, et que l'on a appris à synthétiser, et ce depuis l'invention du journal.

Silvio Lorusso, Scroll T.V.

Toutes les pages Internet s'affichent élément par élément, verticalement. Montrer un flux. Devient très cinématique. Montrer comment les pages Web sont formatées. 

Dina Kelberman, I'm google, 2011.

Travail toujours en évolution depuis 2011. Site Tumblr qui imite la présentation des résultats de Google Images. Au départ, des images amateurs issues de démarches non artistiques qui, malgré leur exposition sur le net, ne présentent un intérêt que pour très peu de gens. Grâce à l'intervention de l'artiste (consistant en un travail de glanage puis d'étalonnage), il y a changement de statut.

La plasticienne opère un déplacement continu. Image après image trouvée sur le net, parfois modifiée sur Photoshop, s'opèrent des transitions entre les formes et couleurs. Marabout visuel, cadavre exquis. Idée du lien. Une collection en flux. 

// Claes Oldenburg (série Ray guns), Tony Cragg (Palette).

Débat : La notion de montage spatial peut déjà être abordée par un grand format à plusieurs, la B.D.,… Depuis W. Benyamin, l'aura de l'image disparaît par sa prolifération. Ces nouveaux artistes montrent un processus qui s'intensifie : la disparition de l'icône. Mais l'image c'est du code : en fait, derrière la prolifération de l'image, il faut voir la prolifération de l'écrit. 

Pause déjeuner. En raison du retard, travail en atelier annulé.

15h30 : L'équipement des salles d'Arts plastiques

M. Cornu, Mme Lay. M. Vieaux (pour partie) : Débat collectif et rédaction d'un nouveau document.

Les arts plastiques sont une des grandes disciplines qui s'occupent de l'image, son éducation étant renforcée dans les textes de 2008. A allier avec d'autres pratiques (sculpture, installation...). 

Révision du document en ligne sur le portail national.

Des préconisations (non des prescriptions) de familles d'équipements. Pas de valeur réglementaire. Pour objectif de faire travailler tous les élèves de collège : une perspective d'enseignement « de masse ».

Mais au-delà d'une liste, préciser en quoi le matériel est utile pour mettre en œuvre les programmes. Que fait-on réellement des équipements préconisés ?

Beaucoup de disparités entre les académies et entre les établissements même. Il ne faut pas que les enseignants s'autocensurent dans leurs demandes. 

Il faut partir des besoins de matériels nécessaires pour mettre en œuvre les programmes avec ampleur et justesse.

L’IA-Tice peut contacter le D.A.N. (anciennement C-Tice) pour faire part des spécificités de la discipline (pédagogie et sécurité réseau).

M. Vieaux : Matériels préconisés, indispensables et qui ne sont pas à l'exclusion d'autres, afin d'effectuer un enseignement de qualité qui puisse engager une diversité des pratiques. Nul élève ne saurait y échapper. 

Penser aussi au professeur : Il doit pouvoir se servir des équipements, simplement, dans un accompagnement accessible et fluide de ses gestes professionnels. 

Liste :

- 1 U.C. maître reliée à un vidéoprojecteur. Connexion au réseau de l'établissement mise à jour régulièrement. Tout en laissant la possibilité d'une connexion en  local. Trop de postes fige-t-il l'aménagement d'une salle ?

- 1 espace de travail numérique dans la classe. Pratique, ergonomique et sécurisé. 6 à 15 postes, voire plus, reliés au réseau et équipés des logiciels ad hoc.

- 1 appareil photo avec fonction caméra pour 2 élèves au minimum. Cartes mémoire adaptées. 

- 1 lecteur multicarte par poste élève.

- 1 scanner (au minimum) avec interface USB2 format A4, A3 au lycée si possible.

- 1 palette graphique par poste (si possible).

- 1 imprimante couleur A4 (au minimum). 1 A3 au lycée en plus. 

Il est possible de compléter l'équipement par l'achat de tablettes qui offrent des perspectives de travail différentes (nomadisme, tactile). Prévoir 1 tablette pour 2 élèves. 

17h00 : Visite du nouvel accrochage des collections permanentes du M.N.A.M., Centre Pompidou.

Visite avec un guide-conférencier. Un parcours de quelques œuvres abordées.

Le nouvel accrochage est en phase directe avec l'entrée du programme de Terminale « L'oeuvre, le monde »

18h30 : Fin de la 1ère journée.

Compte-rendu de la seconde journée

9h00 : Présentation des orientations numériques nationales. Mme Blandine Raoul-Réa, DGESCO : Orientations présentées par le Ministre en 2013.

