Avec les logiciels anti-plagiat ?

On trouve sur le marché des logiciels anti-plagiat comme par exemple Compilatio.net (pour ne citer qu'un des plus connus [1].
Ces logiciels sont de plus en plus utilisés dans les universités où les étudiants peuvent déposer leurs travaux sur un serveur qui analyse leur contenu. Le verdict tombe ensuite selon trois critères : moins de 10%, entre 10 et 35%, plus de 35% d'éléments copiés-collés.
Il faut néanmoins rester prudent et garder à l'esprit que l'utilisation de cet outil peut parfois être tout-à-fait aléatoire. En effet, comme le rappelle Dominique Maniez, ce logiciel « détecte les similitudes entre le document analysé et l'ensemble des sources disponibles sur Internet » [2], ce qui signifie que des expressions extrêmement courantes dans la langue française vont être assimilées comme étant du plagiat.
Les logiciels anti-plagiat ne peuvent donc pas être considérés comme des solutions miracle au problème.

Par la formation des élèves

L'enseignant qui  doute de l'authenticité du travail d'un élève va sans doute aller vérifier dans Google s'il y a eu ou non tentative de triche en effectuant lui-même un copié-collé d'une partie du texte produit par son élève (ce qui montre bien que les enseignants ont désormais conscience du phénomène). Il est en effet relativement facile de "flairer" la tricherie, ne serait-ce que par la différence de style, le niveau de langue employé ou encore la présentation du devoir.
Sensibiliser les élèves à la notion de plagiat devient une évidence, leur interdire purement et simplement le « copié-collé » n'est pas la solution, comme le montrent les travaux de Nicole Boubée [3]. Selon elle, ce geste technique peut jouer un rôle important voire nécessaire quand les élèves sont en situation de recherche documentaire. Elle analyse les pratiques des élèves qui ont pour consigne d'élaborer ce qu'elle appelle un « document de collecte » en effectuant simplement des copiés-collés, en « empilant » des extraits les uns à la suite des autres. Le copié-collé devient alors un moyen d'extraire de l'information, en vue d'élaborer un document final.
Plutôt que de jouer au gendarme à longueur de temps, sans doute est-il préférable de lutter en amont en sensibilisant nos élèves le plus tôt possible au problème.
Comment  s'y prendre ? Quelles activités peuvent être mises en place par le professeur-documentaliste et l'ensemble de ses collègues de discipline ? Quelles "astuces" donner aux collègues qui font faire des recherches à leurs élèves ?
Que ce soit pour une recherche ponctuelle, ou  dans le cadre d' IDD,  de TPE, en ECJS, dans le cadre de la validation du B2i, les occasions de travailler autour des notions du droit d'auteur, des images libres de droit et donc de la notion de plagiat sont nombreuses. Nous allons détailler ici quelques pistes.

Afin de faire des élèves de futurs étudiants responsables et respectueux du droit d'auteur,  les sensibiliser dès la classe de 6ème à la notion du droit d'auteur permet de leur inculquer de "bonnes pratiques":

Ce qui est valable pour le texte l'est aussi pour les images ! Nos élèves en sont friands pour illustrer leurs travaux, ils les copient-collent allègrement sans se poser la moindre question quant à l'utilisation qu'ils ont le droit d'en faire.

Après tout, n'est-il pas difficile de leur jeter la pierre ? Il est tellement facile de trouver des images sur Internet, dans Google ou ailleurs... Puisque ces images sont sur Internet, ne sont-elles pas destinées à être utilisées comme bon nous semble ? Il faut donc impérativement expliquer à nos élèves que les images, tout comme les textes, sont protégées par le droit d'auteur et que seules celles présentées explicitement comme « libres de droit » peuvent être ré-utilisées dans leurs travaux... A moins d'avoir obtenu l'accord de l'auteur, qu'on aura pris la peine de joindre... mais là les choses deviennent très vite compliquées !

  • La recherche d'images libres de droit peut donc faire l'objet de séances de travail. Voici quelques pistes :
    - Que sont les licences «Creative Commons» [5] ?
    - Où trouver des images libres de droit ?
    - Comment citer les sources d'une image ? etc.