Nouvelle structure : Direction pour le Numérique pour l'Education (DNE). Fédérer les projets autour du numérique, mise en réseau des acteurs de l'Education Nationale. Impulser une dynamique pour changer les pratiques pédagogiques. Ex : Eduthèque.

Dans ce cadre, l’IA-Tice doit être un relais ascendant et descendant entre le local et le national, notamment pour les actions spécifiques : collèges connectés, Edu'bases, lettre Tic'Edu...

Nouveau portail disciplinaire national en Philosophie ouvert en janvier 2014.

Nouvelle lettre thématique mensuelle. 1ère : La culture numérique. La 2ème sera sur la guerre 14-18. 3ème : Education aux médias et à l'information...

Il faut aller aussi consulter la lettre Tic'Edu 1er degré (liaison CM2-6ème).

Au niveau de chaque enseignant : éducation par le numérique et au numérique, disciplinairement. L'élève doit avoir un usage responsable et raisonné du numérique. Accompagnement selon les référentiels du B2i (compétence 4 du socle).

Rappel : Il est obligatoire au lycée. Difficultés de mise en place malgré les demandes répétées du Ministère. Le IA-Tice peut intervenir pour impulser la dynamique. 

Mise en place de référentiels d'Education aux Médias et à l'Information (EMI). L'enjeu : Nous sommes dans une société de l'information, du data. Problématiques sociétales importantes. D'où vient l'information ? Quelle place tient-elle dans la société actuelle ? Comment la trier, la traiter ? …

Appel à projets sur les investissements d'avenir.

3 vagues, dont la 1ère qui se termine (équipement de tablettes...)

2ème vague : jeux sérieux...

Création d'un portail : Culture scientifique, technique et industrielle. En liaison avec les entreprises industrielles. 

Collèges Connectés (CoCons)

Objectif : Intégrer le numérique dans le quotidien de l'établissement et de la communauté éducative et favoriser ses usages de manière transversale. 

Etablissements choisis d'abord pour les conditions matérielles (connexions performantes). Dotation spécifique d'équipements en lien avec la Caisse des Dépôts. Un problème subsiste : Les équipes pédagogiques n'ont pas été choisies, l'accueil est mitigé. 

Lieu d'étude et d'observation sur le travail des enseignants et des élèves. La DGESCO : Que se passe-t-il de particulier dans ces établissements ? M. Cornu entre en contact avec ces collèges. L’IA-Tice doit y être attentif aussi. Il peut s 'appuyer sur la feuille de route académique (qui aide les Chefs d'établissement à favoriser et dynamiser les axes de leur Projet d'établissement).

Projet SuMo : Apprentissage avec les Supports Mobiles.

A partir d'une hypothèse : Dans un avenir proche, tous les élèves français disposeront d'un support mobile s'appuyant sur un environnement intégré et sécurisé, disposant de ressources numériques de qualité. 

Nous en sommes au début des expérimentations : Equipements et règles d'usage disparates. Objet d'une analyse pointue et générale. 

Développement de nouveaux portails disciplinaires : Sciences Physiques, puis Lettres, Eco-Gestion...

A voir : Le portail Internet Responsable.

Développé par la DGESCO.

A voir : Les fiches « Légamédia », fiches thématiques abordant les sujets juridiques. Ex : L'identité numérique, droit à l'oubli,... 

Fiches d'autorisations et de chartes pour les établissements à destination des élèves et de l'équipe éducative pour leur usage du numérique :

TraAM

Appel à projet en mai-juin.

Attention : Il faut vraiment que des équipes solides soient constituées dès le dépôt de candidature sinon les projets avortent.

10h00 : Le portail Eduthèque, Ressources pédagogiques culturelles et scientifiques pour les enseignants. Mme Delphine Regnard, DGESCO.

Portail Eduthèque ouvert en novembre 2013 :

Les ressources sont libres de droit seulement dans le cadre pédagogique.

Accords conclus entre DGESCO / Ministère de la Culture / Scéren-CNDP et divers partenaires publics (ex : BNF, Louvre, INA, CNRS, Centre Pompidou...).

Pour tous les enseignants, du 1er et 2nd degré. Il s'inscrivent individuellement et gratuitement. 

Entrées pour la recherche :

Par thématiques (mais non disciplinaires).

Par partenaire.

Les IA-Tice sont sollicités pour faire remonter leur appréciation sur la qualité des documents produits par les partenaires (qui sont rémunérés). 

De nouveaux documents sont mis en ligne chaque mois. En passant par Eduthèque, ils sont téléchargeables et exploitables sans limite de temps. Les documents sont hébergés sur les sites des partenaires, l'Eduthèque n'est qu'un portail. Mais pour respecter les droits, il faut bien passer par ce portail. 

Chaque partenaire demande à ce que l'enseignant utilisateur le mentionne pour préciser la provenance du document. A voir : Les conditions d'utilisation. 

Ce ne sont pas que des ressources brutes, il y a aussi des fiches d'accompagnement pédagogique. Ex : Le Centre Pompidou rédige des fiches enseignant et des fiches élève. 

11h00 : Rappel : Saisie des Edu’bases, M. Cornu, Mme Lay.

Saisie des fiches :

Identifiant et mot de passe sur demande auprès de M. Cornu.

Consultation de la base : en lien sur Eduscol, site Arts plastiques, ou directement :

Diversifier les « modèles » pédagogiques, promouvoir les approches différentes à la fois pour les contractuels, néotitulaires et les enseignants installés. Sortir du modèle unique et promouvoir la liberté pédagogique. 

Cette diversité passe aussi par des publications provenant de toutes les académies. Situations d'enseignement et présentation des fiches seront alors plurielles.

Par ailleurs, il faut renseigner précisément les reproductions de travaux d'élèves. 

3 à 5 ressources au minimum par an. Pas seulement des sénarii (et pas seulement mettant en œuvre les TICE) mais aussi, par exemple, des documents de formation, des dossiers thématiques...

Indexer aussi les documents publiés sur les sites académiques.

Rédiger une accroche descriptive des documents. 

Travail à venir :

Quelles références artistiques communes et minimales, ayant un rapport avec le numérique, peut-on ou doit-on proposer aux enseignants ? Comment, à partir des pratiques des artistes, vient-on interroger les notions fondamentales des programmes ? 

Ne pas attendre qu'un IA-Tice isolé rédige une lettre Tic'Edu. C'est bien trop de travail. Il faut se concerter. 

Sur la formation des enseignants : 

Les enjeux ne sont pas (plus) du niveau de la maîtrise des logiciels. 

Les enseignants doivent aussi se prendre en main pour avoir la volonté de s'auto-former. Ils doivent aussi être curieux, se maintenir informés sur les recherches actuelles, sur la culture numérique. 

Priorité doit être donnée aux questionnements théoriques. L'approche techniciste n'est pas nécessaire, on peut aussi les aborder avec des techniques dites traditionnelles. Ex : Le collage, l'espace,...

13h45 : Les TraAM 2013-14, M. Cornu, Mme Lay, IA-Tice concernés.

Huit projets en cours pour cette année 2013-14. 

Question : Pratiques numériques simples, pratiques numériques complexes : Quels enjeux, quels apprentissages ?

Au regard du nombre de demandes s'amplifiant, il est impératif de traiter la question posée. Par ailleurs, des arbitrages doivent être effectués : il faut que M. Cornu puisse argumenter à partir d'une rédaction de projet  solide et rentrant dans le cadre. Il importe d'ancrer dans les enjeux disciplinaires.

Présentations.

NANCY-METZ, Mme Bérangère Buhler :

6 collègues. 

Espaces conjugués : entre pixel et réel. Une dizaine d'expérimentations de scénarii pédagogiques. 

De plus :

- Expérimentation autour d'une culture diverse des élèves de Terminale : Art, sciences et numérique. Avec l'accord du Rectorat, ouverture de l'option de spécialité à des élèves de série S à la rentrée 2014, en profitant de la création de la spécialité ISN. Dérogation pour le Bac. A l'étude : un travail sur Jean Prouvé.

- Expérimentation numérique centrée sur les tablettes numériques au lycée : Outil mobile, à la rencontre de l’environnement architectural. 

L'ensemble des recherches sera publié sur le service Synergie (plateforme collaborative, forum, provenant de l'Académie de Paris).

ROUEN, M. Laurent Delaloy :

5 participants.

Projet d'échange entre un collège français et un établissement coréen. Anglais / Arts plastiques / Tice.

Ressource académique proposé par la DAN : Un réseau social professionnel nommé « Canopée ». Un « lieu » partagé. Proche de l'interface de Facebook, très pratique et incitatif.

Une thématique sur laquelle plusieurs collègues travaillent. Ex : Autoportrait et numérique. 

Chacun doit construire une proposition de cours avec une documentation vidéo, les autres doivent réagir. Souple, l'outil construit une dynamique de groupe. Un lieu d'échange peut venir en complémentarité du site académique, lieu de diffusion.

Mme Lay : Rappel de la question, qui a traversé les deux jours : A-t-on forcément besoin d'outils sophistiqués ? Apportent-ils une plus-value ? Laquelle ?