Il ne s'agit donc plus, comme on le voit encore trop souvent, de leur expliquer qu'avec un « clic-droit » on peut aisément insérer une image dans un texte pour illustrer ses propos (nous l'avons vu, ils maîtrisent parfaitement le copié-collé) mais plutôt de leur faire prendre conscience que ce qu'on trouve sur Internet en matière d'images est le plus souvent soumis au droit d'auteur.
Trouver des illustrations devient alors beaucoup plus complexe et demande davantage de réflexion.

Et les enseignants dans tout ça ?

Un enseignant néo-titulaire est désormais titulaire du C2i2e [6], ce qui signifie qu'il a normalement été sensibilisé au problème du plagiat et du copié-collé durant sa formation et qu'il aura peut-être le réflexe d'être plus exigeant avec ses élèves qu'un collègue réticent à l'utilisation de l'outil informatique...
Or si les enseignants ne forment pas les élèves, qui va le faire ? Si l'ensemble de la communauté éducative n'a pas le même niveau d'exigence, comment l'élève va-t-il s'y retrouver ?

  • Le BO n° 29 du 22 juillet 2010 [7] liste les compétences que les enseignants doivent maîtriser parmi lesquelles « Maîtriser les technologies de l'information et de la communication ».
  • Le Plan de développement des Usages du Numérique à l'Ecole [8] a entre autre pour objectif de former et accompagner les enseignants dans les établissement scolaires. Il existe désormais dans chaque établissement une personne ressource, le Référent pour les usages pédagogiques numériques qui a pour mission de développer et faciliter l'utilisation pédagogique des TICE et de faire remonter les besoins en formation des enseignants.
  • La circulaire de rentrée 2011 encourage le développement des usages du numérique à l'école  [9]
  • Les ENT se généralisent
  • Internet est dans la majorité des foyers.

Nous n'avons donc plus d'autre choix, école et numérique sont devenus indissociables.
La prise de conscience des problèmes rencontrés avec l'arrivée des nouvelles technologies à l'école se généralise, le phénomène «plagiat» faisant partie de ces problèmes.
Deux axes de travail autour du Référent numérique peuvent dès lors être envisagés :

  • La formation des enseignants qui sont encore trop nombreux à "ignorer la loi", notamment au niveau de l'utilisation des images, et qui n'évaluent pas toujours l'ampleur du problème à sa juste mesure
  • La politique numérique de l'établissement dans laquelle il faut définir clairement les objectifs pédagogiques et les règles d'usage communs à l'ensemble de l'équipe éducative.

Bien entendu, des formations « en interne » des collègues par les professeurs-documentalistes sont également à envisager, tout comme les actions de formation continue pour l'ensemble des équipes pédagogiques.

Notes de bas de page

[1] cf. site Compilatio.net, veille et détection de plagiat sur Internet. Consultable en ligne à l'adresse : http://www.compilatio.net/fr/
[2] cf note [8] précédente.
[3] Nicole Boubée. Le rôle du copié-collé dans le processus de recherche d’information des élèves du secondaire. Colloque L’Éducation à la culture informationnelle, Université de Lille 3, 16-18 oct. 2008. Consultable en ligne à l'adresse : http://archivesic.ccsd.cnrs.fr/docs/00/34/41/61/PDF/NBoubee-Erte-CopieColle.pdf
[4] Didier Duguest. Citer ses sources. Nantes 2008. p.6 : comment faire une bonne paraphrase. Consultable en ligne à l'adresse : http://responsable.unige.ch/documents/CiterSources_Duquest.pdf
[5] cf. site Creative Commons France. Consultable en ligne à l'adresse : http://creativecommons.fr/
[6] C2i2e = Certificat Informatique et Internet de niveau 2 "enseignant". cf. site du Ministère de l'éducation nationale. Consultable en ligne à l'adresse : http://www.education.gouv.fr/cid56637/certificat-informatique-internet-exige-compter-session-2012.html#Certificat_informatique%20et%20internet%20de%20niveau%202%20%C2%ABenseignant%C2%BB
[7] BO n° 29 du 22 juillet 2010. Consultable en ligne à l'adresse : http://www.education.gouv.fr/cid52614/menh1012598a.html
[8] Le plan DUNE, daté du 25 novembre 2010. cf. site du Ministère de l'éducation nationale. Consultable en ligne à l'adresse : http://www.education.gouv.fr/cid54064/plan-de-developpement-des-usages-du-numerique-a-l-ecole.html
[9] BO n°18 du 05 mai 2011. Consultable en ligne à l'adresse : http://www.education.gouv.fr/cid55941/mene1111098c.html

Recherche avancée