NICE, M. Jérôme Sadler :

5 participants.

« Mobiquité » et pratique plastique augmentée.

Une dynamique très prégnante dans l'Académie. Par ex, projet Educloud06 : Collège au sein de la technopole d'Antibes, en partenariat avec les entreprises implantées, création d'un jeu sérieux.

Différentes expérimentations dans les établissements. 

Ex : des draw my life accessibles dans la ville de Grasse par QRCode et en relation avec le patrimoine immatériel de la ville (l'activité de parfumerie).

Ex : Français / Arts plastiques. Station d'Antibes de Jean Prouvé. Utilisation de Tumblr : Collection de références et d'images (vidéo, texte, image animée...) accessible par les élèves. L'ambition serait de réaliser une écriture poétique augmentée. Problème de Tumblr : La sécurisation. 

Mme Lay : Toujours garder à l'esprit : 

- Comment est-on parvenu aux résultats observables (travaux des élèves) ?

- Identifier précisément ce que les élèves apprennent réellement in fine. Qu'a-t-on construit ? Et le communiquer, le partager. 

REIMS, Mme Claire Bottesi.

4 participants. Pas d'espace de dialogue, l'équipe est à la recherche d'un dispositif souple. Travail en ligne sur Prezi. 

Espaces de l'image, images en espace. 

Ex dans divers établissements :

- travaux sur le croquis animé,

- sur le mapping vidéo, 

- sur la réalité augmentée, la narration et l'itinéraire.

A faire : Le recul critique et théorique sur les expériences, rendre lisible une cohérence.

GUADELOUPE (rattachée à l'Académie de Paris), M. Jocelyn Valton.

3 participants. 

Un constat : Les cultures d'Outremer, dans ces espaces géographiques spécifiques, n'apparaissent pas dans les programmes. En trouvant l'écoute de Mme Lay, cette remarque a conduit à faire des TraAM un enjeu particulier : Donner des outils aux enseignants sur place pour qu'ils puissent intéresser les élèves ancrés dans leur culture. 

Objectif premier, avant expérimentation : Créer une base de données pluridisciplinaire sur Synergie. L'objectif est de répondre à un besoin d'appropriation par les élèves de spécificités culturelles. D'autant plus que peu de structures culturelles sont actives sur le territoire. Créer des séquences qui s'appuient sur des œuvres d'artistes caribéens. Ex : Bruno Pédurand, Adam et Eve. Réfléchir sur l'identité morcelée. 

LA RÉUNION, M. Serge Prouteau.

3 établissements.

Constat de sous-équipement. En réaction : expérimentation de tablettes tactiles : 

- pour tenter de découvrir si cela pouvait apporter un plus en terme de compétences, 

- pour étudier l'enrichissement mutuel des pratiques analogiques et numériques. 

En attente des équipements. 

CAEN, M. Pierrick Brissier.

15 participants, du collège au lycée.

Qu'est-ce que faire œuvre avec une photographie numérique ? Comment faire sens avec la manipulation de l'image ?

Ex : Travail sur la présentation d'une réalisation numérique (notion de la « présentation », niveau Terminale), sur l'adéquation de la forme et du sens. 

Présence pertinente d'un texte d'élève présentant ses intentions permettant de renseigner le travail pédagogique, tout comme les réalisations elles-mêmes. 

LIMOGES, Denis Dufour.

Responsable TraAM excusé.

Récit, temporalité et médium numérique.

Publication des rapports fin juin 2014. Demande de validation aux IA-IPR. La publication est cruciale pour la visibilité de la discipline auprès de la DGESCO lors du bilan TraAM interdisciplinaire de fin d'année. 

16h15 : Questions et clôture des journées

Mme Lay : Remerciements à M. Cornu pour son travail. Remerciements aux IA-Tice. 

Rappel : Mobiliser les collègues pour rédiger des ressources publiables. Les IA-Tice ne peuvent pas tout faire tout seul. Ce travail est une priorité pour l'Inspection Générale. 

Les lettres de missions, nécessaires, indispensables, ont un volet national qu'il ne faut pas oublier de retour dans les académies. La mise en réseau nationale, la synergie, sont essentielles.  

On peut ressentir un grand écart entre la visée, l'ambition du numérique pour l'école et l'état des lieux dans les académies, dans les établissements. L'enjeu actuel est de réduire cet écart et faire avancer les pratiques du numérique. 

Clôture des journées à 16h30.

Annexes :

Edu'bases : Rappel important : Référencement

Identifiant et mot de passe sur demande auprès d'O. Cornu.

Consultation en lien sur Eduscol, site Arts plastiques, ou directement :